mercredi 31 juillet 2013

La Paroisse Notre Dame récupère la gestion
du stade Mobutu de Bumba.


Le Stade Mobutu de Bumba


         
          Le stade Mobutu de Bumba redevient une propriété de la paroisse Notre Dame depuis la décision n° 2010/0255/SECAB/PROGOU/EQ/BIF/2012 du 22 février 2012 de Son Excellence monsieur le Gouverneur de la province de l’Equateur.

          Il s’agit du terrain comprenant et le stade Mobutu et le Bureau de la cité de Bumba ainsi que les magasins du Pasteur Gbema et de Monsieur Makambo Mohilo dit « PIE ROGER ».
Le terrain de stade Mobutu n'est pas bien amenagé, des pelouses ne sont pas bien plantés, il n'y a pas de délimitations de terrain, pourtant le service de sport reçoit les recettes des matches ... 


          La paroisse Notre Dame redevient donc propriétaire de sa concession longtemps utilisée par les personnes citées ci-haut grâce à la requête patiente et persévérante de ses autorités ou membres du Conseil de la paroisse Notre Dame en accord avec Son Excellence Monseigneur Louis Nkinga Bondala, Evêque du diocèse de Lisala.
Le vieu bâtiment du Bureau de Cité de Bumba dans la concession de la paroisse Notre Dame. Le Chef de cité doit chercher ailleurs où implanter son bureau...
       
Les magasins de Pasteur Gbema à gauche (la porte ouverte) et celui de Pie Roger (les portes fermées)
  
          Peu après réception de la notification du Gouverneur de la province Monsieur Jean Claude Baende (le prédécesseur de l’actuel), une rencontre s’est tenue à cet effet entre l’Administrateur du territoire, le Chef de cité de Bumba, le Chef de service de sport, les membres de Cercle de football de Bumba et les délégués de la paroisse Notre Dame afin d’assurer la remise pacifique de droit de patrimoine et de gestion à la paroisse Notre Dame.

Maître Iluku Gabriel, le Président du Comité de gestion du stade Mobutu de la paroisse Notre Dame de Bumba

         
Monsieur Iluku Gabriel, l’avocat de la paroisse Notre Dame, est désormais le président du Comité de gestion du stade de la paroisse Notre Dame, après l’élection faite par quelques membres du comité de gestion de la paroisse Notre Dame ; il a aussitôt réuni son équipe de gestion composée de :
- Vice président Cardin Lungi (un agent de l’OCC),
-Secrétaire Dieudonné Gitimo (Comptable de la Coordination des Ecoles conventionnées catholiques),  
-Conseillers : -Mbombo Luc (Ex agent de l’Onatra/Bumba et Vice président du Conseil paroissial Notre Dame),
                     -Bodele Willy (Chef du personnel de la paroisse Notre Dame et
                     -Yenga (Garagiste et technicien de la paroisse Notre Dame).  

Monsieur Lungi Cardin le Vice Président du Comité de gestion du stade



          D’autres rencontres sont incessamment prévues, d’abord celle qui réunira le Service de sport, le Cercle de football de Bumba et le Comité de gestion du stade pour harmoniser la passation de gestion du stade de service de sport à la paroisse Notre Dame, ensuite celles qui réuniront respectivement le Chef de Cité et le Comité de gestion, ainsi les propriétaires de magasins précités et le tout nouveau comité du maître Iluku.

La tribune du stade non clôturée, toujours envahie par le public

         
D’aucuns se félicitent de la décision du gouverneur de voir enfin le stade Mobutu revenir sous la bonne main de la paroisse Notre Dame pour que celle-ci, avec les recettes générées par les matches mais toujours détournées par les prédateurs, poursuive les divers travaux d’aménagement du stade, tels que construction de treillis protecteur du terrain du public, construction des gradins, clôture de la tribune, etc.

Une vue de macthes de football entre les deux leaders de Bumba: les équipes Salongo en Rouge noir et DCMP/Bumba en vert blanc


          Rappelons que la gestion du terrain de ce stade a été initiée et réalisée par le Révérend Père Scheutiste Tshimanga Pascal de la Paroisse Notre Dame à l’époque, avant que le service de sport s’en accapare.
Le public déborde et certain monte même sur le mur !


Envahissement de terrain par les fans de Salongo, vainqueur de DCMP sur un score de 2 buts à zéro. Il est nécessiare que le nouveau comité de gestion construise un treillis pouvant séparer le public (pourtour) du terrain, afin de protéger les arbitres et les joueurs...


