vendredi 31 décembre 2010

Evénement


                                      BONNE       ANNEE


Nous souhaitons à toutes nos admiratrices et à tous nos lecteurs  une bonne et heureuse année  2011. Que votre santé  reste « optima ».

Depuis deux mois notre web-site existe et nous sommes lus dans quinze différents pays.

La République Démocratique du Congo, la Belgique, le Royaume-Uni, la France, les Pays-Bas, Le Cameroun, La Côte d’ivoire, les Etats-Unis, le Kenya, l’Italie, le Canada, la Croatie, la Roumanie, le Bangladesh et la Suisse.

Nous serons très contents de recevoir    vos remarques et  autres orientations.

Du majestueux fleuve  Congo, nous vous saluons




La route  vers  K I S A N G A N I

jeudi 30 décembre 2010

Les Jeunes

LA FETE DES LEGIONNAIRES DE MARIE

CURIA :  Mama wa  loboko
          On notera que la “Curia mama wa loboko” est un conseil organique–distinct de celui des mamans légionnaires– regroupant les jeunes légionnaires de deux paroisses précitées et existe de manière progressive depuis 2003, d’abord à la paroisse Notre Dame, puis, petit à petit  à la paroisse Saint-Murumba.
          Après le mot de circonstance dit par Trésor Kalitho, le président de la Curia Mama wa Loboko (voir la photo), c’était l’occasion pour la dame Moningo Christine, la conseillère du présidium des jeunes légionnaires du quartier Sainte Caroline (un des quatre quartiers de la paroisse Notre-Dame de Bumba), de parler brièvement de la  vie de la Vierge Marie, de sa conception sans péché, et de ses apparitions dont celle de Lourdes.
Mama Moningo  Christin  avec le Président Trésor Kaltho
          Une fois le repas servi, les jeunes légionnaires ont afin agrémenté la journée par une série d’animations des chants en l’honneur de Marie et de son fils Jésus-Christ, le Sauveur de l’humanité (photo).
          Pour la petite histoire, le mouvement des légionnaires de Marie fut fondé après la première guerre mondiale, le 7 septembre 1921 à Dublin, la capitale irlandaise, par Frank Duff. Ce dernier, impressionné par les exploits réalisés par les militaires lors de la première guerre mondiale, créa avec ses amis ce mouvement de masse et lui attribua le nom légion, à l’instar de l’armée romaine.
          Contrairement à l’armée mondaine qui tue et fait tout ce qui est lié à la mondanité, les légionnaires de Marie se déclarent être les soldats de Marie la mère de Jésus, à qui ils se dévouent totalement, et pour qui ils se battent contre Satan et ses tentations. Ils font partie intégrante de diverses organisations de l’Eglise catholique, et se fixent comme objectifs de servir l’Eglise dans ses différentes activités, aider les pauvres et les marginaux de la société, assister les prisonniers, etc.
          Nos jeunes légionnaires de deux paroisses Notre Dame et Saint Murumba font autant pour l’amour de Marie et de son fils Jésus Christ.

Et  la  fête  continue...................................................

mercredi 29 décembre 2010

Evénement

COUP D’ŒIL AUX RESULTATS DE SONDAGE
DES TROIS DERNIERES ANNEES

          La moyenne des résultats sur l’ensemble des élèves de 6e de l’Ecole Primaire1  Notre Dame de Bumba pour les trois dernières années au test d’évaluation nationale de fin d’étude primaire, TENAFEP en sigle, se présente de la manière suivante :
  • En 2008, il y a eu 100% de réussite, et la  moyenne des points obtenus est de 75% ; 1 élève a réussi avec 90 %
  • En 2009, il y a eu 100 % de réussite, et la moyenne des points obtenus est de 81% ; 19 élèves ont réussi avec 90 % dont le premier a eu 98%.
  • En 2010, il y a eu 100 % de réussite, et la moyenne des points obtenus est de 77% ; 5 élèves ont réussi avec 90 % dont le premier a eu 92 %.
          Parmi les cinq derniers lauréats cités, deux sont en déplacement, Maboso Jephté, qui a reçu 92 %, étudie désormais à Kinshasa, et Ipolo Benjamin s’en est allé étudier au petit séminaire de Bolongo à Lisala. Quant aux trois autres, Malua Yves, Likunda Platini et Molelo Cédric, (Vous pouvez les voir sur cette photo, de gauche à droite, tel qu’énuméré dans le texte), sont inscrits au Collège Notre Dame de Bumba où ils évoluent jusqu’à ce jour.

