vendredi 28 juin 2024

Le gazon synthétique enfin à Bumba

 

Le gazon synthétique enfin à Bumba


Les barges du bateau Mont Carmel contenant le gazon sont accostés au beach Seti Yale de Bumba pour déchargement 

Le bateau Mont Carmel, en provenance de Kinshasa, à bord duquel était chargé le gazon synthétique acheté en Turquie par le Vice Premier Ministre, Ministre de la Fonction publique, Son Excellence Jean Pierre Lihau Ebwa kalokola, vient d’accoster au port de l’ONATRA à Bumba ce mercredi 26 juin 2024 vers 19 heures, au bout de trois mois de navigation sur le fleuve Congo.

Selon les explications du commandant de bord, le bateau avait connu des sérieux problèmes de moteur et était à plusieurs reprises tombé en panne pendant la remontée du fleuve Congo. Les eaux du fleuve Congo se sont montrées on ne peut plus trop puissantes face au moteur du bateau Mont Carmel devenu trop vétuste. Si le moteur n'avait pas de problème, le bateau n'aurait pu durer qu'un mois au plus. 

Le bateau Mont Carmel est enfin arrivé à Bumba!

« Quelle que soit la longueur de la nuit, le soleil apparaîtra », dit-on, aujourd’hui le soleil a apparu, le gazon synthétique est enfin arrivé !

Déchargement et transport des matériels du gazon synthétique 

L’heure est au déchargement de différents matériels du gazon. N’eut été la menace de la dame la pluie qui s’est abattue tôt le matin du jeudi 27 juin 2024, le déchargement allait atteindre plus que la moitié de matériels.

Chargement des sacs d'élastomère
Sacs d'élastomère

 

Les seuls déchargements qui eurent lieu étaient les poteaux des buts, ainsi que plusieurs centaines des sacs d’élastomère, une sorte des granulés des matières plastiques noires qu’on répandra sur la pelouse pour donner de la consistance à celle-ci, de façon à atténuer la chute par terre des joueurs.

Les poteaux des buts déjà arrivés au stade

 

Déchargement des sacs d'élastomère au stade 

Le déchargement d’autres matériels tels que les rouleaux de gazon, les 1500 sièges pour les deux tribunes latérales et le pourtour, ainsi que d'autres accessoires se poursuivront.

Maître Gabin Kalala (en t-shirt orange) et les partisans de Jean Pierre Lihau
sont satisfaits de l'arrivée à Bumba de gazon synthétique: ici pendant le déchargement des matériels 
des barges au beach Seti Yale 

Beaucoup de soulagement de la part de la population bumbatracienne en général, de la part des proches de Jean Pierre Lihau en particulier, dont Maître Gabin Kalala, qui étaient présents au beach Seti, où sont accostés pour déchargement les barges contenant les matériels du gazon, mais aussi de la part de Monsieur Bofala, le directeur responsable des travaux de la pose de la pelouse au stade, qui se dit satisfait de voir arriver enfin ce qui bloquait les travaux au stade, car il ne reste plus qu’à installer le gazon, et ensuite, pour chuter avec les sièges plus tard, car les travaux de la terre limoniteuse et du nivellement de l’aire des jeux avaient déjà pris fin.

                                                                      Antonio Lisuma

jeudi 27 juin 2024

Bumba : Les espèces fruitières qui ont disparu du marché

Bumba : Les espèces fruitières qui ont disparu du marché

Exposées en abondance, les années antérieures, sur les halles des fruits qu’on trouve au marché de la cité de Bumba, certaines espèces fruitières dont la saveur échappe d’ores et déjà à la jeune génération d’aujourd’hui ont disparu du marché bumbalais où les gosses et adolescents des générations antérieures s’attroupaient devant les vendeuses et vendeurs dont elles constituaient les marchandises.

