jeudi 30 juin 2011

Evénement

Visite massive à Bumba
des Députés nationaux et autres personnalités
 de Bumba

Honorable  Ngbundu Malengo, entouré des ses partisans,autour de sa belle voiture

          Arrivée massive et curieuse à Bumba ce vendredi 24 juin 2011 de trois députés nationaux originaires de Bumba, les Honorables Ngbundu Malengo, Watsakoke Arsene et Egwake Omer, Madame Mabunda Jeannine, la ministre de Porte feuille de la R.D. Congo, ainsi que des personnalités telles que Madame Basiala, l’Avocate inscrite au Barreau de Bruxelles, Docteur Bumba Ngoy de l’OGEFREM, Maître Manza, etc.
Horable Watsakoke à la maison du pauvre Manzanza Dominique

Ses partisans l'attendent impatiemment  

          Certes, le territoire de Bumba regorge des grandes personnalités disséminées tant au niveau provincial, national, qu’international. La population de Bumba s’en félicite et espère toujours les voir s’activer davantage pour le développement de leur territoire souvent abandonné à son triste sort.
L'honorable Omer Egwake encourage ses partisans 
         

Après l'encouragement, l'honorable Omer se repose avec Mosala Gabriël


 Curieusement on les voit atterrir en grand nombre, surtout à ce moment où on s’achemine vers la fin de l’enrôlement des électeurs dans le territoire de Bumba, à l’approche  des élections prévues pour le mois de novembre prochain. « N’est-ce pas pour qu’ils se présentent de nouveaux comme candidats à la députation nationale afin de se refaire élire ? », s’étonnent certains bumbatraciens. Dans l’entre temps, de vraies préoccupations de la population qui n’étaient pas défendues valablement et courageusement par nos députés sortant à l’Assemblée Nationale persistent toujours : des mauvaises routes, le port en ruine, l’érosion qui continue à ronger lentement et sûrement l’avenue du fleuve, manque d’un aéroport au piste asphalté, le chemin de fer des Uélé en faillite…              Qui d’autre pourrait défendre les vrais problèmes de Bumba au Parlement national si ceux qui étaient censés le faire n’ont réussi à arracher du gouvernement aucun investissement, si ce n’est celui réalisé par la dame Jeanine Mabunda, ministre de porte feuille, en construisant le stade de Bumba. Faut-il les élire de nouveau, uniquement pour le fait d’avoir  construit des petits ponts, ou un hangar au petit marché, ou d’avoir réfectionné un rond-point par leur propre    financement ? A chacun de répondre, rationnellement.

                                                                           Antonio Lisuma  
                                                                                          












mardi 28 juin 2011

Evénement

Page noire :
 Maman Henriette  Mangongo Mikala, mère de la Sœur Regine Amboyo, est morte






          La maman Henriette Mangongo, la mère de la Révérende Sœur Regine Amboyo n’est plus ; elle s’est éteinte dans sa chambre pendant le sommeil dans la nuit de lundi 27 à mardi 28 juin 2011.

















          Apparemment elle ne souffrait pas d’une maladie particulière, sauf quelques manifestations de tension artérielle dans le passé, cependant sa santé était quelque peu fragile. A la veille, c'est-à-dire le lundi soir elle vivait comme dans d’habitude en famille. Sa fille aînée Nicoline était sortie, à son retour au soir, la maman Henriette dit à sa petite fille Stéfie : « voici ta mère qui rentre » (c’était sa dernière phrase), Stefie se leva et joignit sa maman qui rentrait. Peu après, la pauvre Henriette entra pour se coucher, et c’était la fin pour elle.



          Le mardi 28 juin au matin, maman Henriette n’était pas sortie tôt comme elle en avait l’habitude, car en tant que légionnaire assidue à la prière elle se levait tôt pour la messe matinale ; ce retard inhabituel attirant l’attention de maman Agnès, une parente avec qui elle vivait dans la maison, qui allant la réveiller. Et comme, maman Henriette ne répondait pas, malgré le vacarme provoqué par les frappes à la porte et  les appels d’autres intervenants, ceux-ci poussèrent davantage la porte qui céda enfin. Maman Henriette était morte étendue sur son lit ! Son corps n’était pas trop froid à ce moment, ce qui veut dire qu’elle s’est éteinte peu avant l’aurore, peut-être quand il pleuvait vers trois ou quatre heures du matin.    