          Ensuite, le mur de la clôture du stade fut construit par le Révérend Père Carlos grâce en partie au financement du feu Litho Moboti alors candidat commissaire politique en campagne électorale aux élections de 1977, et en partie, lorsque le financement de Litho s’épuisait, par le Père Carlos lui-même qui s’y est investi par son propre argent, de même pour reconstruire le même mur lorsqu’il s’est écroulé aux années 1986.


Le Père Carlos Rommel, Curé de la paroisse Notre Dame de Bumba et son Vice président du conseil paroissial, papa Luc Mbombo


          Au deuxième écroulement du mur en 2008, il aurait fallu 80.000 dollars pour que l’Etat congolais par la Ministre de porte feuille Mabunda Jeanine (maintenant député nationale) intervienne pour la reconstruction du mur.


A gauche le stade et à droite l'église Notre Dame de Bumba.


          Donc, maintenant que la gestion du stade est désormais assurée par la paroisse Notre Dame, les choses sérieuses vont commencer… Bonne chance au tout nouveau Comité de gestion du stade ! 
                                                         Antonio Lisuma

                                                        Tél: 00243 997 72 94 13,  00243 810 692 982
                                                         E.mail: lisumaantonio@yahoo.fr 
                                                                 


























mardi 23 juillet 2013

Inceste à Ebonda !
          Un homme répondant au nom de Atunga Limbangi Jean Pierre âgé de près de 40 ans a violé plusieurs fois sa fille de 16 ans dans sa demeure familiale à Ebonda, ex- Alberta, une localité située à 12 km à l’Ouest de la cité de Bumba.

Atunga Limbangi Jean


          Pendant la nuit, lorsque toute la maisonnée est endormie, Jean Pierre Atunga se lève comme un fauve nocturne, quitte sa femme en train de ronfler et s’introduit sans bruit dans la chambre où s’endort sa fille de 16 ans et fait le rapport sexuel avec elle en la menaçant de la tuer par un couteau si elle osait crier.

Atunga a plusieurs fois violé sa fille de 16 ans


          Cette scène s’est répétée plusieurs fois, dix fois selon la fille. Une nuit lorsque son satané papa s’est de nouveau introduit dans sa chambre, ne pouvant plus supporter le viol causé par son propre père (biologique), la fille s’est mise à pleurnicher en voyant son père la pénétrer comme les autres fois, alertant les locataires qui vivaient aussi dans le même bâtiment que leur bâilleur.

La prison centrale de Bumba où est incarceré Atunga

          Ceux-ci hélèrent les parents de la fille pour aller vérifier ce qui se passait dans la chambre de la fille. C’est la maman qui, en se réveillant, ne voyait plus son mari et se précipita aussitôt dans la chambre de la fille : elle découvrant avec flagrance son propre mari couché sur leur fille ! Quelle horreur !
La vieille prison de Bumba  qui date de l'année 1930 est maintenant en ruine
          La police fut saisie de l’affaire, arrêta le crétin et l’incarcéra à la prison centrale de Bumba où il est maintenant en train de méditer sur son acte ignoble. Il semble selon des rumeurs que ce cas d’inceste est souvent d’usage courant dans la famille de monsieur Atunga et son père, et que la malheureuse fille serait déjà grosse… affaire à suivre.
                                                            Antonio Lisuma. 









samedi 20 juillet 2013

PRAPE  FAIT SES ADIEUX
C'était ici le Siège de PRAPE à Bumba
 (Dans la Résidence du Générale Bumba Moasso, sur l'ave. Mobutu, non loin de l'Hôpital Général)
          Le Programme de relance agricole dans la province de l’Equateur (PRAPE en sigle) vient de fermer définitivement ses portes ce dimanche 30 juin 2013. Bien avant cette date, plus précisément le 28 juin 2013, une séance bilan fut organisée par son Coordonnateur, Monsieur Antoine Roger Sumbela à laquelle furent conviées les autorités du territoire de Bumba dont Mr Jean Angali Kabola, l’Administrateur du territoire de Bumba.
                 