Parmi ces espèces fruitières qu’on ne trouve plus sur les halles de cette contrée rdcongolaise depuis un bon moment, nous trouvons le corossol qui, planté dans les parcelles même de différents quartiers de cette cité mongalaise, faisait partie des fruits les plus dégustés par la population bumbalaise.

Le Corossol

Hormis le corossol, nous pouvons également citer le fruit produit par le Myrianthus Arboreus qui ne se déguste plus dans la ville de Bumba comme autrefois. Communément appelé « Linzengo » par les habitants du territoire de Bumba, ce fruit qui se récolte dans les forêts de la Mongala comme dans d’autres provinces de la République Démocratique du Congo risque de ne pas être connu par les enfants qui y naissent et grandissent actuellement puisque ces derniers ne le voient pas, encore moins ne le dégustent pas. 

Le Myrianthus Arboreus

Poussant dans les forêts environnantes de la cité de Bumba, le Myrianthus Arboreus ne s’y trouve plus suite au déboisement causé par l’élargissement de cette cité que l’exode rural ne cesse d’agrandir. En effet, désertant leurs villages, nombre de villageois s’y déversent pour occuper les bidonvilles qui s’y forment.

Pour relever ce défi, l’intervention des planteurs et agronomes de la place s’avère illico presto impérative. Ces acteurs du secteur agricole du territoire de Bumba sont priés de conjuguer leurs efforts pour remettre en culture ces espèces en voie de disparition.

Bienvenu Balomao






mercredi 26 juin 2024

Bumba : les bases priment sur les forces de l’ordre

Bumba : les bases priment sur les forces de l’ordre

Constituées, pour la plupart, de jeunes délinquants plongés dans le banditisme et la consommation des drogues et boissons alcoolisées, les bases dont le nombre ne cesse d’accroître dans la cité de Bumba tendent à usurper à ciel ouvert le pouvoir judiciaire en méconnaissant les prérogatives des autorités compétentes qui y sont affectées.


En effet, primant sur les forces de l’ordre dont ils foulent au pied l’autorité, elles semblent se substituer illégalement aux instances habilitées à mettre derrière les barreaux tous ceux qui entravent l’ordre public en allant à l’encontre de la loi. Connus pour leur farouche résistance aux forces de l’ordre, les combattants des bases arrachent d’ores et déjà la confiance d’une bonne partie de la population bumbalaise qui, lorsque survient un quelconque incident, préfère courir auprès d’eux en lieu et place de recourir aux forces de l’ordre pour retrouver justice, protection et sécurité.

Inquiets de cette situation échappant quasiment au contrôle des autorités tant locales que provinciales, les Bumbalais curieux appellent ces dernières à mettre en place des mesures drastiques afin d’étouffer ces bandes d’hors-la-loi qui privent la population bumbalaise de sa quiétude. A les en croire, ces bases qui se rendent de plus en plus fortes pourraient toutefois se transformer en milices dans l’avenir. Pour éviter le pire, ils invitent les autorités compétentes à agir avant qu’il ne soit trop tard.    

Lors d'une manifestation soutenue par les combattants d'une base

Outre l’anéantissement des bases, les Bumbalais invitent également les autorités compétentes à pourvoir les bidonvilles de la cité de Bumba des sous-ciats, car ceux-ci aideraient à mettre hors d’état de nuire les délinquants qui forment ces bases.

Bienvenu Balomao



 

lundi 24 juin 2024

Lancement officiel des épreuves des examens d’Etat à Bumba au Collège Notre Dame

 

Lancement officiel des épreuves des examens d’Etat à Bumba 

au Collège Notre Dame  

Le lancement officiel de la passation de la 58e session ordinaire des Examens d’Etat s’est déroulé ce lundi 24 juin 2024 sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo. Ici à Bumba, la cérémonie s’est déroulée comme à l’accoutumée au Collège Notre Dame, l’école phare du territoire de Bumba, sous la houlette du Secrétaire administratif du territoire, Monsieur Poso Ngando, en présence de plusieurs autorités politico administratives et scolaires.

