vendredi 3 juillet 2020

Les retombées de l’Etat d’urgence sanitaire inquiètent les Bumbalais


Les retombées de l’Etat d’urgence sanitaire inquiètent les Bumbalais

            Décrété depuis le mois de mars dernier en République Démocratique du Congo suite à la pandémie du coronavirus, l’Etat d’urgence sanitaire ne cesse de soulever un tollé d’inquiétudes auprès des Bumbalais qui se sentent coincés par les retombées de cette période qu’ils jugent de calvaire à cause des difficultés qui en découlent, rendant ainsi la vie difficile. Les prorogations successives qu’est en train de subir ledit Etat amplifient extrêmement le chagrin dans le for intérieur de bien des habitants de cette contrée mongalaise. A en croire leurs différentes déclarations fusant de partout, ces derniers déplorent le ralentissement des activités dont ils sont victimes.

            Conducteur de mototaxi dans la ville de Bumba, Jules n’est pas épargné de ces retombées. « Depuis que les églises, les écoles et les bars sont fermés, mes recettes journalières se voient toujours amoindries, car mes courses vers ces lieux ne sont plus effectives. Grâce à ces dernières, je réalisais des recettes satisfaisantes », se plaint-il avec un visage traduisant l’expression de déception.

            Inquiète, Jeannette, enseignante d’une école primaire privée de la place, s’est plongée dans le petit commerce. « Maintenant qu’il n’y a pas école et que je n’ai pas de matricule, je m’efforce de vendre les beignets le matin et de prêter des gobelets de Soja à mes clients pour que j’aie ne fût-ce qu’un petit rien pour subvenir au besoin primordial comme le manger. Si je croise les bras, je vais peiner comme mes amies qui ne se montrent pas souples », lâche-t-elle.


            Par ailleurs, quelques détaillants vendant les articles d’habillement au marché central n’ont pas également dissimilé leur mécontentement face à cette situation dont s’inquiètent nombre de Bumbalais. «  Ce dernier temps, nous traversons un moment pénible. Nos marchandises ne se font plus bien écouler comme d’habitude, elles ne s’achètent presque pas. Il nous arrive parfois de ne rien vendre toute la journée », ont-ils déclaré avec un air triste.

            Cependant la covid-19 ne faisant que gagner du terrain sur le sol congolais, cette inquiétude emballant les Bumbalais demeure persistante étant donné que la date précise où seront levées ces mesures sévères reste encore inconnue.

Bienvenu Balomao       



samedi 27 juin 2020

Bumba : la saison des chenilles déjà présente


Bumba : la saison des chenilles déjà présente

Cette période où la halle destinée à la vente des denrées alimentaires au sein du marché central de Bumba se trouve totalement pourvue d’une espèce périodique est déjà là : c’est la saison dite des chenilles. Pour les consommateurs de cette denrée périodique, c’est le moment par excellence, car le coût réduit du manger rend la tâche facile à plusieurs foyers prolétaires qui voient actuellement la famine éloignée de leurs enclos.
 
Des Kulukaka
Avec quelque mille francs congolais, ils peuvent facilement se constituer un mets consistant à la hauteur de nourrir toute une famille si cette dernière ne présente aucun aspect pléthorique parce que la marchandise s’achète vraiment à bon marché. Il suffit de longer curieusement les ruelles de la ville surtout la soirée pour se rendre compte de la consommation  excessive de cet aliment grâce à l’odeur répandue par l’indiscrétion de l’issue culinaire.
Les vendeuses de manioc

Par ailleurs, le foisonnement des denrées alimentaires se remarque également au marché où l’abondance des poissons frais et autres vivres ne cesse de soulager la population bumbalaise affligée par les retombées de la période de l’Etat d’urgence sanitaire, car d’après nombre de Bumbalais, leurs différentes activités ne font que tourner au ralenti suite auxdites retombées ayant quasiment affecté toutes les couches sociales. « L’Etat d’urgence sanitaire contraignant les élèves de rester à la maison coïncide bien avec cette période des chenilles. Lorsque les écoles auront rouvert les portes, nos enfants reprendront les cours avec joie et courage après avoir gagné du poids », ironise Marie, vendeuse au marché central.
Des Makuké
Etant l’aliment de base de la tribu budja, le manioc bouilli, râpé et dilué  appelé communément « malemba » constitue cependant le meilleur accompagnateur dans un repas composé de « makuke » ou «  kulukaka », termes locaux désignant les espèces en vogue  sur la place du marché, à en croire pas mal de Bumbalais budja. Quant aux autres, la farine de manioc, le riz et autres aliments sont appréciés à juste titre que le précédent pour savourer cette denrée périodique.