                     Mr Antoine Roger Sumbela fait sa déclaration                       Mr Jean Angali Kabola, Administrateur du Territoire de Bumba
                                     de fermeture définitive de PRAPE à Bumba

          Avec une large enveloppe globale de 22.581.500 dollars US, PRAPE était bien parti depuis décembre 2005 pour relancer efficacement l’agriculture et le niveau de vie de la population de Bumba en particulier et de la province de l’Equateur en général.

Route de desserte agricole vers Bosambi, amenagée par PRAPE
par la technique HIMO (Haute intensité de la main d'oeuvres)
(Aujourd'hui cette route n'est plus praticable comme elle se présente ici)

          Le programme a été mis en place par le gouvernement congolais sous la tutelle de ministère de l’agriculture et a reçu un prêt de FIDA (Fonds international de développement agricole) à 66 % de ladite enveloppe reçue, et un don de FBS (Fonds belge de survie) à 27% du montant.

Dépôt aménagé par PRAPE à Yaligimba

          Pour être précis, les bailleurs des fonds pour cette grosse enveloppe mise à la  disposition de PRAPE sont :
-      FIDA qui a prévu une somme de 14.704.400 $ US ; il a décaissé 14.455.911 ; soit un taux d’exécution de 98,3% et est resté avec une ressource de 248.488 $ non livrée à PRAPE.
-      FBS  a prévu 6.009.200$ ; il a décaissé 4.744.053 (78,9%) et détient encore 1.265.146$.
-      Le Gouvernement congolais a prévu 1.459.400 $ ; il a décaissé 491.550$ (un petit taux d’exécution de 33,6%) ; il continue à garder 967.850 $ ;
-      Les bénéficiaires, c'est-à-dire la population autochtone, devraient contribuer avec 408.800 $ (concrètement par l’apport en sable, brique, etc.), mais elle n’a fourni qu’un travail quantifié à 23.880 $, soit un faible taux d’exécution de 5,8%.

Hôpital général de Bumba, bâtiment de la maternité amenagé par PRAPE

          Au total, sur l’enveloppe estimée à 22.581.500 $, PRAPE a bénéficié de 19.715.394$, soit un taux d’exécution de 87,3 %. Le reste du montant, soit 2.866.405 $ non fourni à PRAPE seront décaissé à d’autres organismes pour poursuivre les divers travaux de finissage que PRAPE n’a pas pu achever.

Assistance pendant la séance bilan au bureau du Coordonnateur de PRAPE, Mr Antoine Roger Sumbela

          Les objectifs du PRAPE étaient nombreux :
-      Structuration et capacitation des organisations des agriculteurs et des pêcheurs,
-      accès aux intrants agricoles et de pêches, à l’outillage et semences améliorées,
-      accès à l’information par l’installation d’une radio communautaire,
-      aménagement des voies navigables, réparation quai et port de Bumba,
-      amélioration de l’accès aux soins de santé primaire par la réhabilitation, la construction et l’équipement des hôpitaux et centres de santé,
-      amélioration de l’accès à l’éducation primaire par la réhabilitation, la construction et l’équipement des bâtiments scolaires,
-      amélioration de l’accès à l’eau potable par le forage des puits et aménagement des sources captées,
-      aménagement des routes de dessertes agricoles,
-      accès à la commercialisation par la réhabilitation et construction des dépôts, etc.
PRAPE a-t-il atteint ses objectifs ?
Bâtiment de la pédiatrie à l'Hôpital de Yambuku réhabilité par PRAPE
          Avec cette large enveloppe reçue, PRAPE devrait en principe atteindre tous les objectifs ci-haut cités et améliorer certainement le niveau de vie de la population bumbatracienne.
Source Madude à Yandongi amenagé par PRAPE, mais à quelle dépense ?
          Mais hélas, cela n’était pas suffisamment atteint et ni tellement senti au niveau de la population de Bumba en particulier, encore moins au niveau de la population de la province de l’Equateur en général, puisque certains objectifs pourtant primordiaux n’étaient pas du tout exécutés, tels que réparation du quai et du port de Bumba…

EP Ngito (ex Notre Dame) réhabilitée par PRAPE

          D’autres objectifs n’étaient que partiellement exécutés, il s’agit notamment de l’aménagement des routes de dessertes agricoles : sur 700 Km prévus, seulement 112 km réalisées en HIMO (Haute intensité de la main d’œuvres) et 90 km en techniques mécanisées ; sur 50 puits prévus, seulement 30 qui furent forés ; et sur 30 sources d’eau prévues, PRAPE n’en a aménagé que 25 ! 
Bâtiment inachevé par PRAPE
          Certes, PRAPE a construit et réhabilité des écoles, 15 au total dont 6 qui restent pourtant inachevées, malgré les sommes colossales mises à sa disposition !    Il a réhabilité des hôpitaux et centres de santé (17 au total) à travers le territoire de Bumba et construit quelques bâtiments adjuvants, mais pour quelle dépenses? Des millions de dollars… trop excessifs !