                                  TOUJOURS  CENT POUR CENT





Malua Yves Likunda Platini  Molelo  Cédrick

mardi 28 décembre 2010

La Maternelle

PROCLAMMATION DES RESULTATS DU 1e TRIMESTRE
A L’ECOLE MATERNELLE NOTRE DAME

          L’école maternelle Notre Dame de Bumba vient de procéder aux  cérémonies de proclamation des résultats du premier trimestre ce lundi 20 décembre courant au sein de l’établissement.






          En présence des parents venus nombreux assister à la proclamation des résultas de leurs enfants, la directrice de l’école, la Révérende Sœur Anne Marie Machozi a été la première, sous la modération de l’enseignant Arsène Abumba, à prendre la parole. Son petit mot de circonstance a consisté en un petit bilan trimestriel qui selon elle était assez satisfaisant, elle a ensuite déterminé le montant de minerval du second trimestre que les  parents devraient préparer pour la paie du second trimestre dès la rentrée prochaine des classes prévue pour le 10 janvier 2011. 
          Puis vint le tour du gestionnaire et promoteur de l’école de prendre la parole. Le Révérend Père Carlos a d’abord félicité les enfants pour le travail abattu, ensuite il a, à l’occasion des fêtes de nativité et de nouvel an, présenté à tous ses  vœux les meilleurs, et a enfin, évoqué la nécessité pour les parents, à l’instar de Joseph et de Marie, d’assurer à leurs enfants  une éducation saine ; ceux-ci doivent garder leur chasteté jusqu’au mariage pour être des femmes et des hommes utiles, et développer le monde.






















         Enfin, c’était le tour de la Révérende Sœur Gabrielle Kwon, supérieure provinciale pour l’Afrique des sœurs de la Doctrine Chrétienne résidant à Kinshasa, en visite à Bumba, qui, en quelques mots dits en lingala, s’est émerveillée de l’organisation de l’école et a félicité les enseignants.
          Les cérémonies se sont poursuivies avec cette fois-ci l’organisation d’un grand défilé des élèves de toutes les 12 classes de l’école, au rythme des tambours kimbanguistes, ensuite la déclamation par les élèves des poèmes et récitations, ainsi que l’organisation par quelques  élèves de la grande section d’une scène théâtrale sur la naissance de Jésus-Christ à Bethlehem.
          La cérémonie fut clôturée par la proclamation dans chaque classe des résultats du premier trimestre.  

lundi 27 décembre 2010

Paroisse

                                                                   NOEL
La creche, sans  Joseph, tombé et cassé.

Noël  2010

            Jésus est né à Bethlehem, dans une étable des bêtes, parce qu il n’y avait pas de place ailleurs pour lui, ni pour ses parents. St. Jean nous dit : « Jésus, Parole de Dieu nous est né » Malgré que ce petit bébé ne sait pas encore parler il nous donne par sa naissance trois leçons.
            A/ Joseph voulait laisser tomber sa fiancée, mais à la fin des fins il reste attaché à elle. Il doit partir à Bethlehem pour se faire recenser, mais il veut rester chez sa femme enceinte. A la fin des fins tous les deux partent ensembles pour obéir à la loi de recensement. Joseph veut rester auprès de sa femme, ils veulent  éduquer ensemble leur enfant malgré tout. Un enfant a besoin d’un père, a besoin d’une mère. Malheur à l’enfant qui manque son père, qui manque sa mère. Joseph et Marie ont voulu rester ensemble  pour éduquer leur enfant. Combien d’enfants dans notre pays manquent un parent. Ils sont  innombrables et les conséquences néfastes sont les suivantes : des enfants affamés, des enfants voleurs, des enfants qui cherchent  tous les moyens de survivre et de se loger et de se vêtir convenablement. Le Christ nous donne donc la leçon, malgré qu’il ne puisse pas encore parler, que l’enfant a besoin des parents.
            B/ Les bergers arrivent pour aider l’enfant. Nous sommes tous des bergers pour tous les enfants que nous côtoyons. Nous, les adultes, nous avons l’obligations d’aider tout enfant. Malheur à l’adulte qui scandalise l‘enfant, il serait mieux qu’il soit jeté aux fonds des mers avec une grosse pierre à son  cou. Les bergers ont tout fait pour cet enfant qu’ils ont trouvé dans  l’étable de leurs bêtes, ils ne l’ont pas chassé, mais ils l’ont aidé de tous leurs moyens,   ils n’ont pas fait comme les riches habitants de Bethlehem


Les petits enfants chantant pour le petit Jésus.