                                                                                                                    Bienvenu Balomao

vendredi 26 juin 2020

Arrestation musclée des spectateurs par des policiers dans une salle de cinéma



Arrestation musclée des spectateurs par des policiers
dans une salle de cinéma

La police de la cité de Bumba a procédé à une dure arrestation des paisibles spectateurs dans une salle de cinéma de Monsieur André Boguo sur l’avenue du MPR à la mi-journée de ce vendredi 26 juin 2020. 
Des bumbatraciens arrêtés et humiliés tout simplement parce qu'ils étaient
plus de 20 personnes dans une salle de cinéma, alors qu'il n'y a aucun cas de coronavirus à Bumba  

Même s’il faut appliquer cette mesure d’urgence décrétée par la Présidence de la République sur la prévention contre la pandémie de Coronavirus (Covid 19), laquelle mesure est durement relayée par le gouverneur de province, puisqu’il faut payer une amende allant jusqu’à 20.000 FC pour ceux qui sont attrapés de la sorte, regroupés à plus de 20 personnes dans un endroit, ce n’est pas de cette façon-là qu’il faut procéder ; venir surprendre les gens comme s’il s’agissait des malfaiteurs, les arrêter bien ligotés les uns avec les autres et les amener manu militari vers le fameux cachot des policiers !!
La salle de cinéma où étaient les pauvres citoyens
Où est l’application de droit de l’homme dans cette action disciplinaire des policiers qui ont plutôt la vocation de protéger les citoyens et leurs biens ? Quelle est cette société où l'on arrête avec force les spectateurs pendant que des voleurs de deniers publics et autres malfaiteurs et bandits circulent librement la nuit comme la journée! 
La parcelle de Mr Boguo à l'intérieur de laquelle se trouve ladite salle de cinéma 
Ce qu’il faudrait faire dans le cas ici était de disperser ces spectateurs et saisir peut-être les équipements cinématographiques du propriétaire du cinéma, monsieur André Boguo, qui a permis de réunir tout ce monde. C’est à ce commerçant qu’il a fallu s’attaquer le plus pour qu’il ferme sa salle de cinéma. La sanction devrait être proportionnelle quant à ce, d’autant que cette sinistre pandémie n’est pas encore signalée nulle part à la province de la Mongala, en plus, le port de cache-nez n’y est pas encore tenu de rigueur.  
                                                                        Antonio Lisuma      


Monsieur Agalia Makundu Libanza
est nommé Directeur Provincial de la Mongala II

La direction provinciale de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST) de la province de la Mongala vient d’être scindée en deux : la Mongala I, comprenant les deux territoires, de Lisala et de Bongandanga, et la Mongala II, comprenant le seul territoire de Bumba, vu la viabilité des écoles opérationnelles.
Mr Paulin Agalia, le tout nouveau Directeur Provincial de l'EPST /Mongala II 
Monsieur Paulin Agalia Makundu, l’ancien Chef de Sous-division provincial de Bumba I, vient d’être nommé par un arrêté ministériel de l’EPST comme Directeur provincial de l’EPST de la Mongala II. Il a cette chance d’occuper pour la première fois cette nouvelle structure qu’est  la Direction provinciale de l’EPST/Mongala II, laquelle se chargera de toutes les écoles du territoire de Bumba.
Mr Paulin Agalia à l'avant plan, en train d'applaudir dans une cérémonie scolaire 
On n’attend plus que l’installation de tout le personnel de la nouvelle structure provinciale dans le territoire de Bumba, à savoir : le Directeur provincial(PROVED) (Monsieur Agalia Makundu), l’Inspecteur principal provincial (IPP) (à choisir), et le Directeur provincial SECOP (DIPROSEC) (à nommer).  

Et comme la promotion des uns engendre souvent la peur ou la mélancolie des autres, certaines personnalités de Bumba se sont permis d’écrire une soit disant pétition contre la nomination de Monsieur Agalia, au nom d’un certain collectif des enseignants de Bumba, une structure qui n’y existe pas, mais seulement dans la pensée des concepteurs de ladite pétition, qui ont osé apposer des signatures fictives dont un certain Valentin Lisobe qui n’existe pas, ou inconnu des enseignants de Bumba






Le bureau de la Sous-division provincial à Bumba
Qui ont peur du paisible Paulin Agalia ? A qui profiterait les probables retombées de cette supercherie rédactionnelle scandaleuse ?