Source Yeriko à au secteur de Banda yowa (Bumba)

Puits EP Lokele Mongala à Bumba
 PRAPE a encore construit une radio communautaire, qui a effectivement un impact, mais dont l’avenir reste incertain, vu les dépenses que la radio orchestre rien que pour la production de l’énergie électrique pour son fonctionnement. Si son comité de gestion ne s’exécute pas comme il se doit, l’entreprise se butera à de sérieux problèmes, notamment celui lié à l’entretient du générateur qui tombe trop souvent en panne et qui consomme beaucoup trop de carburant.  

Installation du pylône de la Radio Communautaire Bumba Lokole par les deux techniciens de teleconsult
          Bref, PRAPE a fait quelque chose, mais cela reste insignifiant par rapport à la somme colossale qu’il a reçue. Il avait la capacité de faire plus que ce qu’il a fait ; par exemple la construction du mur du stade de Bumba n’a coûté que 80.000 $ ; si on comparait ce coût avec la somme  reçue par PRAPE, on devrait avoir au moins 200 stades construits !

Ces véhicules de PRAPE ont été cédés à certains organismes de Bumba, INADES, Radio Bumba Lokole...

          Donc, PRAPE avec sa fameuse enveloppe devrait bien réparer le quai et le port de Bumba qui sont maintenant en ruine, asphalter la piste de l’aérodrome de Bumba, et bitumer les routes qui désenclavent le beau territoire de Bumba ; voilà quelque chose ayant un impact tant sur le territoire de Bumba avec sa population que sûr la province de l’Equateur…
                                                    Propos recueillis par   Antonio Lisuma






























vendredi 5 juillet 2013

Le 2 juillet: proclamation des résultats scolaires

PROCLAMATION DES RESULTATS DE FIN D’ANNEE SCOLAIRE AU COMPLEXE SCOLAIRE NOTRE DAME
          Le mardi 02 juillet 2013 était une journée où tout Bumba était dans l’effervescence de suivre les résultats de fin d’année scolaires des élèves. Au complexe scolaire Notre Dame, regroupant une école maternelle, deux écoles primaires et une école secondaire ayant deux sections, scientifique et littéraire, les élèves étaient dans la joie de suivre leurs résultats de fin d’année scolaire, après neuf mois d’études intenses.

Une élève de 2e primaire déclamant un poème sur la division du temps


          De nombreux parents des élèves se sont présentés au complexe scolaire Notre Dame pour assister aux cérémonies marquant la clôture de l’année scolaire 2012-2013, lesquelles cérémonies eurent lieu dans la cour de l’école primaire 1 Notre Dame.

Les élèves de 1e en scène


          Après le chant de l’hymne national qui marqua le début desdites cérémonies, les élèves de l’école primaire 1 Notre Dame du Directeur Jules Akanga, ont successivement démontré leur intelligence devant les parents en déclamant poèmes et récitations, en entonnant en chœur certains chants d’au revoir et en exhibant quelques pas de danse sous la conduite de leurs enseignants.

Les finalistes de 6è entonant un chant d'au revoir


          Ensuite vint le moment des discours de circonstance : du Représentant des élèves au Préfet des études du Collège Notre Dame, en passant par le Directeur de l’école primaire 1 Notre Dame, les deux Directeurs de discipline du Collège (le titulaire et son adjoint).

Le Directeur Jules Akanga de l'EP1 Notre Dame


          On retiendra de leurs discours que la rentrée scolaire de l’année scolaire prochaine est fixée au lundi 02 septembre 2013, que les frais scolaires à payer sont fixés à 15.000 Franc Congolais [soit 16.1$ US, (1$=930 FC)] pour les élèves de l’école primaire et 45.000 FC (Soit 48.3 $ US) pour les collégiens.