C/  Il y a trois rois qui sont venus de loin. Ils ont donné au petit de l’or, du parfum   et de myrrhe. Qu’est-ce que ce petit enfant veut nous dire par ce geste ? Tous les dirigeants des pays ont le devoir de soutenir leurs petits sujets. Chaque pays est assez riche  pour nourrir et héberger ses citoyens. N’acceptons pas ces paroles « Nous n’avons pas de budget pour faire cela ». Chaque pays est assez riche  pour remplir ses devoirs envers ses citoyens. Il y a assez d’or, assez de diamants, assez de richesse dans chaque sol. Hérode voulait tuer l’enfant parce qu’il était soi-disant son concurrent. Le Christ veut nous dire : « malheur aux dirigeants des pays où les enfants meurent de faim. »

Mes chers paroissiens : « Joyeux Noël » mais Noël sera joyeux si chaque enfant a ses parents, si nous tous, nous  protégeons tout enfant et si nos dirigeants mettent tout enfant de son pays au premier plan.

JOYEUX NOËL

Les intentions libres


Noël
            L’évangile nous dit, selon le sermon du Père, comment Joseph et Marie étaient unis et vivaient ensemble, et ont enfanté l’enfant Jésus.
            Mais aujourd’hui certaines mamans ne sont pas unies à leurs maris. Une femme peut se permettre d’enfanter des enfants ayant chacun son père biologique et de même un mari peut avoir des enfants ayant chacun sa mère biologique. Comment ces enfants grandiront-ils sans l’union des parents ? Et avec quelle éducation grandiront-ils ?
            Prions pour qu’a l’instar du couple Joseph et Marie, nous ayons des vrais parents où on a un père et une mère unis dans le mariage, et où les enfants grandissent avec une bonne éducation.

Yenga François, jeune de lumière.




François  Yenga


Joseph et  Marie ont pris l’éducation de leur enfant en charge et leur enfant a stupéfié le monde, prions pour que nos parents prennent aussi leurs enfants en charge afin que ses enfants soient plus tard utiles à la population et qu’ils favorisent le développement de leur pays, ainsi le pays aura plus besoins des étrangers.

Mosungu Niclette , Jeune légionnaire.

Niclette  Mosungu


samedi 25 décembre 2010

Paroisse

Quatrième Dimanche de l’Avent.
Isaïe 7,10-14                              Romains 1,1-7                       Matthieu 1,18-24

Des temps de Noé, tout le monde travaillait, mais seul  Noé est pris, se sauve et tous  les autres se noient.. Voulos-nous être pris, ou nous voulons  faire nous-mêmes  notre bonheur ? Alors … on se noiera si l’on veut faire son bonheur.(premier dimanche)
Le Christ nous implore : « aidez les malheureux, les pauvres, les veuves » pour ne pas se noyer.(deuxième dimanche)
Chacun, à sa place, doit travailler pour un monde meilleur, et ne pas pour « son » monde  (troisième dimanche)

----------------------------------------------------------------------------------


