mardi 2 juin 2020

mmmmmmmmmmmmmmmmmmmm

Coup de balai du gouverneur de province de la Mongala Crispin Ngbundu Malengo

Coup de balai du gouverneur de province de la Mongala
Crispin Ngbundu Malengo

Le gouverneur de la province de la Mongala, l’Honorable Crispin Ngbundu Malengo a effectué, lors de son séjour à Bumba en compagnie de presque toute son équipe gouvernementale provinciale, un impitoyable coup de balai au sein de la presse territoriale de Bumba ce lundi 25 mai 2020.
Hon. Crispin Ngbundu Malengo, Gouverneur de province de la Mongala



Il a émis des décisions qui étaient lues à travers les ondes par son porte-parole, Monsieur Nestor Magbado,  de fermer pour une durée indéterminée quatre radios sur dix émettant en FM (modulation de fréquence) dans le territoire de Bumba, et d’interdire également à certains journalistes d’exercer leurs métiers de journalistes dans la province de la Mongala, et d’arrêter et poursuivre en justice certains journalistes et autres activistes politiques.
Bâtiment de la radio rurale de José Makila à Bumba

Il s’agit des radios suivantes : 1/Radio La voix de Bumba FM qui émeut sur 88.1 MHz, de l’Honorable Jean Pierre Lihau, 2/Radio Mongala (97.5 MHz) de la députée honoraire  Basiala, 3/Radio rurale (91.1 MHz) de l’Honorable José Makila Sumanda, et 4/Radio Mwana-mboka (95.0MHz) de lui-même le gouverneur de la Mongala, Crispin Ngbundu Malengo. Ces radios sont celles les plus écoutées par la populations à causes de leurs émissions qui abordent des sujets politiques et sociales sans trop complaire à des autorités politiques et autres. 
Bâtiment de la radio la voix de Bumba de l'Hon. Jean Pierre Lihau à Bumba

Les journalistes suivants sont également sommés à durée indéterminée de ne plus prester en tant que journalistes dans la province de la Mongala, il s’agit de : Victor Mbonzo, Trésor Emeka, José Lingili et Fabrice Ngani, tous de la radio La voix de Bumba FM ; Kokose Yenga, Alain Bakenya, et Fiston Epima de la radio Mongala ; sans oublier Benjamin Mondonga de Radio Mwana mboka.
Le bâtiment de la radio Mongala de la députée honoraire Basiala Maka à Bumba

Tous ces journalistes sont judiciairement poursuivis à l’exception de Fiston Epima et Benjamin Mondonga. Les griefs pour lesquels ils sont poursuivis sont officiellement le manque de respect de la déontologie journalistique, création de trouble au sein de la population, etc., alors qu’en réalité l’opinion sait que ces journalistes et activistes politiques ont critiqué l’inaction et la mégestion du gouverneur Crispin Ngbundu Malengo, et que ces radios diffusaient à longueur des journées ces émissions à caractère politique et transmettaient en direct des débats politiques critiquant la mauvaise gestion de sa province par le gouverneur Ngbundu Malengo.
Bâtiment de la radio Mwana mboka de gouverneur Ngbundu Malengo à Bumba

Certains journalistes ont diffusé des propos qualifiés par les autorités provinciales de déshonorants et de malveillants envers le gouverneur, il s’agit des propos de certaines personnalités comme Jean Willy Engonga (membre de la structure de soutien du député national Jean Pierre Lihau), et du député provincial Aimé Bokungu, qui sont également judiciairement poursuivis.
Hon Aimé Bokungu, député provincial, assis devant en 2e position

L’on accuse à l’Honorable Aimé Bokungu d’avoir minimisé l’action du gouverneur et avoir tenté d’inciter la population à la haine et à la destruction méchante du pont sur une buse, jeté sur l’avenue Mobutu. Selon Aimé Bokungu, cette sorte de buse étant celle de route de desserte agricole puisque fragile ne devrait pas figurer sur l’avenue Mobutu, qui est aussi le passage de la route nationale n°6 à travers la ville de Bumba !
L'avenue Mobutu (route nationale n° 6) aux environs du pont critiqué par Aimé Bokungu,
non loin de Tribunal de paix de Bumba

