lundi 27 juillet 2015


 

La population Bumbatracienne en marche pacifique

Le 10/07/2015, accompagnés de quelques membres de la notabilité budja dénommée Lihonge la budja, les Bumbatraciens ont organisé  une marche pacifique en traversant plusieurs avenues de la ville  pour se diriger vers la résidence de l’Administrateur du territoire dont le départ a constitué l’objet principal de la marche.
 
La banderole revendicative
 
D’après les informations qui nous ont été parvenues, le mobile de ladite marche est le désaccord du premier citoyen du territoire face au projet du découpage territorial, laquelle l’a poussé à communiquer à la hiérarchie provinciale son avis en y incluant les notables budja sans leur consentement. Quant à lui, le territoire de Bumba n’est pas prêt à porter le statut d’une ville, car les conditions qu’exigent un centre urbain ne sont pas encore réunies et qu’on n’y trouve pas de cadres capables d’en assurer la gestion et l’administration. Ces impressions ont été accueillies chez la notabilité budja comme du pétrole versé dans le feu.
 
Le cortège de manifestants
C’est ainsi que, voilés de courroux et vexés, les notables budja ont incité la population bumbatracienne à descendre dans la rue pour la marche pacifique qui a contrait l’Administrateur du territoire à quitter inopinément la ville de Bumba.
 
                                                                                                       Commentaires de Bienvenu BALOMAO

mercredi 22 juillet 2015


Adieu Patrick Yambula

Le jeudi 02/07/2015, la proclamation des résultats scolaires du niveau primaire et secondaire a eu lieu dans presque toute l’étendue de la République Démocratique du Congo, y compris la ville de Bumba.

Cependant au Collège Notre Dame du Révérend Père Carlos Rommel, elle a débuté à 11 heures et s’est terminée aux environs de 13 heures. Après cette publication à haute voix des résultats scolaires, tous les enseignants de cette institution se sont retrouvés dans l’une des terrasses de la ville pour prendre un verre à l’occasion de cette journée de fermeture de l’année scolaire. C’est dans cet endroit et pendant ce temps-là que la triste nouvelle atteint tout le corps professoral de l’école de différence, de préférence et de référence pour la ville de Bumba et la nouvelle province de la Mongala en particulier  et pour toute la République Démocratique du Congo en général.
L'arrivée du corps à l'Eglise Notre Dame

Ayant reçu un coup de téléphone, le Préfet des Etudes s’est retiré un peu du groupe pour répondre à l’appel. Après cette conversation téléphonique, le chef d’établissement a apporté à ses collaborateurs cette triste nouvelle en ces mots : «  Patrick Yambula vient de mourir tout de suite à l’hôpital Notre Dame », alors qu’il était déjà sur la voie qui lui permettrait un jour de servir Dieu comme prêtre dans la congrégation de Scheuts. Déçus et soucieux de la mort de leur ancien élève, les éducateurs ont eu du pain sur la planche pour avaler des gorgées et n’ont pas pu continuer avec l’ambiance. Cette mort a suscité une forte douleur et un profond regret à tous les ressortissants du Collège Notre Dame et à tous ceux qui ont connu et passé de beaux temps avec le défunt.
Le défunt dans le cercueil
 

Nous signalons que, le vendredi 03 juillet 2015 le corps du défunt a été emmené à la paroisse Notre Dame de Bumba et posé au sein de l’église où la messe d’inhumation a été célébrée par le Révérend Père Carlos Rommel. Après la messe, il a été conduit jusqu’à sa dernière demeure vers la route Ebonda où il a été enterré à sept kilomètres de la ville de Bumba.

Que l'âme de notre frère repose en paix et que la terre de nos ancêtres lui soit douce et légère. 

 

L'arrivée du corps au cimetière
 


La descente du cercueil dans la fosse
 

 
L'enterrement
 
Le cimetière après l'enterrement
 
 