Isaïe était prophète  au temps du Roi Achaz, un Roi qui excédait dans tout ce qui était mauvais. Les ennemis du Roi rodaient dans le pays,  dévastaient les champs et  molestaient la population. Le peuple en avait assez : il  pleurait et voulait délivrance. Mais le Roi faisant la sourde oreille à tout,  continuait avec ses amis sa vie impopulaire. Il ne voulait même pas délivrer son peuple des tracasseries et même pas implorer Dieu pour que la paix retourne dans le pays.    A sa place, Isaïe implorait Dieu. Les gens étaient contents et ils espéraient  recevoir un  autre roi, jeune, fort, entreprenant et libérateur. Le temple était rempli des gens qui jeûnaient,  priaient et  offraient des belles offrandes. Après quarante jours Isaïe prophétisait la parole de Dieu. Tout le monde était collé à la bouche d’Isaïe qui exprimait la  Parole de Yahvé, notre Dieu : « Une jeune fille vierge, enfantera un enfant et on l’appellera « Emmanuel » Dieu avec nous. 
Les gens étaient stupéfaits.  « Pas de libérateur maintenant » criaient-ils.  « Yahvé  n’a pas trouvé maintenant un libérateur parmi nous. » répondait Isaïe
Des siècles plus tard, le garçon Joseph et la fille Marie étaient les élus de Dieu. Leur enfant a été appelé « Emmanuel ».Dieu avec nous
Nous prions aussi beaucoup pour que notre pays change, pour que nous ayons des bons gouvernants, il y a des élections pour ce fait, de la propagande et un tas d’histoires. Mais quand est ce que nous  enfanterons des enfants qu’on appellera : « bons garçons »  «  garçons de paix »  « garçons pas tricheurs »  « enfants de Dieu »
Quand  nous aurons des enfants qui recevront de tels noms parmi nous, nous pouvons espérer à un monde meilleur.


Lisiko  Maurice, jeune légionnaire

Intention de Maurice

Joseph, un homme chaste se marie à Marie, une jeune fille vierge et font naître un enfant, Jésus Christ, le sauveur de l’humanité qu’on appelle : « Emmanuel » Dieu avec les hommes. Mais, nous les jeunes d’aujourd’hui, avons déjà dès le jeune âge perdu notre chasteté par la vie de débauche, comment à l’âge adulte ferons-nous naître des enfants « des Emmanuels »  qui  sauveront notre pays ?

jeudi 23 décembre 2010

Ecole Primaire

La Directrice : Gbey  Yvette
E.P.2  NOTRE DAME
        
 L’Ecole Primaire 2 Notre Dame est, quant à elle, située au sein de la paroisse Saint Vincent, dans le souci d’approcher les élèves habitant vers le quartier nord de la Cité de Bumba.
          Fondée en 2002 toujours par le Révérend Père Carlos Rommel, l’école comprend deux bâtiments contenant huit salles de classe bien équipées ayant chacune un enseignant travaillant sous la supervision de la directrice Ivette Gbey.
       

De g à dr. Mr.Akola Fréderick,Sr. Tinda Agnès,Mme. Akonga Véronique Mr. Mabunga Firmin, Mme Ebwani Marie, Mr. Molokpa Albert, La Directrice Gbey Yvette et Mme Maboya Anastasie




   Cette année scolaire, l’école a ouvert ses portes depuis le 6 septembre avec un effectif de 407 élèves dont 207 garçons et 200 filles. Etant elle aussi une école en progression comme fut d’ailleurs EP1 Notre dame, elle vient d’ouvrir la classe de 6ième avec 42 élèves (ils sont sur la photo avec leur enseignant Mr Akola) qu’elle compte présenter pour la première fois au bout de cette année scolaire au test d’évaluation nationale de fin d’étude primaire.


La sixième primaire


mercredi 22 décembre 2010

les Jeunes

JOURNEE COMMEMORATIVE DE LA MORT DE LA SŒUR ANUARITE NENGAPETA




          Le 1e décembre de chaque année est une journée que l’Eglise Catholique a consacrée pour commémorer le martyre de la Sœur Marie Clémentine Anuarite Nengapeta.
          A travers toute la République Démocratique du Congo, et même dans certains pays voisins, l’Eglise célèbre cette journée. La paroisse Notre Dame de Bumba a également vibré au rythme de cette célébrité de commémoration. Tout commença, comme dans les trois autres paroisses de Bumba, par la messe matinale, dite par le curé de la paroisse, le Révérend Père Carlos Rommel qui, pendant le sermon, a  brièvement parlé de la vie de la bienheureuse Anuarite et les conditions dans lesquelles elle fut assassinée.
          Vers 14 heures trente, le groupe des jeunes Kizito et Anuarite (K.A. en sigle), qui ont aussi chanté en chorale à la messe, ont enrichi cette journée en participant à une séance de méditation dirigée par leur Assistant spirituel Adélard Mokobe, à l’intérieur même de l’église.
          C’est, un peu plus tard à la sortie de l’église, qu’eut lieu par les jeunes K.A., la cérémonie d’animation à l’esplanade même de l’église, avec des chants initiatiques, avant de clôturer la journée vers 17 heures en partageant dans la fraternité un repas fait des bananes cuites et des cacahuètes.