La buse du pont, objet de critique

L’autorité provinciale a également interdit les émissions d’abord à téléphone ouvert, puis plus tard, à « sms » ouvert : « Kotisa nga na ndako ya Basiala », ou « 12.600 lettres » du redoutable Kokose Yenga, journaliste et directeur de la radio Mongala, l’homme au verbe facile, qui n’hésitait pas à citer nommément les noms de gens ayant des dossiers soulevés par ses auditeurs. Mais, en réalité ses émissions étaient très appréciées du public, elles permettaient à l'ensemble de la population de s'exprimer en direct à l'antenne sur tous les sujets abordés, y compris les actions du gouvernement.       
Certains activistes politiques du mouvement citoyen dénommé Mpo na Ekolo qui venait à peine de voir le jour à Bumba sont aux arrêts et acheminés à Lisala où ils sont incarcérés à la prison 22 de Lisala, en compagnie de journaliste Fabrice Ngani également arrêté dans son lieu même du travail, à la Radio La voix de Bumba FM. Ces activistes politiques sont arrêtés pour avoir organisé une marche de protestation contre la mauvaise gestion du gouverneur de province, laquelle marche a abouti jusque chez l’Administrateur du territoire où ils ont remis à celui-ci un mémorandum exigeant le départ pour incompétence du gouverneur de province Crispin Ngbundu Malengo.
Le journaliste Fabrice Ngani à l'avant plan et ses compagnons
de mouvement citoyen, arrêtés par le gouverneur Ngbundu, acheminés à Lisala et jetés en prison "22".
 On peut voir Engonga Taylor, le dirigeant de ce mouvement citoyen "Mpo na ekolo", torse nu derrière le journaliste.


C’est ce qui a par-dessus tout amené le numéro un de la province à suspendre l’Administrateur du territoire Miché Manza Lambi la Mene pour sa passivité et son manque d’autorité face à tous les remous et débordements qui s’opèrent à son territoire de Bumba. 
L'Administrateur de territoire de Bumba, Miché Manza Lambi la Mene, suspendu par le gouverneur Ngbundu,
pour n'avoir pas
empêché la marche de mouvement citoyen
        
Enfin, d’aucuns commencent à comprendre que ce coup de balais du gouverneur dénote la dérive dictatoriale dans laquelle est plongé Crispin Ngbundu Malengo ; lui qui, l’ironie de l’histoire, était pourtant considéré comme l’incarnation des valeurs démocratiques sur qui résidaient les espoirs des bumbatraciens avant et pendant les élections de décembre 2018 ; la preuve en est qu’il était le  député national le mieux élu de Bumba avec plus de 40.000 voix obtenues.
                                                                             Antonio Lisuma

lundi 1 juin 2020

Mongala : l’exécutif provincial soumis de nouveau à un remaniement


Mongala : l’exécutif provincial soumis de nouveau à un remaniement

            Soucieux de relever d’énormes défis auxquels fait face cette contrée de la république dont le bâton de commandement lui est confié, son Excellence Crispin Ngbundu Malengo, le gouverneur de la Mongala, vient de faire subir l’exécutif provincial un nouveau remaniement afin que sa vision du développement soit mené au bon port sous ses divers aspects.

            C’est depuis le 26 avril dernier que l’arrêté portant ce remplacement du personnel au sein de l’exécutif provincial a été rendu public. Dénommé « Bolongo 3 », ce nouveau gouvernement de la Mongala se compose des ministres ci-après :

1.      Ministre provincial de l’intérieur et sécurité : Jean Paul Motingea

2.      Ministre provincial de la santé : Didier Mazongo

3.      Ministre provincial de la justice : José Misiso

4.      Ministre provincial des finances : Emmanuel Ebengi

5.      Ministre provincial de l’environnement : Jean-Marie Boyongo

6.      Ministre provincial de l’éducation : Christophe Bilale

7.      Ministre provincial du budget : Blaise Mongo

8.      Ministre provincial des ITPR : Indu Andulu

9.      Ministre provincial de l’agriculture : Jean-Fidel Mongala Mbunzu

10.  Ministre provinciale du genre, enfant, famille et NTIC : Marie-Clémentine Sole

            Dans cette nouvelle équipe de l’exécutif provincial de la Mongala, seuls quatre ministres provinciaux du gouvernement précédent sont maintenus et les six autres sont remplacés. Signalons également que c’est le 02 mai que la remise et reprise a eu lieu entre ces derniers et les ministres entrants qui sont déjà en fonction d’après les sources où sont puisées les infos nous parvenues.