Mtre Iluku Gabriel, Directeur de discipline du Collège Notre Dame


          Enfin, la proclamation des résultats de test national de fin d’études primaires (TENAFEP) pour les élèves de sixièmes primaires clôtura les cérémonies de la journée et les parents d’élèves tant du primaire que du secondaire furent invités à entrer dans les salles de classes pour suivre les résultats de leurs enfants publiés par les titulaires de classes.

Camille Lindimbe, Préfet des Etudes du Collège Notre Dame

          Concernant les résultats de TENAFEP, tous les 146 élèves candidats de l’école primaire 1 Notre Dame ont réussi comme il en est toujours été depuis sa première promotion en 1996 jusqu’à la dix-huitième, l’actuelle promotion ; le premier a eu 89 % des points et le dernier 52 %. Cinq élèves ont eu plus de 80 %, cinquante-cinq en ont obtenu plus de 70, soixante-douze ont reçu plus de 60 % et 14 autres ont pataugé dans plus de 52 % ; ce qui donne une moyenne estimée à 65 % ; pas mal.

Proclamation des résultats de TENAFEP, les Lauréats.
          Quant à l’école primaire 2 Notre Dame, elle aussi emboîte le pas à la première école. Sa deuxième promotion composée de 37 élèves finalistes se sont présentés cette année au TENAFEP et ont tous réussi ! Les deux premiers ont obtenu 79 % et le dernier 54 %. Huit élèves ont réussi avec plus de 70 %, 24 autres avec plus de 60 % et cinq élèves avec plus de 54 % ; la moyenne est estimée à plus de 61 % ! 

L'élève Embangu de EP1 Notre Dame qui a réussi avec 89 %
          Au Collège Notre Dame, les élèves finalistes viennent de passer leurs examens d’Etat et les résultats ne sont pas encore publiés. Cependant, les professeurs titulaires des classes ont procédé à la proclamation des résultats scolaires de 1ère jusqu’en 5e de deux sections, littéraires et scientifiques. En excluant les deux salles de 6e, le Collège Notre Dame a connu 611 inscriptions d’élèves dont 535 ont participé aux examens de fin d’année scolaires ; 377 ont réussi et 158 ont échoué. L’ élève ayant réussi avec beaucoup de points est Makeli Enoch de 1ère année A qui a brillé avec 87,5 %, suivi de Lileke Stève de 4e scientifique math physique qui a distingué avec 86,5 %, des génies du Collège Notre Dame !  

Quelques collégiens après la proclamation de leurs résultats
          Le dernier de tous les collégiens est l’élève Molay Reagan de 1ère E qui a bouclé la boucle avec 38,3 %.
                                                                          Antonio Lisuma





Le 2 juillet: proclamation des résultats scolaires

PROCLAMATION DES RESULTATS DE FIN D’ANNEE SCOLAIRE AU COMPLEXE SCOLAIRE NOTRE DAME
          Le mardi 02 juillet 2013 était une journée où tout Bumba était dans l’effervescence de suivre les résultats de fin d’année scolaires des élèves. Au complexe scolaire Notre Dame, regroupant une école maternelle, deux écoles primaires et une école secondaire ayant deux sections, scientifique et littéraire, les élèves étaient dans la joie de suivre leurs résultats de fin d’année scolaire, après neuf mois d’études intenses.

Une élève de 2e primaire déclamant un poème sur la division du temps


          De nombreux parents des élèves se sont présentés au complexe scolaire Notre Dame pour assister aux cérémonies marquant la clôture de l’année scolaire 2012-2013, lesquelles cérémonies eurent lieu dans la cour de l’école primaire 1 Notre Dame.

Les élèves de 1e en scène


          Après le chant de l’hymne national qui marqua le début desdites cérémonies, les élèves de l’école primaire 1 Notre Dame du Directeur Jules Akanga, ont successivement démontré leur intelligence devant les parents en déclamant poèmes et récitations, en entonnant en chœur certains chants d’au revoir et en exhibant quelques pas de danse sous la conduite de leurs enseignants.

Les finalistes de 6è entonant un chant d'au revoir


          Ensuite vint le moment des discours de circonstance : du Représentant des élèves au Préfet des études du Collège Notre Dame, en passant par le Directeur de l’école primaire 1 Notre Dame, les deux Directeurs de discipline du Collège (le titulaire et son adjoint).

Le Directeur Jules Akanga de l'EP1 Notre Dame


          On retiendra de leurs discours que la rentrée scolaire de l’année scolaire prochaine est fixée au lundi 02 septembre 2013, que les frais scolaires à payer sont fixés à 15.000 Franc Congolais [soit 16.1$ US, (1$=930 FC)] pour les élèves de l’école primaire et 45.000 FC (Soit 48.3 $ US) pour les collégiens.