Les candidats finalistes pendant la cérémonie de lancement des examens d'Etat au Collège Notre Dame

Sous la modération d’un agent de la Sous division provinciale de Bumba 1, la première autorité scolaire à prendre la parole était monsieur Moïse Kpokolo Kufu, l’Inspecteur principal provincial Mongala 2; il a pris la parole pour exhorter les élèves candidats à bien travailler leurs examens en se conformant aux instructions. « Il faut éviter la fraude, la tricherie, l’usage de téléphone portable, qui sont les voies des échecs massifs », a-t-il laissé entendre.

IPP Moïse Kpokolo

S’adressant aux différents intervenants aux centres de passation des examens d’Etat, monsieur Moïse a soulevé ceci : « Nous vous invitons tous, Chefs de centres de passation des examens d’Etat, adjoints techniques, Secrétaire, OPJ, agents de l’ordre, et les surveillants à bien encadrer le centre et à éviter d’être des démons à côté des candidats pour occasionner la fraude, la tricherie, mais vous devez respecter les instructions prévues pour permettre le bon déroulement des épreuves… » 

Ensuite, ce fut le tour du Directeur Provincial de l’EPST Mongala II, Monsieur Jean Bosco Siko Gagia de prendre la parole.

Son intervention a d’abord porté sur le caractère national des épreuves des examens d’Etat conformément au calendrier scolaire en vigueur en 2023 et 2024, mais aussi sur la durée habituelle de 4 jours desdites épreuves, c’est-à-dire du 24 au 27 juin 2024, durant laquelle différentes disciplines seront examinées. Il a ajouté que « ces épreuves constituent une évaluation sommative et pré-sélective ayant pour finalité de sanctionner la fin du cycle secondaire par l’octroi d’un diplôme d’Etat aux récipiendaires ».

S’adressant également aux différents intervenants œuvrant dans chaque centre, puisque c’est à travers eux que des mauvaises pratiques de fraude et de tricherie, qui sont devenues monnaie courante à chaque épreuve nationale, peuvent se réaliser dans un centre, il a déclaré ceci : « superviseur, chef de centre, OPJ, Surveillants et autres, je vous demande de vous débarrasser de tout geste et comportement qui frise les antivaleurs ».

Le Proved Jean Bosco Siko Gagia (patron de l'éducation à Bumba)

Enfin, aux candidats finalistes, il a déclaré ce qui suit : « Chers candidats je suis convaincu et rassuré qu’avec la formation reçue et l’effort de chacun, vous êtes à mesure d’affronter avec succès les examens d’aujourd’hui, de demain et de 4 jours ; inutile de compter sur le voisin que vous ne maîtrisez pas ni ne connaissez pas ; inutile de compter sur le copion venant de l’extérieur parce que cela ne vous parviendra pas ; comptez sur vous-même sur ce que vous avez en tête, et vous allez réussir, compter sur ce que vous avez appris depuis le début jusqu’aujourd’hui… » a-t-il laissé entendre avant de les souhaiter du succès.

Le Secrétaire administratif du territoire, Monsieur Posso Ngando a enfin pris la parole, lui qui a reçu l’aval du nouveau Gouverneur de province Monsieur Colin Makaka qui vient d’être notifié par le VPM de l’intérieur, (l’Administrateur du territoire de Bumba étant en suspension, et n'attend plus que l'investiture à assemblée provinciale) et a lancé l’ouverture de la passation des épreuves des examens d’Etat pour les douze centres de la cité de Bumba.

Monsieur Posso Ngando, le Secrétaire administratif du territoire de Bumba ouvre la session ordinaire des examens d'Etat à Bumba

La cérémonie de lancement s’est clôturée par l’intervention de l’IPAEC Kusagba Boniface (l’Inspecteur principal Adjoint Chargé de contrôle et Evaluation) qui est aussi Superviseur de tous les 12 centres de Bumba, lequel a procédé à l’ouverture de la male et à la distribution des items du premier jour à tous les 12 chefs des centres.