Bienvenu Balomao


Bumba : « Je dois garder droit mon objectif », déclare Crispin Ngbundu devant la presse bumbalaise

            En visite à Bumba, Crispin Ngbundu Malengo, gouverneur de la Mongala, a avant de regagner Lisala, chef-lieu de la province tenu le 08 mai un point de presse devant les journalistes de différentes radios locales émettant à Bumba. Au cours de cet échange, bon nombre de questions lui ont été posées par ces techniciens de la presse bumbalaise.

            Répondant à ces interrogations, le chef de l’exécutif provincial de la Mongala leur a présenté quelques éclaircissements afin qu’ils soient ramenés sur le droit chemin pour bien informer la population mongalaise sur l’évolution de leur chère province. Au sujet de ladite visite, l’homme de trois D a dit qu’elle portait sur trois points importants : d’abord se rendre à Engengele, village situé à vingt-quatre kilomètres de Bumba en vue de soumettre à la réparation un bulldozer en panne pour l’utiliser bientôt ; puis palper du doigt l’affaire concession Atundu afin de trouver un compromis à l’amiable et ensuite fouler le sol du groupement Ndobo situé à quarante-cinq kilomètres de Bumba pour éviter le bain du sang en y rétablissant la paix.

            Concernant les échauffourées entre policiers et autochtones ayant conduit à la mort d’un villageois à Binga, le gouverneur de la Mongala a hautement promis que tous les auteurs de ce crime répondront de leurs actes, car « étant une grande richesse dans la Mongala, la paix doit être préservée et la tracasserie doit être bannie sous toutes ses formes ». S’adressant aux députés provinciaux, il les a appelé à éviter de titrer les ficelles et à tenir, lors de leurs interventions au média, des propos pacifiques à l’égard de la population.

            Au menu de ce questionnaire lui adressé n’a pas été mise de côté la question du remaniement que vient de subir de nouveau le gouvernement provincial. A cette préoccupation, le premier citoyen de la Mongala a signalé que les ministres remplacés issus de la coalition marchaient à l’encontre de sa vision du développement visant l’émergence de la province. Ils n’ont pas également respecté le contrat de performance qu’ils avaient signé avant d’entrer en fonction, car ils ne conçoivent rien et ils manquent l’esprit de sacrifice.

            Par ailleurs le gouverneur Crispin Ngbundu a démenti toutes les rumeurs l’accusant du détournement des deniers publics. « Ces rumeurs émanent des personnes mal intentionnées qui veulent me souiller. Elles sont parmi les dures épreuves que je suis en train de rencontrer. Mais je suis sûr que la population mongalaise ne sera pas déçue le long de mon mandat. Je ne me laisserai pas emporté par tout ce qui se raconte sur moi, car ce sont des distractions ; je suis déterminé à garder droit mon objectif parce qu’à la fin du mandat, c’est moi qui serai coté », s’est-il défendu devant les journalistes bumbalais.

            Au sujet de la pandémie du covid-19 dont aucun cas n’est jusque là enregistré dans la Mongala, le chef de l’exécutif provincial a invité tous ceux qui en doutent de l’existence à y croire tout en respectant les gestes barrières, car elle existe bel et bien dans notre pays. Raison pour laquelle il a demandé aux journalistes d’amplifier la sensibilisation sur ce fléau mondial pour aider la population à se protéger.
Propos recueillis par Balomao Bienvenu 

Covid-19 : la Mongala dotée de kits de riposte


Covid-19 : la Mongala dotée de kits de riposte

            C’est le mercredi 20 mai que Crispin Ngbundu, gouverneur de la Mongala, a réceptionné un lot important de matériels de la lutte contre le coronavirus provenant de Kinshasa, la capitale de la République Démocratique du Congo. Envoyé par le gouvernement central, ce lot comprend des maillots de protection, des gants, des thermo flashs, et des cache-nez. Réceptionnant ces kits de lutte contre le covid-19, le chef de l’exécutif provincial de la Mongala a depuis l’aéroport de Lisala, chef-lieu de la province salué les efforts fournis par le président de la République, son Excellence Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui veille strictement à la santé de sa population pendant ce moment difficile.