                                                                     Une rédaction de Elisée Lituka et  Bienvenu Balomao
 

mercredi 15 juillet 2015

          La messe de fermeture de l’année scolaire 2014-2015
Le 04/07/2015, les enseignants des écoles conventionnées catholiques de la ville de Bumba ont pris part à la messe de fermeture de l’année scolaire, messe organisée par la coordination diocésaine des écoles conventionnées catholiques   de Bumba. Ladite messe a été célébrée par l’Abbé Edouard Litambala  en compagnie de l’Abbé Nicolas Abia, curé de la paroisse Saint André  et du prélat, Monseigneur Jérôme Makila. Dans sa prédication, l’abbé Norbert a appelé les éducateurs à faire un examen de conscience sur le travail qu’ils ont accompli tout le long de l’année scolaire afin d’améliorer la façon de prester l’année prochaine et les a exhortés à être fier de leur travail.
Après la messe, une rencontre a été organisée au sein du lycée Salongo pour prendre un verre et mettre quelque chose sous la dent. Les cérémonies ont débuté par le passage à tour de rôle de différentes autorités chargées de l’éducation de la place invitées pour prononcer leurs mots de circonstance. Ayant pris la parole, la Révérende sœur coordinatrice des écoles conventionnées catholiques de Bumba, la Soeur Charlotte Gupa E Mbeya a beaucoup remercié ses collaborateurs pour avoir massivement participé à la messe et leur a demandé de travailler avec toute conscience et courage pour une meilleure formation  et éducation des enfants. En outre, elle a également appelé les enseignants qui ne sont pas de la religion catholique au respect des normes régissant les écoles conventionnées catholiques.

Les enseignants réunis au Lycée Salongo
                                                                                                                      
Finis avec les mots de circonstance, les invités sur la table d’honneur et les enseignants groupés par école, ont pris un verre tout en mangeant joyeusement les morceaux de viande grillés accompagnés de chikwangues et frites préparées pour la fête.


Les éducateurs en train de manger


Pour clore, la piste de danse où les mélomanes et les amateurs de la musique ont témoigné de leur joie, a été ouverte pour tout le monde.

Une maitresse de l'école maternelle exhibant la danse
                                       
                                                                                 Commentaires de monsieur Bienvenu BALOMAO   
   
 






vendredi 10 juillet 2015


Nos chers lecteurs,

                Depuis quelques temps nous avons repris le courage en quatre mains  pour vous écrire, pour vous présenter des nouvelles de Bumba et de ses alentours.
Nous espérons  recevoir de vous des  remarques, de nouvelles  suggestions  pour nous orienter vers d’autres horizons.
Nous deux, nous donnons cours au Collège Notre Dame.et nous essayons de vous écrire pendant nos temps libres.
Nous voulons nous perfectionner en écoutant les rapports des gens et en les questionnant.

A cause de tous ces efforts que nous déployons, nous  vous demandons une  aide financière que vous pouvez  verser soit sur :
                  Wester Union de Bumba             ou
 S.O.S du Père Carlos    ou
                  compte personnel en Belgique.

En nous avertissant ou bien sur son adresse email : rommelbumbacalos@hotmail.be

                                                      Ou bien sur l’adresse suivante : balomao@yahoo.fr

Nous mentionnerons toujours l’aide reçu dans notre web si vous le permettez.

Compte S.O.S  P. Carlos Rommel 

                        IBAN : BE82 0000 9019 7468
                        BIC : BPOTBEBI

Compte personnel :   KBC : BE82 7380 0922 9368      Rommel  Carlos

                Nous sommes prêts à vous servir, à vous annoncer des nouvelles et surtout à vous écouter.

                                                                                   Merci pour la compréhension
-Balomao  Bienvenu

 
                                                                   .





Lituka  Elisée

jeudi 9 juillet 2015


Les handicapés en match au stade Mobutu de Bumba

 
Le dimanche 05/07/2015, dans l’après-midi, le stade Mobutu de la ville de Bumba  a accueilli deux équipes de personnes vivant avec handicap physique, le Football Club Elikya et le Tout Puissant Corbeau,  venues pour livrer un match de football.

Venus de différents quartiers de la ville, les Bumbatraciens se sont présentés en grand nombre pour contempler ce spectacle très amusant. Grande a été leur admiration, car à chaque instant, les  exploits que réalisaient chacun de joueurs suscitaient les cris, les ovations et les acclamations du public.
 
                           

Nous signalons que ce match a intéressé et égayé tout le monde qui s’était rendu au stade par ses gestes comiques et surtout par la façon dont procédaient les joueurs pour dégager et lancer le ballon. Les expressions de sourire et de joie s’étaient dessinées sur le visage de chaque spectateur. La première mi-temps s’est terminée par un score d’un but partout. Mais elle a connu plusieurs actions entre autre l’exhibition des talents, les buts ratés et tant d’autres faits facétieux. Quant à la seconde mi-temps, elle s’est, de part et d’autre, caractérisée par l’ajout d’un but.
 
Les joueurs en plein match
                            

Amant de la jeunesse et du sport, le fondateur du complexe scolaire et de l’hôpital Notre Dame, le Curé de la Paroisse Note Dame de Bumba, le Révérend Père Carlos Rommel n’est pas resté éloigné  de ce match gondolant. Il s’est présenté au stade en compagnie de ses visiteurs avec qui il a pris part au milieu d'autres spectateurs.
 