 

Rappelons que les parents d’élèves ont dû dépensé de l’argent pour l’accès de leurs enfants aux différentes épreuves des examens d’Etat : 213.500 FC (pour les frais scolaires de l’année scolaire au Collège Notre Dame), 76.000 FC pour inscription, achat et remplissage fiche, 81.000 Fc pour les examens Hors session, et maintenant 65.000 FC pour la session ordinaire des examens d’Etat, soit au total, un montant de 435.000 FC (155 dollars US)) pour l'élève finaliste, dont 222.000 FC (79 dollars US) pour les examens d’Etat

                                                               Antonio Lisuma

 

Exétat 2024 : La Fondation Molendo Sakombi au chevet des lauréats de la Mongala

Exétat 2024 : La Fondation Molendo Sakombi au chevet des lauréats de la Mongala

Tel qu’établi par le Ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et technique dans le calendrier de l’année scolaire 2023-2024, les épreuves de la session ordinaire de l’examen d’Etat ont bel et bien débuté lundi 24 Juin 2024 sur l’ensemble du territoire national rdcongolais. En effet, ces dernières épreuves de l’année scolaire qu’organise l’Etat rdcongolais à l’intention des élèves finalistes du secondaire connaîtra son terme jeudi 27 juin 2024.

Son Excellence Molendo Sakombi, Ministre des Hydrocarbures

A l’instar d’autres provinces éducationnelles de la République Démocratique du Congo, la province éducationnelle Mongala 2 qui se localise dans le territoire de Bumba a également procédé à la cérémonie du lancement de cet examen national aux environs de huit heures, heure locale dans l’enceinte du Collège Notre Dame du Révérend Père Carlos Rommel comme à l’accoutumée.

Cependant, une bonne nouvelle est annoncée à tous les finalistes de la province de la Mongala qui y participent. A en croire cette nouvelle relayée par les maisons de presse locales, la Fondation Molendo Sakombi est sur le point de venir à la rescousse des finalistes qui obtiendront les pourcentages les plus élevés lors de la publication des résultats. Pour ce faire, elle vient de mettre en place une bourse provinciale dont bénéficieront quatre lauréats issus chacun de la ville de Lisala, chef-lieu de province et de trois territoires que cette province de la République Démocratique du Congo, notamment les territoires de Bumba, Bongandanga et Lisala.

En fait, ces lauréats des territoires précités bénéficieront chacun de la bourse de la Fondation Molendo Sakombi qui compte les faire étudier dans les universités rdcongolaises de leur choix. Cette initiative de la Fondation Molendo Sakombi est vivement saluée par les Bumbalais en particulier et les Mongalais en général qui, très satisfaits, exhortent les autres leaders politiques de la Mongala à emboiter le pas en concevant d’autres initiatives de telle envergure.

Bienvenu Balomao



    

dimanche 23 juin 2024

La RDC pourrait battre le Soudan au "bureau" !

 

La RDC pourrait battre le Soudan au "bureau" ou sur tapis vert !



Les Léopards de la RDC

La République démocratique du Congo est en passe de se voir attribuer par un verdict de la FIFA les 3 points du match précédemment perdu contre le Soudan, sur le score de 1 but à 0. Ce revirement la propulserait en tête du classement de son groupe de qualification pour la Coupe du monde 2026 avec un total de 10 points, surpassant ainsi le Sénégal qui en détient actuellement 8; le Soudan serait alors relégué en troisième position avec 7 points.

L’irrégularité soulevée concerne le joueur soudanais Jusif Ali, dont le changement de nationalité n’aurait pas été formellement enregistré auprès de la FIFA, celui-ci possédant toujours sa nationalité d’origine la Finlande, et a accepté de s’aligner sur tapis vert contre la RD Congo. 