          Maman Henriette Mangongo Mikala est née à Yalingbindi vers l’année 1944. Après ses études primaires elle se maria à monsieur Ernest Yenga (qui s’est éteint vers les années 1995) duquel sont nés 8 enfants dont six encore en vie parmi lesquels il y a quatre filles et deux garçons:                                                 -   -    l’aînée s’appelle Nicoline Ekpomi, elle est célibataire, mais a huit enfants avec qui elle vit actuellement à Bumba.

-         le puîné est Jacques Mogbaya, un ex militaire de FAZ qui vit actuellement en Suisse.
-         Le troisième est Théophile Ipolo, un autre ex militaire qui semble être maintenant au Maroc.



-         La quatrième s’appelle Moseka Mbase, elle est à Kinshasa, célibataire mais vivant avec ses enfants.

-         L’avant dernière est une religieuse, elle s’appelle Sœur Régine Amboyo ; elle appartient à la Congrégation des Sœurs de la Doctrine Chrétienne à Kisangani.



-         La benjamine de la famille s’appelle Charlotte Mwembu qui est mariée à Kinshasa.
          Maman Henriette disparaît alors que ses enfants et ses petits enfants, y compris le groupe des légionnaires dont elle faisait partie  avaient encore vivement besoin d’elle. Que son âme repose en paix !



                                                                  Antonio Lisuma.

           





















Ecole maternelle Notre Dame

PROCLAMMATION DES RESULTATS DES FIN D’ANNEE SCOLAIRE
A L’ECOLE MATERNELLE NOTRE DAME DE BUMBA

          L’école maternelle Notre Dame de Bumba vient de procéder aux  cérémonies de proclamation des résultats de la fin de l’année scolaire 2010-2011  ce samedi 25 décembre dernier au sein de l’établissement.
Beaucoup de monde


          En présence des parents venus nombreux assister à la proclamation des résultas de leurs enfants, la dame Louise Alombo, qui est enseignante dans une des cinq classes de la grande section, et qui assume aussi l’intérim à la direction scolaire, à l’absence de la Révérende Sœur Anne Marie Machozi en voyage, a été brève, sous la modération de l’enseignant Arsène Abumba, à déclarer l’ouverture des cérémonies de la proclamation.
Fort en paroles


Une belle écriture

Elle saura vendre ses produits


          Ces 440 élèves de la maternelle ont d’abord défilé sous le tambour kimbanguiste et ont déclamé des poèmes et des récitations avant la proclamation qui a eu lieu dans chacune des 12 salles de classe de l’établissement.
Elle joue au théatre

La pièce de théatre et l'année scolaire terminées

          Le petit bilan annuel qu’on peut tirer de cette proclamation est très satisfaisant : tous les 175 finalistes de toutes les cinq salles qui ont aussi bien travaillé, car on a vu des élèves écrire des phrases entières au tableau devant la foule, quittent la maternelle et passent en première année primaire de l’école privée de Notre Dame. Les autres élèves ont aussi bien travaillé, coup de chapeau à tous les enseignants! 
La maman fière de son enfant

                             














                                                                         Antonio Lisuma

  

















 



samedi 25 juin 2011

Evénement

Visite éclaire à Bumba
De Monsieur Peter Blomeyer,
Ambassadeur de l’Allemagne en R.D. Congo