Le Révérend Père Carlos Rommel et ses visiteurs au milieu des spectateurs 
 
L’espace de temps prévu pour la seconde mi-temps terminé, le match s’est soldé sur un score de deux buts partout aux environs de dix sept heures. Après le match, nous avons réalisé une interview   avec quelques joueurs afin de connaitre leurs impressions face au match qu’ils ont livré. Ils ont beaucoup félicité et remercié tous ceux qui se sont donné corps et âme pour la réussite de cette compétition sportive et ils ont également demandé aux bienfaiteurs et à tous les hommes de bonne volonté de les aider et de les soutenir pour que cet acte ne soit plus l’affaire d’une seule fois, mais plutôt un fait habituel pouvant leur permettre de livrer des matchs avec d’autres handicapés des territoires environnants.

Les joueurs après le match
                         

                                                                                                    Un article de monsieur Bienvenu BALOMAO

 

 

 

mardi 7 juillet 2015

LORSQUE LES CHENILLES DEVIENNENT UN SECOURS ALIMENTAIRE ANNUEL POUR LES POPULATIONS LOCALES
 
« Avant d’être commercialisées jusqu’à l’échelle nationale une fois séchées, les chenilles constituent néanmoins un secours alimentaire important aux populations locales. Pareillement,  la population de Bumba a cessé de pleurer de faim il ya quelques semaines car entourée de chenilles ».
 
Makuke
                        
 
D’une  manière générique, les chenilles ne sont que des larves de papillons en forme d’anneau dont une variété  sert d’aliments pour les humains. Chaque année, les chenilles appelées « Mbinzo » en Lingala, sont consommées en grande quantité dans beaucoup de milieux du pays.
 Actuellement, les chenilles sont un cadeau précieux de la nature à la survie des habitants de Bumba dont la plupart éprouvent des difficultés financières. Quiconque se rendra aujourd’hui à Bumba, ne pourra  partir sans gouter aux chenilles à moins que l’on éprouve des malaises.  Les noms de la culture locale « Budja » attribués aux chenilles tels que « Makuke, Kulukaka, Mboyo, Manzelenge, Nzangala…  font la diversité des chenilles  les plus consommées à Bumba ».

Kulukaka
               
 
Lors d’un coup d’œil au marché des chenilles à Bumba, l’on a remarqué que si les hommes, les femmes, les jeunes, tous débrouillards, partent se procurer ces larves auprès de  villageois à quelques kilomètres de Bumba, pourtant seules les femmes sillonnent les rues  pour les vendre ou  vont simplement  s’installer aux  divers endroits de marché de Bumba.

Les paquets de chenille
 
Enfin, pour les amateurs locaux, il n’y a pas de doute, les chenilles  restent la fin de fin ! Les gens aiment les manger avec le manioc appelé localement  «  Malemba ». Mais, on soupçonne l’abattage sauvage et incontrôlé des arbres où se reproduisent les chenilles comme un danger permanent de leurs diminutions. D’où les besoins impérieux de protéger les essences favorisant l’accroissement des chenilles.
 

 

 
                                                                                           Commentaire de monsieur Gabriel ILUKU    

lundi 6 juillet 2015

LA FRIPONNERIE DES SURVEILLANTS LORS DE L’EXETAT

Du 22 au 25 juin 2O15, l’Examen d’Etat, appelé EXETAT en un seul mot, s’est effectué sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo. Cette épreuve s’est également remarquée dans la ville de Bumba, car trois semaines avant son début, les élèves finalistes de différentes écoles se sont retrouvés en maquis dans presque tous les quartiers de la ville pour se préparer et se compléter afin de mieux affronter l'épreuve. Nous présentons dans les lignes qui suivent notre constat amer sur les propos que nous avons recueillis chez quelques finalistes après l’Examen.
Les élèves en route vers le centre d'Examen.
 
Après l’Examen, nous avons consulté quelques uns de ces élèves pour recueillir leurs impressions par rapport aux réalités qu’ils ont connues dans le centre lors des examens. Mais les informations que nous avons reçues nous ont complètement déçus et écœurés. D’après les propos qui nous ont été fournies, dans plusieurs centres d’examen, beaucoup d’irrégularités ont été enregistrées, telles que les pots de vin décernés aux surveillants pour donner accès aux réponses venant de l’extérieur d’atteindre les candidats dans les salles d’examen, le déplacement des élèves d’une salle à l’autre en quête des réponses, l’usage des téléphones portables pour s’échanger des réponses, etc.
Les élèves attroupés devant le centre d'Examen. 
 