                                                                                    Antonio Lisuma  

La réouverture des quatre radios suspendues

La réouverture des quatre radios suspendues

Le gouverneur de province de la Mongala, l’Honorable Crispin Ngbundu Malengo est revenu sur sa décision prise depuis le 25 mai 2020 sur la suspension de quatre radios locales émettant sur FM à savoir : 1/Radio La voix de Bumba FM qui émet sur 88.1 MHz, de l’Honorable Jean Pierre Lihau, 2/Radio Mongala (97.5 MHz) de la députée honoraire  Basiala, 3/Radio rurale (91.1 MHz) de l’Honorable José Makila Sumanda, et 4/Radio Mwana-mboka (95.0MHz) de lui-même le gouverneur de la Mongala, Crispin Ngbundu Malengo.
La Radio La voix de Bumba FM
La décision levant cette suspension était prise le samedi 20 juin 2020 au cours d’une réunion du comité monté sur place à Bumba par la dame Marie Clémentine Nsole, la ministre provinciale en charge de genre et famille, et de communication, en mission à Bumba.
La Radio rurale 
A l’issue des travaux dudit comité constitué de quelques notables, des conseillers de la presse à Bumba, et de l’UNPC des journalistes dont l’Abbé Justin Lingboto, les décisions suivantes étaient prises :
1) Réouverture des 4 radions ci-haut citées,
2) Radiation de certains journalistes qui ne peuvent plus exercer leur métier de journaliste. Il s’agit de : - Olivier Peguy Yenga Kokose de Radio Mongala, - Benjamin Mondonga de Radio Mwana Mboka, - José Lingili, Trésor Emeka, Fabrice Ngani, et Victor Mbozo de Radio La voix de Bumba.
La Radio mwana mboka
3) Suspension pour une durée de trois mois des journalistes  Fiston Epima et Alain Bakenya de Radio Mongala, et Albert Mohilia de Radio Mwana mboka.
4) suspension pour une durée d’un mois du directeur de la Radio rurale,
5) Interdiction formelle des animateurs ci-après d’animer des émissions radiophoniques dans la province de la Mongala : il s’agit de Jean Willy Engonga et Trésor Mbolo,  tous des gens appartenant à la structure ou à des « Fondation » du député national Jean Pierre Lihau.
La Radio Mongala
6) Suspension des émissions à caractère politique telles que : - Bonjour Bumba, et Appel sur l’actualité (émissions se passant dans la Radio La voix de Bumba), - Kotisa nga na ndako ya Basiala version 12.600 lettres de journaliste Kokose de Radio Mongala.
De tout ce qui précède, l’opinion est tout à fait d’accord de supprimer des émissions qui portent atteinte à la vie privée des paisibles citoyens, surtout des émissions à téléphone ouvert où les auditeurs téléphonent en direct sur les ondes et commentent n’importe quoi sur la vie privée des gens…
Le journaliste Victor Mbozo à gauche, tenant le micro devant l'AT Nzongolo
Mais, là où le bât blesse, c’est le fait d’interdire même des émissions à  caractère politique où les journalistes informent sans insulter au public sur ce qui se passe dans le pays ou dans la province ! N’est-ce pas la museler la presse ?
                                                                             Antonio Lisuma  

Mongala : les notables reçus chez le gouverneur de province à Lisala


Mongala : les notables reçus chez le gouverneur de province à Lisala

            Soucieux de stopper le climat malsain qui s’apprêtait déjà à voiler l’atmosphère de différentes notabilités de trois territoires composant la nouvelle province de la Mongala, à savoir Bumba, Lisala et Bongandanga ; les notables desdits territoires ont vite usé de leur sagesse en sollicitant une audience auprès du chef de l’exécutif provincial, son Excellence Crispin Ngbundu Malengo. La demande ayant trouvé un écho favorable auprès de celui-ci, elle leur a permis de s’asseoir le lundi 08 juin autour d’une même table dans sa résidence à Lisala, chef-lieu de la province en vue de balayer les divergences susceptibles de mettre le bâton dans la roue du bon fonctionnement de l’exécutif provincial.