Mtre Iluku Gabriel, Directeur de discipline du Collège Notre Dame


          Enfin, la proclamation des résultats de test national de fin d’études primaires (TENAFEP) pour les élèves de sixièmes primaires clôtura les cérémonies de la journée et les parents d’élèves tant du primaire que du secondaire furent invités à entrer dans les salles de classes pour suivre les résultats de leurs enfants publiés par les titulaires de classes.

Camille Lindimbe, Préfet des Etudes du Collège Notre Dame

          Concernant les résultats de TENAFEP, tous les 146 élèves candidats de l’école primaire 1 Notre Dame ont réussi comme il en est toujours été depuis sa première promotion en 1996 jusqu’à la dix-huitième, l’actuelle promotion ; le premier a eu 89 % des points et le dernier 52 %. Cinq élèves ont eu plus de 80 %, cinquante-cinq en ont obtenu plus de 70, soixante-douze ont reçu plus de 60 % et 14 autres ont pataugé dans plus de 52 % ; ce qui donne une moyenne estimée à 65 % ; pas mal.
          Quant à l’école primaire 2 Notre Dame, elle aussi emboîte le pas à la première école. Sa deuxième promotion composée de 37 élèves finalistes se sont présentés cette année au TENAFEP et ont tous réussi ! Les deux premiers ont obtenu 79 % et le dernier 54 %. Huit élèves ont réussi avec plus de 70 %, 24 autres avec plus de 60 % et cinq élèves avec plus de 54 % ; la moyenne est estimée à plus de 61 % ! 
          Au Collège Notre Dame, les élèves finalistes viennent de passer leurs examens d’Etat et les résultats ne sont pas encore publiés. Cependant, les professeurs titulaires des classes ont procédé à la proclamation des résultats scolaires de 1ère jusqu’en 5e de deux sections, littéraires et scientifiques. En excluant les deux salles de 6e, le Collège Notre Dame a connu 611 inscriptions d’élèves dont 535 ont participé aux examens de fin d’année scolaires ; 377 ont réussi et 158 ont échoué. L’ élève ayant réussi avec beaucoup de points est Makeli Enoch de 1ère année A qui a brillé avec 87,5 %, suivi de Lileke Stève de 4e scientifique math physique qui a distingué avec 86,5 %, des génies du Collège Notre Dame !          
          Le dernier de tous les collégiens est l’élève Molay Reagan de 1ère E qui a bouclé la boucle avec 38,3 %.
                                                                          Antonio Lisuma

mercredi 3 juillet 2013

Evénement

ACCIDENT DE CIRCULATION A BUMBA
Le vieux policier Itala est mort !
          La Cité de Bumba vient une fois de plus de connaître un cas d’accident mortel dû à la circulation routière  qui eut lieu le matin du mercredi 3 juillet 2013 vers neuf heures.

Le policier Itala se meurt, gisant sur un bain de son propre sang 
          Un certain policier nommé Itala, une soixantaine, père de nombreux enfants surtout des filles (dont Mujinga) circulait comme d’habitude sur son vélo. Il venait de quitter le bureau de la police et se dirigeait vers la cité empruntant l’axe appelé communément « direction de la police ». Arrivée sur l’avenue Mbandaka, il se vit percuté par un motard qui roulait  à tombeau ouvert sur l’avenue Mbandaka en provenance du côté Molua.

Le capitaine Akola (le dos tourné) est le premier polocier à arriver sur le lieu,
pourtant personne ne pense à amené l'infortuné à l'hôpital, bien qu'il soit déjà mort
          Le choc fut énorme et avec un fracas épouvantable. Notre paisible vieux policier fut catapulté, de même que son vélo dont le roue avant détaché du reste et voltigeant en forme de « 8 » ; il mourut sur place, baignant sur son propre sang qui sortait du né et de bras fracturé sans être amené d’urgence à l’hôpital.

La population accoure sur le lieu
          Quant au motocycliste, il réussit à prendre la poudre d’escampette avant l’arrivée des policiers, laissant la moto qui ne l’appartenait d’ailleurs pas sur le lieu de l’accident car il en était empêché par la population qui accourait…  
                                                                  Antonio Lisuma