Le joueur problématique soudanais Jusif Ali,
il a joué dans l'équipe du Soudan contre la RD Congo le 19 novembre 2023 avec un passeport finlandais 
 

  

Cette rencontre disputée le 19 novembre 2023 en Lybie entre le Soudan et la RDC fut un match des éliminatoires pour la coupe du monde phase de groupe de la deuxième journée. Ce match s’est joué non par dans la capitale Khartoum à cause de l’insécurité due au soulèvement politique entre des factions de l’armée.

Le Soudan avait donc aligné Jusif Ali, un joueur problématique car il n’avait pas officiellement, selon l’équipe dirigeante de la FECOFA (Fédération congolaise de football association), effectué le changement de nationalité auprès de la FIFA et détenait encore la nationalité finlandaise.

 

C’est une leçon que les dirigeants des clubs nationaux devraient tirer avant de récupérer des joueurs évoluant à l’étranger, surtout en Europe ; puisque bon nombre de jeunes africains ont tendance de changer de nationalité dans leur course vers le bonheur footballistique dans les pays de l’occident ; une vérification sévère en amont sur lesdits joueurs s’impose avant de les récupérer dans l’équipe d’origine pour que ces derniers n’entrainent pas a posteriori tout le club dans la merde. Le Secrétaire du club doit toujours ouvrir l’œil, et le bon !  

                                                                 Antonio Lisuma      

Le VPM Jean Pierre Lihau Ebwa dévoile les défis prioritaires qu’il compte relever

Le VPM Jean Pierre Lihau Ebwa dévoile les défis prioritaires qu’il compte relever

Les conditions inhumaines dans lesquelles évoluent les agents et fonctionnaires de l’Etat rdcongolais ayant atteint leur cime, elles ont été au centre du discours du Vice-Premier Ministre de la Fonction publique, Modernisation de l’Administration et Innovation du Service Public, son Excellence Jean Pierre Lihau Ebwa qui, après sa reconduction au gouvernement Suminwa, a dévoilé les défis prioritaires auxquels vont s'atteler ses actions durant le second et dernier quinquennat du Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

  Son Excellence Jean Pierre Lihau Ebwa, Vice-Premier Ministre de la Fonction publique, Modernisation de l'Administration et Innovation du Service public 

Se félicitant d’avoir bel et bien bougé les lignes au sein de la Fonction publique, le Vice-Premier Ministre Jean Pierre Lihau a cependant affirmé que le chemin à parcourir demeure encore bien long, car bon nombre de défis restent encore dressés devant lui. Pour y parvenir, seul un travail assidu lui est exigé pour relever ces défis datant de longtemps.

 « Il nous faut donc vite nous remettre au travail. Parmi ces défis, il y a ceux qui revêtent un caractère vital absolu. C’est le cas de la réforme de la politique salariale qui va nous permettre de tourner enfin la page de la maffia financière au sein de nos administrations et de soigner les blessures de plusieurs agents restés trop longtemps sous-payés ou sans salaires », l’a-t-il déclaré.

Lors de l'arrivée du VPM Jean Pierre Lihau Ebwa à Bumba

Hormis la réforme de la politique salariale, le « Cerveau d’Etat » a confirmé avoir palpé du doigt la misère des agents et fonctionnaires de l’Etat lors de ses tournées à l’intérieur du pays. « J’ai palpé du doigt moi-même en faisant des tournées à l’intérieur de notre pays. J’ai croisé les fonctionnaires plongés dans la précarité. Ils travaillent dans des conditions extrêmement difficiles. La politique salariale actuelle a démontré ses limites. Elle est dépassée et porteuse d’injustices et de disparités insupportables. Elle doit au plus vite être remplacée par une nouvelle politique plus juste et plus en phase avec les réalités d’aujourd’hui. Chaque agent certifié régulier et qui est à la tâche a droit à une juste rémunération en salaire et en prime. Le principe qui va désormais prévaloir c’est celui de l’égalité salariale, mieux celui de l’équité salariale », l’a-t-il ajouté.