L'ambassadeur Mr. Peter Blomeyer



          Son Excellence Monsieur Peter Blomeyer, Ambassadeur de l’Allemagne résidant à Kinshasa en République Démocratique du Congo, a effectué une visite éclaire dans la Cité de Bumba. Outre la Paroisse Notre Dame où il a passé quelques heures en compagnie de Père Carlos le Curé de la Paroisse, et de monsieur HAAG, Monsieur Peter Blomeyer a eu à visiter quelques endroits en l’occurrence le Centre de Santé Notre Dame, le Collège Notre Dame, l’école primaire et surtout l’école maternelle
L'ambassdeur à l'école Maternelle


parce que l’ambassade de l’Allemagne y a financé la construction de trois nouvelles classes. L’ambassadeur était content de la construction. « Félicitation » disait-il au P. Carlos. Après il a visité    le marché central qui est en construction par le Père Carlos avec l’aide de la compagnie forestière de Siforco. La compagnie offre le bois de construction. Après il est allé visiter l’entreprise SIFORCO, une société allemande d’exploitation de bois située à Engengele à 25 km sur le fleuve Congo en amont de Bumba.
L'ambassadeur accompagné par Mr. Haag à g. et le P. Carlos à d.



          Monsieur Blomeyer projette de poursuivre sa tournée équatoriale dans le territoire de Lisala, mais aussi à Gemena et à Mbandaka. A Mbandaka le chef lieu de la province, il aura à s’entretenir avec le Gouverneur de la Province et le Gouvernement provincial. Il s’intéresse à la politique de la province, à son aspect économique, social, professionnel, etc., et même à la vie quotidienne de la population.


En moto, le P. Carlos et l'ambassadeur partent au marché central


          Peut-être qu’à l’issue de son voyage et selon le rapport qu’il fournira sur les divers aspects de la Province de l’Equateur que les entreprises allemandes pourront être attirées à venir investir au Congo, ce pays post-conflit où le climat des affaires est encore très difficile mais dont il est urgent d’améliorer.
                                                                                                    


                                                                                                    Propos recueillis par Antonio

vendredi 24 juin 2011

Evénement


SESSION DES EXAMENS D’ETAT 2011
DANS LE TERRITOIRE DE BUMBA

Au milieu, le Vice Ministre, Mr.Arthur  Zabusu,

          Le lancement officiel des épreuves de fin d’études secondaires communément appelées Examens d’Etat a eu lieu ce lundi 20 juin 2011 au Collège notre Dame, un des 5 centres de la Cité de Bumba (l’Ecole primaire 1 Notre Dame, le Collège Notre Dame, l’Ecole Primaire Mongbama Fille et deux centres à l’Ecole primaire Hellène de Chapottin), par monsieur Arthur Zabusu, le Vice Ministre chargé de l’enseignement technique et professionnel en présence de plusieurs autorités tant provinciales que territoriales. 
Les questions de l'examen d'état, bien enfermées


          Le choix de lancement à Bumba par ce dernier est, selon lui, du fait que c’est Bumba qui fait actuellement la fierté de toute la province de l’Equateur pour avoir eu souvent à obtenir en grand nombre plus de 60 %  des points pendant les dernières sessions des examens d’Etat.

Le mot d'encouragement du Vice Ministre à l'enseignement


          Trois mots de circonstance ont marqué cette courte cérémonie : Le premier à avoir pris la parole était Mr Agalia Makundu le chef de la Sous division provinciale qui a tenu quelques mots de remerciement, de gratitude et de satisfaction  à l’égard des nombreux visiteurs venus pour l’occasion, et pour l’organisation de la session.
Les 7 filles finalistes du Collège Notre Dame


          Le second était monsieur Wiholo, l’Inspecteur Principal Provinciale de l’EPSP qui a parlé de l’aspect technique de cette session : la province éducationnelle « Equateur IV » organise 26 centres des examens d’Etat dont 9 dans le territoire de Lisala, 9 dans le territoire de Bongandanga et 8 autres dans le territoire de Bumba, avec au total 8000 candidats finalistes inscrits.

 La fille Martine avec  les24  garçons finalistes du collège Notre Dame

          Le Vice ministre a enfin, quant à lui, encouragé les finalistes à bien travailler sans tricher l’examen pour  terminer massivement en bonté et avec succès le cycle du secondaire afin d’aller poursuivre leurs études supérieures.
L'examen


          Ajoutons que selon monsieur l’Inspecteur Elenga Jean Simon, le  Superviseur des cinq centres  organisés dans la Cité de Bumba contacté peu avant la fin de la dernière session ce jeudi 23 juin 2011,  2020 candidats se sont inscrits à ces examens, et 1955 élèves finalistes ont participé dont 392 filles.