          Ce groupe des jeunes Kizito-Anuarite, qui ont marqué cette journée du 1e décembre, se constitue en principe des jeunes garçons appelés KIZITO et des jeunes filles dites ANUARITE, dont l’âge varie de 8 à 15 ans, existe depuis 1979 et s’inspire de la foi et de la vertu de leurs patrons, le saint Kizito et la bienheureuse Anuarite.
          Le groupe s’est depuis lors fixé comme objectif l’encadrement et l’initiation des jeunes en plein âge de la puberté, afin de promouvoir  en eux la foi et la vertu qu’avaient leurs saints patrons.



          Qui est Anuarite ?
          Marie Clémentine Anuarite Nengapeta est née le 29 décembre 1941 à Wamba dans la province Orientale de la R.D. Congo. Elle a intégré la communauté des sœurs de la Sainte Famille (“Jamaa Takatifu”, en swahili) où elle devint religieuse. Cette congrégation fut fondée en 1936 à Bafwabaka, toujours dans la Province Orientale, avec le concours des Sœurs de l’Enfant Jésus de Nivelles.
          Au cours de la rébellion lumumbiste et  muleliste qui a déchiré la R.D. Congo en 1964, Anuarite –puisqu’elle était aussi une belle fille– fut sollicitée par le colonel Ngalo, un des chefs rebelles à Isiro, afin de devenir sa femme. Mais, devant le refus catégorique de la sœur Anuarite, ce dernier l’arrêta et la malmena avant de l’assassiner.
          Le pape Jean Paul la béatifia le 15 Août 1985 au cours d’une messe dite en plein air à Kinshasa, à l’occasion de la fête de l’Assomption.
Quant à l’autre patron des K.A., le Saint Kizito, il est le plus jeune des 22 martyrs de l’Ouganda qui furent brûlés vifs vers 1886 par le roi Mwanga des Baganda qui leur incitait à aller à l’encontre de leur foi en Jésus-Christ. Rappelons que les martyrs de l’Ouganda furent béatifiés par le pape Benoît XV en 1920 avant d’être canonisés le 18 octobre 1964 par le pape Paul VI.
                                                                         
Les encadreurs

Evénement

TROIS JUMEAUX A L’ECOLE MATERNELLE NOTRE DAME

          Ils sont trois, deux garçons et une fille, nés le même jour le, 6 avril 2006, à la même heure dans une maternité de Kinshasa.

           Chose étonnante  les deux garçons Christvi et Glodi ne sont pas de même taille, mais ils ont reçu des beaux noms respectifs : Christ vivant et Gloire à Dieu. et Bénie, la fille,  aussi  la bénie de Dieu, est l’image des deux garçons ensembles.

         


 Ah! Les jumeaux, c’est toujours étonnant, ils ne sont pas nombreux à Bumba, ils sont même uniques, il n’y a pas d’autres…. A en croire leur papa, Mr Mbombo Léonard, qui vit à Kinshasa, mais qui se trouve actuellement en séjour d’affaires à Bumba, les trois jumeaux sont très capricieux et ils ont des caractères tout à fait différents, un petit rien peut facilement les opposer profondément, mais ils deviennent tous les trois très unis pour se protéger contre toute agression extérieure.
          A l’école maternelle Notre Dame où ils étudient, séparés l’un de l’autre dans trois salles distinctes de section moyenne, la directrice, la Révérende Sœur Anne Marie Machozi affirme que les deux garçons sont  turbulents et débrouillards comme chaque Budja, tandis que la fille est timide mais   forte en langue, elle deviendra « bonne commerçante » comme ses parents.. 