Le VPM Jean Pierre Lihau Ebwa côtoyant la population bumbalaise

De surcroit, son Excellence Jean Pierre Lihau Ebwa a promis de s’investir pour supprimer dans les jours à venir les zones salariales. « Voila pourquoi je m’emploierai dans les jours et semaines qui viennent pour la suppression des zones salariales afin que tous les agents publics, où qu’ils soient, où qu’ils vivent, quel que soit leur sexe, soient égaux en droit et devant la loi », l’a-t-il rassuré.

Lors de l'arrivée du VPM Jean Pierre Lihau Ebwa à Lisala, chef-lieu de la Mongala

Parmi les défis qu’il compte relever durant son second mandat, « Mwana suka » a également évoqué l’amélioration et l’efficacité des services publics. « Un autre défi prioritaire va être celui de l’amélioration et de l’efficacité des services. Le Chef de l’Etat en a fait l’une de ses priorités majeures et nous allons tâcher d’y apporter des réponses rapides. La Fonction publique étant au carrefour de tous les secteurs vitaux de la nation et de tous les services publics, nous tâcherons de travailler avec les responsables sectoriels concernés afin de rendre possible cette noble ambition d’innovation du Service public dans notre pays », l’a-t-il dit.

 Le VPM Jean Pierre Lihau Ebwa conversant avec le corps professoral du Collège Notre Dame de Bumba

Par ailleurs, le Vice-Premier ministre de la Fonction publique a fait savoir que d’autres défis prioritaires vont également occuper une place de choix au cours du second quinquennat de Fatshi Béton tout en promettant de mettre en place une nouvelle catégorie de fonctionnaires. « D’autres défis prioritaires vont également occuper une place de choix au cours de ce mandat. C’est notamment le cas de la formation continue obligatoire pour les agents et fonctionnaires de l’Etat afin de leur permettre d’être véritablement outillés et de répondre de manière beaucoup plus efficace aux impératifs que nous impose le monde moderne. C’est aussi le cas du défi relatif à l’exigence de la débureaucratisation de la Fonction publique avec à la clé la création de certains corps de métier tels que les éboueurs, les techniciens de surface, les cantonniers, les paysagistes et j’en passe, tous dédiés à l’entretien, à l’assainissement et à l’embellissement de nos villes et de notre environnement de vie », l’a-t-il promis avec un ton ferme.

Le VPM Jean Pierre Lihau Ebwa à l'école primaire Notre Dame 

Avant de clore son speech, le Ministre « extraordinaire » a signalé que durant ce mandat, un combat sera mené contre les antivaleurs et les réseaux maffieux qui ont longtemps profité de la faiblesse de l’Etat, en promettant d’être toujours à l’écoute des fonctionnaires.

  « Je vais continuer à être le Ministre du dialogue social et de la démocratie sociale, un ministre qui respecte et considère chaque agent dans sa singularité, dans sa spécificité, quel que soit son grade, sa fonction ou son rang social. Je vais être le Ministre qui ouvrira sous l’égide du Président de la République, Chef de l’Etat, une nouvelle ère pour les fonctionnaires, celui qui tracera la voie vers la mutation administrative, la voie vers une grande administration moderne, efficace, intègre, considérée et respectée par tous les citoyens. Je n’ignore rien du combat qu’il y aura à mener contre les antivaleurs et les réseaux maffieux qui ont si longtemps profité de la faiblesse de l’Etat. Notre détermination est forte, nette et sans faille. Mais pour réussir, j’ai besoin de l’union des cœurs et des esprits de tous les acteurs concernés au premier rang desquels les fonctionnaires eux-mêmes », s’est-il exprimé vers le terme de son allocution.

Bienvenu Balomao