            Par ailleurs, le premier citoyen de la Mongala a invité la population mongalaise à l’observance stricte des gestes barrières pour qu’aucun cas de covid-19 ne soit enregistré dans sa province. C’est en ces termes que s’est exprimé le gouverneur Crispin : « Il y a déjà l’équipe de riposte qui a été constituée et il y a le plan stratégique de riposte qui est déjà là. Aujourd’hui nous sommes à l’aéroport pour réceptionner  les colis venant du gouvernement central. Nous profitons de l’occasion pour féliciter et remercier le Président de la République qui a pensé à la population de la Mongala et nous parlons ici au nom de toute la population. Nous félicitons et remercions également le premier ministre, chef du gouvernement  pour ce lot qui vient de nous arriver, ça va nous servir à pouvoir justement faire la riposte au cas où interviendrait  un cas. Nous sommes heureux aujourd’hui parce que nous avons ce lot de matériels ; ça va nous aider à nous organiser, à nous préparer à la riposte dès que nous aurons un cas. Nous ferons en sorte que nous n’ayons même pas un seul cas dans notre province. »

            Il sied cependant de signaler que depuis l’apparition de la pandémie de covid-19 en République Démocratique du Congo, seules les sept provinces sont frappées et les dix-neuf autres ne sont pas encore atteintes. Ces entités touchées du territoire national sont : Kinshasa, Kongo central, Nord-Kivu, Sud-Kivu, Haut-Katanga, Ituri et Kwilu. Quant à la Mongala, elle figure parmi les provinces n’ayant encore enregistré aucun cas.

Bienvenu Balomao    


lundi 25 mai 2020

Encore de l’inondation à Bumba !


Encore de l’inondation à Bumba !
Les eaux du fleuve envahissent l'avenue du fleuve au bloc SEDEC 

Le territoire de Bumba dans la province de la Mongala vient une fois de plus de connaître le cas des inondations des eaux du fleuve et de la rivière Molua qui débordent déjà à certains endroits leur lit habituel et envahissent certains quartiers de la cité de Bumba, notamment l’avenue du fleuve au bloc SEDEC, l’avenue Mobutu aux quartiers Lokole et Kawele.
Le fleuve atteint le mur de certains bâtiment de l'avenue du fleuve au bloc SEDEC 

Après la triste série d’’inondations orchestrées dans la cité de Bumba et ses environs aux mois de décembre 2019 et janvier 2020 aux cours desquelles des quartiers entiers notamment les quartiers SEDEC et Lokele-Molua étaient envahis par les eaux du fleuve et celles de la rivière Molua, où les sinistrés n’ont rien reçu comme secours de la part du gouvernement provincial de Ngbundu Malengo, voici pour la nième fois que les inondations reprennent de nouveau en ce mois de mai.
Les eaux de la rivière Molua débordent et envahit l'avenue Mobutu peu avant le pont Molua au fond

La ville de Bumba étant construite sur une surface plane, presqu’au même niveau du fleuve, connaitra toujours des problèmes liés aux inondations tant des eaux du fleuve Congo que de celles de la rivière Molua, ce qui entraînerait toujours des conséquences malencontreuses pour les populations riveraines. Le gouvernement provincial qui se réclame être populaire ne doit pas faire profil bas dans la résolution de ces catastrophes naturelles.
Les habitations sous l'eau débordée de la rivière Molua

Puisque rien n’était jusque-là fait par le gouvernement provincial pour secourir tant soit peu les populations victimes des inondations de décembre 2019, hormis les dons offerts par l’Honorable député national Jean Pierre Lihau et les quelques piètres boîtes de sardines de Steave Mbikayi, le Ministre national des affaires humanitaires, voici venir l’occasion pour les autorités provinciales de se racheter.
 
Celles-ci (les autorités provinciales) doivent sans tergiversation aucune prendre leur responsabilité en main et se placer naturellement au-devant du problème, s’enquérir des dangers  liés à la submersion lors des crues des terrains avoisinant le lit du fleuve Congo et de la rivière Molua afin de valablement et urgemment trouver des solutions idoines en faveur des populations riveraines victimes, en leur apportant de l’aide de première nécessité et les aider à éviter les épidémies ou les maladies hydriques…
                                                                                        Antonio Lisuma.