          Leur maman Antoinette Yangambika, qui vit à Bumba séparée de son mari Léonard à cause d’une certaine mésentente  conjugale, est pour l’instant en voyage d’affaires à Kinshasa, laissant toute la charge quotidienne des enfants (les jumeaux ainsi que leur grande sœur Rachel) entre les mains de sa sœur aînée Marie Clémentine (voir la photo), qui essaie tant soit peu à se débrouiller pour leur survie…

                                                                                     
La bonne Marie-Clémentine

mercredi 15 décembre 2010

les routiers

Les routiers

Nous avons tous pris la même route, une route d’un oubli de soi même. Une route incompréhensible pour beaucoup de gens, même inhumaine pour d’autres. Mais le Christ, en Matthieu chapitre dix neuf a dit : «  comprenne qui pourra »

De la Paroisse Notre Dame vous êtes au nombre de quarante qui ont pris cette route, et  j’y suis quarante ans curé.


Pensons d’abord aux trois qui sont dans le ciel : Sœur Lionge Louis, partie le 15/07/2001 ; Sœur Monduka Colette, partie le 16/02/2002 et le Père Mangenza Antoine, parti le 1/09/2005.

Travaillons tous pour rendre le monde meilleur. Nous avons tout quitté pour ce but.  Abraham aussi  a tout quitté  pour donner au peuple de Dieu une  terre nouvelle, remplie du lait et du miel. Nous avons le même travail..
Nous sommes éparpillés dans le monde. Groupons-nous.

Donnez-nous de vos nouvelles, parlez de votre travail, de vos occupations. Votre lettre partira dans le monde entier, sous titre : les routiers

Mes amis, je suis bien malgré l’âge, je ne laisse pas  tomber les bras. Vous autres aussi, « donnez-vous totalement »    Dieu vous aidera.

P. Carlos

J’attends  vos nouvelles. carobumba@yahoo.fr



mardi 14 décembre 2010

Paroisse

Troisième dimanche de l’Avent

Isaïe 35,1-6a, 10                           Jacques 5,7-10                       Matthieu 11,2-11

Des temps de Noé, tout le monde travaillait, mais seul  Noé est pris, se sauve et tous  les autres se noient.. Voulos-nous être pris, ou nous voulons  faire nous-mêmes  notre bonheur ? Alors … on se noiera si l’on veut faire son bonheur.(premier dimanche)
Le Christ nous implore : « aidez les malheureux, les pauvres, les veuves » pour ne pas se noyer.(deuxième dimanche)

Aujourd’hui, Isaïe dans un temps turbulent promet au peuple un monde  paradisiaque.  Dieu aussi, depuis le commencement du monde ne nous  promet que la même chose. A Abraham il dit : « je veux te donner une belle prospérité et de l’abondance et un grand pays et  aux deux autres patriarches Isaac et Jacob il promet la même chose. A Moise il parle de la même façon aussi à David et à Salomon. Mais toutes ces promesses ne se réalisent pas, puisse qu’à cause des hommes. Les prophètes reprochent aux dirigeants  leurs mauvaises gérances, mais personne ne change sa conduite.
Dans l’Evangile, Jean Baptiste est en prison parce qu’il a reproché à Hérode  sa mauvaise conduite. Rien de nouveau dans le monde. De la prison il envoie ses disciples à Jésus : « C’est toi le sauveur, ou il faut attendre un autre » ?? Et le Christ de répondre : « les aveugles voient, les estropiés marchent, les morts ressuscitent »  C’est tout.  Le Baptiste reste en prison et quelques jours après il sera, à cause d’une fille, décapité. Le monde continue avec ses affaires.
La famille de Jean et aussi  la population ont  imploré Jésus pour sauver le Baptiste, Quelques uns lui dirent, c’est ton frère, sauve le, sors le de la prison. Mais le Christ n’a pas répondu, …….Il est venu sur terre pour faire la volonté de son Père. « Donnez à la population une belle terre, de l’abondance, du bonheur »
Nous sommes tous appelés à faire la même chose,  à travailler pour un monde meilleur. Cessons donc de demander à Dieu des faveurs. Il n’en donnera pas par miracles.  Travaillons pour un monde meilleur chacun selon ses talents, sa profession.