Les Notables de Bumba
            Au centre de cet échange ont figuré les questions en rapport avec les problèmes rongeant et bloquant la province qui ont été débattues afin d’harmoniser les choses pour qu’elles aillent bon train. Au sortir de cette rencontre, les participants se sont convenus de faire route ensemble pour permettre à la province de mieux décoller. Ayant appris cette nouvelle, la population mongalaise en général et bumbalaise en particulier a cordialement salué cette démarche entreprise par les notables visant la stabilité et l’émergence de la Mongala. Quant à la bumbalaise, elle a exprimé sa profonde satisfaction par l’entremise de quelques bumbalais qui, se confiant à la rédaction de bumbanotredameblogspot.com, ont vivement haussé le ton en invitant les dignes filles et fils de toute la Mongala à bannir tout ce qui peut compromettre la vision du développement qu’incarne le gouverneur Crispin Ngbundu. « A l’heure actuelle, les conflits, les tiraillements et les critiques inutiles ne servent à rien. Il y a encore d’énormes défis à relever au sein de notre province. Ne nous laissons pas emportés par des querelles politiques et évitons des propos haineux qui peuvent facilement jeter du sang dans l’eau pour attirer les requins ou embraser notre province. Travaillons plutôt main dans la main pour que nous relevions ces défis auxquels fait face la Mongala », ont-ils exhorté leurs  concitoyens avec enthousiasme.


L'accueil chaleureux du Gouverneur et son vice à l'aéroport de Bumba 
            Il sied de rappeler qu’un certain moment, les violons ne s’étaient pas accordés  entre le gouverneur Crispin Ngbundu, originaire du territoire de Bumba et son vice Serge Mongulu du territoire de Bongandanga. Et cette discorde commençait déjà à affecter les notables de ces deux territoires dont chacun portait son soutien à son leader en se méfiant de l’autre. Heureusement ce désaccord n’a été qu’éphémère, car les deux autorités ont vite balayé d’un revers de la main cette mésentente en privilégiant l’intérêt supérieur de la province. Pendant qu’il tenait un point de presse, le gouverneur Crispin Ngbundu avait hautement affirmé devant les journalistes de différentes radios émettant à Bumba que ses relations avec son vice sont déjà au beau fixe.

Bienvenu Balomao       

lundi 22 juin 2020

Père Carlos en train de construire une tribune d’honneur moderne au stade de la paroisse Notre Dame de Bumba.




Père Carlos en train de construire une tribune d’honneur moderne au stade de la paroisse Notre Dame de Bumba.

Les travaux de la construction de la tribune d’honneur se poursuivent au stade Père Carlos de Bumba sous la supervision du Révérend Père Carlos Rommel lui-même, Curé de la paroisse Notre Dame de Bumba, qui a financé sur fonds propres lesdits travaux dont les coûts seront publiés ultérieurement.
La tribune d'honneur en construction
Le RP Carlos Rommel, il finance et supervise les travaux du stade 

Pendant que les activités sportives sont suspendues dans toute la république démocratique du Congo dans le cadre des mesures d’urgence décrétées par le Président de la République sur la prévention contre la pandémie de Coronavirus (Covid 19), voilà qui fait une très bonne occasion pour la poursuite dans la quiétude des travaux de construction de la tribune moderne au stade Père Carlos, car cela a même permis le nivellement de l’aire de jeu, et la pousse de la pelouse plantée dans certains endroits de l’aire de jeu, lesquels étaient naguère abîmés par les joueurs.
Le pourtour du stade Père Carlos (photo d'archive)

La pelouse est replantée dans certains endroits de l'aire de jeu

Après la construction du vestiaire et des gradins qui couvrent pratiquement les trois quarts du stade, les travaux se poursuivent actuellement  dans la construction d’une tribune moderne dont les travaux ont débuté en décembre 2019.
L'aire de jeux devant la tribune
Les ouvriers se démènent actuellement, six mois plus tard, à couler le béton sur les annexes de la tribune, à l’arrière-plan de celle-ci, placés en dessous des gradins. C’est là que seront érigés le bistrot, les douches et les toilettes dans un décor répondant aux normes modernes, avec l’ouverture ou l’entrée en face du mur de l’hôpital Notre Dame, sur la direction menant au Bureau de la cité…
Les travaux de la tribune à mi-chemin
Selon le plan publié lors des cérémonies de la bénédiction et de la débaptisation du stade, la tribune aura 40 mètres de longueur sur 13, et sera élevée à 7 mètres de hauteur, avec une capacité de 740 sièges qui seront couverts par une grande toiture de tôles. Elle est érigée à l’emplacement de l’ancienne tribune, du côté de l’hôpital Notre Dame, en face du vestiaire qui est du côté de l’école primaire Mongbama. Dossier à suivre.

                                                                                          
Antonio Lisuma