vendredi 22 mai 2020

Les violons ne s’accordent plus entre Ngbundu et Ngoy


Les violons ne s’accordent plus entre Ngbundu Malengo et Vicky Ngoy

 Les violons ne s’accordent plus entre le gouverneur de province de la Mongala, l’Honorable Crispin Ngbundu Malengo et son allié de la même plateforme de l’opposition politique Lamuka, le député provincial Vicky Ngoy, tous les deux de territoire de Bumba.
Honorable Ngbundu Malengo, le gouverneur de province de la Mongala, le député national le plus élu de Bumba
Selon les déclarations de ce dernier, captées ce jeudi 15 mai 2020 sur les ondes de la radio Isomene de la cité de Bumba,  l’Honorable Vicky Ngoy n’apprécie plus les activités du gouverneur de province, l’Honorable Crispin Ngbundu Malengo qui, selon lui, ne gouverne pas  convenablement la province de la Mongala.
Honorable Vicky Ngoy, député provincial, élu de Bumba

En effet, depuis un an qu’il est pouvoir, à la tête de la province de la Mongala, Monsieur le gouverneur n’a encore rien fait jusque-là qui rassure ou soit  en faveur de la population de la Mongala en général, et pour le territoire de Bumba en particulier.
Le gouverneur de province, au cours d'un meeting à Bumba

Beaucoup d’abus se réalisent cependant sur le terrain, au vu et au su de sa population qui commence d’ailleurs à se fatiguer de lui : aucune route de desserte agricole n’est réfectionnée, pas un souci pour la réhabilitation de la route nationale n° 6, qui relie Bumba avec Bunduki à l’ouest, avec la province voisine de Bas-Uélé, afin de désengorger cette partie orientale très importante pour l’économie tant du territoire de Bumba que de la province tout entière ; aucun effort pour assurer la paie régulière des agents de certaines institutions provinciales, dont les ministres provinciaux et autres qui accusent huit mois de retard des salaires, etc.
Les routes ne sont pas toujours aménagées

Même les simples ouvriers journaliers commis pour la réfection des certaines avenues de la ville de Bumba, notamment l’avenue Mobutu, ils n’ont touché que deux salaires de 20.000 FC (soit 11.5 dollars) pour les deux premiers mois, mais ils ont  dû dans la suite abandonner le travail à cause des retards accumulés de la paye de leurs maigres salaires pour les mois qui suivent, alors que les taxes provinciales sont régulièrement payées par les paisibles assujettis à travers les services provinciaux tels que la DGEREMO (Direction générale des recettes de la Mongala), dont les agents travaillent même dans l’impayement.
L'Honorable Vicky Ngoy, au cours d'un discours à l'inauguration de sa baleinière  
Le gouverneur se livre sans motif valable, renchérit l’Honorable Vicky Ngoy, à remanier chaque fois son équipe gouvernementale pour une petite durée d’une seule année depuis qu’il est aux affaires ; aujourd’hui il est déjà à sa troisième phase dite « Bolongo 3 », où il a limogé six ministres pour les remplacer par les membres de famille des députés provinciaux, à l’exception de ceux de l’Honorable Vicky Ngoy ; cela, pour former une équipe gouvernementale acquise à sa cause, afin d’échapper à un contrôle sévère, voire à la motion de défiance de la part des députés provinciaux !
La ville de Bumba au bord du fleuve Congo
Le numéro un de la province est aussi accusé de mégestion, du népotisme et de clientélisme caractérisé par une impunité notoire qui ne pourra guère avancer la province, ajouté à cela le manque de collaboration avec certains députés provinciaux, qui pourtant s’activent pour le début de décollage de la province de manière générale, et surtout du territoire de Bumba ! 
Illustrant ses propos par l’exemple, l’Honorable Vicky Ngoy poursuit qu’il a tenté en vain de demander auprès du gouverneur qu’il transporte les matériels électriques de la société nationale d’électricité (SNEL), destinés pour le territoire de Bumba en provenance de Kinshasa, lesquels matériels traînent encore à Lisala !

Avec cette allure, le territoire de Bumba risquera de patauger sur place et n’affichera aucun décollage économique significatif sur le plan de son développement à cette mandature 2019 – 2023, où le gouverneur est du quota du territoire de Bumba ! Celui-ci, qui pourtant était le député national le plus élus de territoire de Bumba, ne doit ménager aucun effort pour reconstruire tant soit peut son territoire de Bumba. 

Faudrait-on croiser les bras et attendre les quotas de Bongandanga et de Lisala, les deux autres territoires de la province de Mongala, pour espérer amorcer un quelconque décollage économique de ce territoire de Bumba ? 

La population bumbatracienne, ouvrez l’œil, et le bon ...



                                                            
Propos recueillis par Antonio Lisuma.