Pendant la messe nous avons baptisé quelques enfants des parents mariés religieusement

Une intention de Mr. Misange Charles

Dans l’époque de St. Jean Baptiste il y a des gens qui se sont convertis, mais nous, nous continuons avec nos coutumes acquises : Nous nous obstinons à faire le mal, nous continuons à voler, et à piller les biens publics, nous nous enivrons du matin au soir, nous nous livrons à la pratique de débauche. A quant la conversion ?  Quand commencerons nous à travailler pour un monde meilleur ? Pour une Bumba meilleure Prions le Seigneur

vendredi 10 décembre 2010

Les diplômés universitaires



CURRICULUM  VITAE

Emilie  MASINGENE

Lieu et date de naissance : Bumba, le 10 novembre 1985.
Village : Yamombenga.
Secteur : Loeka.
Territoire : Bumba.
District : Mongala.
Province : Equateur.
Nationalité : Congolaise.
Adresse : Avenue du 24 novembre, n° 38 bis.
Téléphone : (+243)8 12 84 01 47

ETUDES FAITES

De 1992 à 1998 : Etudes primaires à l’ E.P  Notre-Dame/ Bumba.
                            Titre obtenu : Certifiée d’études primaires avec 62%.
De 1998 à 2005 : Etudes secondaires au Collège Notre-Dame/ Bumba
                            Section : Littéraire.
                            Option : Latin- Philo
                             Titre obtenu : Diplômé d’Etat avec 60%.
Troisième promotion de la section littéraire, option latin-philo en 2004.
De 2007 à 2010 : Etudes supérieures à l’Institut Supérieur Pédagogique/ I.S.P à Bumba.
                             Section : Français Langues Africaines.
                             Titre obtenu : Gradué en Français avec    %.

EXPERIENCES PROFESSIONNELLES

De septembre 2010 à ces jours : Professeur de Latin et de Français au
                                                    Collège  Notre-Dame.


                         Je souhaite bon courage à mes camarades et cadets étudiants et plein succès à ceux qui travaillent dans les différentes entreprises.


                                                           Fait à Bumba, le 19 novembre 2010.

                                                           Emilie Masingene


                                                            Graduée en Français

jeudi 9 décembre 2010

Maternelle

Leçon de pêche au port fluvial de l’ONATRA / Bumba
Le départ pour l'Onatra

    L’école maternelle Notre Dame de Bumba s’est encore fait parler d’elle. Le mercredi 1e et le vendredi 3 décembre dernier, elle a, sous la supervision de la Révérende Sœur Anne Marie Machozi, directrice de l’école, effectué une descente éducative au vieux port fluvial de l’ONATRA pour une leçon de pêche.



                                                        L'arrivée des étudiants à l'Onatra

Les ruines de l'Onatra
Les ruines de l'Onatra


         














les institutrices des cinq classes de degré moyen ont à tour de rôle enseigné aux élèves qui sont âgés de 4 ans les techniques de la pêche et tous les éléments qui y concourent.
          Pour appuyer la théorie à la pratique, un pêcheur fut invité sur le lieu, et a pu démontrer aux élèves comment on procède pour attraper les poissons à l’aide de filet et des hameçons.














          Surexcités qu’ils étaient, les élèves ont été contents de voir le pêcheur leur exhiber les poissons qu’il a dû attraper au cours de sa démonstration.
          Satisfaits de la compréhension de leur leçon du jour, les élèves rentrèrent à l’école en chantant, transportés sur le tracteur, le véhicule de la paroisse Notre Dame.                                

Adieu  à  L'Onatra

                                                                 

         

mercredi 8 décembre 2010

Evénement

La grande entrée du PRAPE
PRAPE, CINQ ANS D’EXISTENCE A BUMBA, SANS REALISATION NOTABLE.

                  Le Programme de Relance Agricole dans la province de l’Equateur, en sigle PRAPE avait reçu un financement important de vingt deux millions de dollars américains de la part de FIDA et de FBES pour la promotion du bien être social des populations suburbaines du Territoire de Bumba en province de l’Equateur.

                 Relancer l’agriculture, la pêche et l’élevage ; aménager les routes de desserte agricole, construire des centres de santé et des écoles, forer des  puits … tels sont les objectifs prioritaires que PRAPE s’était assignés d’atteindre dans son tout premier quinquennal. Objectifs malheureusement non atteints, constat fait par les premiers évaluateurs du projet qui sont les bénéficiaires. Très désolés de l’échec de ce projet malgré les financements colossaux y affectés, les bénéficiaires retirent par conséquent toute leur confiance placée en ses débuts au fameux projet.