Nous relevons encore d’autres constats très amers tels que l’autosensibilisation des élèves ayant pour but la cotisation pour payer les enseignants qui se rassemblaient quotidiennement pour traiter les items afin d’en trouver les réponses à envoyer dans les salles d’examen. D’ailleurs, le deuxième jour des examens, nous avons trouvé quelques élèves en train d’en venir aux coups sur l’une des avenues de la ville. Cherchant à connaître le mobile, nous nous sommes arrêtés et nous avons interrogé l’attroupement. Après notre interrogatoire, nous avons découvert que ce scandale est dû   au fait que les uns ont bénéficié des réponses venant de l’extérieur et les autres ont quitté la salle d’examen sans en avoir bénéficié, car ces dernières sont arrivées en retard ; alors que tout le monde a cotisé. C’est ainsi que les déficitaires, remplis de fureur, ont agressé les bénéficiaires.
Voilà comment agissent les personnes à qui on confie la surveillance des examens. Leur comportement nous indigne profondément, car avec cette allure, notre ville en particulier et notre pays en général va, dans l’avenir, complètement sombrer dans tous les domaines et secteurs sociaux. Et nous nous interrogeons : si tous ceux qui œuvrent actuellement dans les différents domaines (santé, éducation, etc.) avaient évolué dans de telles conditions, quel serait le sort de ce pays continental dans lequel nous vivons ? Et quels types d’intellectuels aurons-nous dans les jours à venir?
Plus essentiellement, nous prions les autorités chargées de l’enseignement secondaire de la place de fournir plus d’efforts pour mettre fin à cette dépravation qui va extrêmement ternir la pépinière de l’élite bumbatracienne.
En nous lisant, que chacun de tous ceux qui contribuent directement ou indirectement à la réussite de cette opération que nous qualifions d’une substance  toxique pour les entrailles de ce milieu stratégique de la nouvelle province de la Mongala, interpelle sa conscience afin de cesser avec cette malhonnêteté.
 
 

                                                                                                  Critiques de Bienvenu Balomao

   

     

    

 
 
 

dimanche 5 juillet 2015


La salle polyvalente du collège (suite)

Nous sommes au début du mois de juillet et la charpente de notre salle se trouve sur les murs. Le travail était dangereux et dure, nos ouvriers ont dû travailler souvent sous un soleil pesant et  après la pluie des orages sur des planches et madriers glissants.

Cette semaine nous allons couvrir tout, la joie sera grande. Le pavement de la salle et les autres travaux se feront à l’intérieur, à l'abri du soleil et la pluie

Tout est bien passé

                                                                                      
Elle sera belle


Un homme  heureux.
 
                                                 Fait par Madame Lituka Elisée.

mercredi 1 juillet 2015

                  Le passage de deux urologues à l’hôpital NOTRE DAME  
Le 13/06/2015, l’hôpital Notre Dame a reçu deux médecins spécialistes en urologie, le Docteur Mattelaer  Johan et son  fils le Docteur Mattelaer Peter, venus de la Belgique pour apporter leur assistance aux malades souffrant des maladies des voies urinaires surtout celles de la prostate. Nous vous présentons en quelques lignes les propos que nous avons recueillis chez le médecin dudit hôpital, le Docteur Trésor LIKENGE avec qui ils ont réalisé quelques interventions chirurgicales.   
 Bien avant leur arrivée à Bumba, une grande sensibilisation de la population a été effectuée à travers les différents médias de la place.
Deux heures après leur descente d’avion et un petit repos à la Paroisse Notre Dame, ils ont visité l’hôpital qu’ils ont trouvé très modeste. D’après l’entretien qu’ils ont eu avec le Docteur Trésor LIKENGE, leur mission a plus consisté à faire un état de lieu de l’hôpital Notre Dame en ce qui concerne la prise en charge des malades avec problème urologique afin de leur permettre de trouver des matériels nécessaires pour organiser de temps en temps des campagnes de soins avec les médecins sans vacances.
Le lundi 15/06/2015, a débuté la consultation ; les deux médecins étant assistés par le Docteur Trésor. Le premier jour seulement, ils ont eu à consulter une trentaine de malades, tous avec un problème de la prostate. Ce fut le même cas pour le deuxième et troisième jour de leur consultation. Ce qui prouve en suffisance que le domaine d’urologie est en souffrance à Bumba surtout pour faute de matériel et aussi le coût élevé de ces interventions que la pauvre population n’est pas à mesure de supporter.
En dehors des consultations, ils ont assisté à certaines opérations réalisées par le Docteur Trésor. Ce qui les a vraiment égayés. Un seul bénéficiaire de leur séjour, le petit Rommel LIKENGE, fils du Docteur Trésor qui a subi une circoncision de la part du Docteur Peter.

Les médecins en pleine intervention

                              
Malheureusement, leur séjour a été écourté et jusqu’à ce jour les malades continuent à affluer l’hôpital Notre Dame. Nous espérons qu’ils reviendront le plus vite possible pour achever la tâche qu’ils ont amorcée.    

                                                                  Propos recueillis chez le Docteur Trésor LIKENGE et présentés par Bienvenu   BALOMAO