                 Profitant de la visite d’une forte délégation d’évaluateurs venus de Kinshasa sous la bannière de Madame Monique MPUTU, la presse écrite de Bumba Notre Dame  a eu l’honneur de rencontrer la présidente de la délégation pour un entretien de curiosité que nous vous convions de suivre :

PEBND :(Presse écrite de Bumba Notre Dame)
     Bonjour Madame Monique. 
                Vous êtes venue de Kinshasa pour une mission  d’évaluation des activités de Prape à Bumba depuis sa création en 2006 jusqu’en 2010, donc 5 ans d’existence. Quels constats faites-vous ou mieux quel rapport donnerez-vous à la hiérarchie ?

Mme Monique : Il y a eu beaucoup de missions qui nous  avaient précédés pour besoin  d’évaluation dudit projet. Je pense à la mission d’appui, à celle d’évaluation à mi-parcourt effectuée en 2OO6. Aujourd’hui la nôtre. De toutes ces missions, je dirai sur le plan physique que rien n’est encore fait. Mais des démarches pour la réhabilitation des routes de desserte agricole ainsi tant bien d’autres projets sont à pied d’œuvre. Quant à la primeur de rapport, il appartient à la hiérarchie même d’en apprécier.

PEBND : A en croire les informations  à notre possession, il semble que PRAPE avait reçu de FIDA et de FBES un financement important de 25 millions de dollars américains. Si cela s’avère vrai, est-ce qu’il y a vraiment compatibilité entre les fonds alloués au projet par rapport aux réalités constatées sur terrain ?

Mme Mon. : (Stupéfaite) 25 millions ? Quel rêve ? Comment PRAPE a-t-il reçu ces fonds, s’exclame Madame Monique. PRAPE n’est pas trésorier et n’a par conséquent, aucun droit de percevoir de l’argent. Comme précision, le projet PRAPE avait reçu un financement des organismes cités 22 millions de dollars américains et non 25 comme vous l’aviez insinué. Et de ces 22 millions de dollars, PRAPE n’en a utilisé que 7 millions durant ces cinq années. Ayant constaté que PRAPE dispose encore de 15 millions dans son compte logés en Rome, les bailleurs de fonds ont jugé opportun d’accorder au projet une prolongation raisonnable afin de réaliser ses projets prioritaires(entretien des routes, construction des écoles, forage des puits et consort…)

PEBND : PRAPE a été incapable de tenir à ses engagements dans une échéance de cinq ans. Croyez-vous, Madame, qu’il le sera cette fois-ci, avec la prolongation d’une année lui  accordée ?

Mme Mon. : Je suis très optimiste que les choses vont bien marcher surtout que la nouvelle stratégie mise à jour est différente à celle qu’on appliquait autrefois pour la libération des fonds. Désormais, l’argent atteindra PRAPE en cas de nécessité sans passer par des personnes interposées ou par UNOPS. Cette gestion par l’entremise d’UNOPS est responsable de l’échec de bon nombre des projets de PRAPE. Donc avec la décentralisation administrative et financière même, beaucoup de problèmes seront résolus par PRAPE sur place sans le recours aux instances interposées. Pour ainsi faciliter les opérations, les fonds sont désormais répartis comme suit : une grande partie sera logée à Rome, le siège même de FIDA, une partie à Kin. Et une autre sur place à Bumba. Voilà comment on a  conçu résoudre le problème  Sitôt que de loger tous les fonds à l’étranger comme fut la stratégie d’autrefois qui, malheureusement n’avait pas donné des résultats probants.

PEBND :     Quel est vraiment l’avenir du PRAPE selon vos observations et quel est le message que vous adressez à la population de Bumba très désolée de l’échec de PRAPE ?

Mme Mon. : PRAPE à un avenir très promettant, je dirai très favorable. Quant à la population de Bumba, je lui demanderai de garder son calme, je lui demanderai de s’approprier  du projet, vraiment d’en faire sien, s’est résumée Madame Monique.                 
                           Seul l’avenir nous dira davantage.

                             Propos recueillis par : Rodrigue Modandi, professeur au Collège Notre Dame.

                                                                 Bumba ce 24/11/2010.





Maman Monique  MPUTU, Très enthousiaste, et optimiste sur l'avenir du Grand Prape