                                                                                 

 
Monsieur Jean Simon Elenga qui nous annonce qu'il y a trop de filles qui n'arrivent pas en sixième secondaire.
Une fille  5 garcons
A la première année primaire sur 100 eléves : 50 filles  50 garçons.

                                                                                           Antonio  Lisuma

jeudi 23 juin 2011

Les soeurs Franciscaines

LE LYCEE SALONGO DE BUMBA
          Le Lycée Salongo est une des meilleures écoles secondaires de Bumba. Il est le meilleur institut pédagogique de Bumba et la deuxième école en performance et en organisation après le Collège Notre Dame du R.P. Carlos à  Bumba.
Monsieur le Préfet, Michel Kalonda

          Il est constitué de huit salles de classe agréées par l’Etat : 3 classes de première année, 1 classe de deuxième, 1 de troisième, 1 de quatrième, 1 de cinquième et 1 de sixième. Ce nombre réduit de classe ne lui permet pas d’avoir le poste de Directeur des études ni celui de Directeur de discipline. Il lui faudrait au moins avoir 12 salles de classe.
Une vue de l'école Salongo

          Cependant, le Lycée a déjà reçu l’arrêté ministériel lui autorisant d’ouvrir deux autres sections : commerciale et coupe couture, ensuite d’augmenter 2 autres salles de première et 2 autres de deuxième. Ce qui fait défaut pour la réalisation de ce projet est le manque de bâtiment supplémentaire y compris des fonds nécessaires pour sa réalisation. Mais selon le préfet des études, on pourra se débrouiller en construisant des bâtiments en pisé aux toits de chaume, d’abord pour les 2 classes supplémentaires de première et de deuxième, ensuite progressivement pour les deux nouvelles sections, en attendant une éventuelle aide financière pouvant construire des bâtiments en matériaux durables, comme celle venue des ONG de Rome à travers les Sœurs Franciscaines pour la construction de la bibliothèque dont les travaux tendent déjà vers la fin.
La Bibliothèque, fraichement contruite.

          Actuellement l’école fonctionne encore avec les deux bâtiments hérités de la colonisation belge et un autre construit après l’indépendance. L’école au début de l’année scolaire avait 345 élèves et maintenant elle termine l’année scolaire avec 300 élèves dont 12 en sixième qui se présentent actuellement aux examens d’Etat.
Examen de fin d'année.

Les finalistes

          Son Préfet des études, monsieur Michel Kalonda, qui dirige l’établissement depuis 1984, bat le record de longévité en tant que préfet des études. Grâce à son esprit de rigueur et d’organisation il a réussi, avec l’aide de ses 14 collaborateurs enseignants dont la R. Soeur franciscaine Anastasie, malgré les conditions socio-économiques déplorables tant des parents des élèves que du personnel, à fournir un rendement quasi appréciable de l’école. Il fournit de temps à temps les 100 % des réussites parmi ses finalistes de différentes promotions, quoique la moyenne des points obtenus par les finalistes aux examens d’Etat nage souvent autour de 55 %.
La soeur Anastasie.



          Avec le système de deux gongs des cours dans l’avant tout comme dans l’après midi instauré depuis deux ans au Lycée, imitant le Complexe Scolaire Notre Dame, le Préfet va devoir de plus en plus rehausser le niveau du rendement scolaire de cette école qui a vu le jour depuis l’époque coloniale vers l’année 1952, d’abord comme Ecole d’Application Pédagogique (EAP), puis école moyenne pédagogique (EMP) de cycle court, puis Ecole Normale, et enfin, le lycée avec cycle long d’après l’agréation de 1979.
                                                                             Antonio Lisuma.














mercredi 22 juin 2011

Paroisse


LA PROMESSE DES JEUNES KIZITO ET ANUARITE
A LA PAROISSE NOTRE DAME DE BUMBA

          La Paroisse Notre Dame de Bumba a encore vibré ce dimanche 19 juin 2011 au rythme de la festivité marquant les cérémonies de la promesse des jeunes Kizito et Anuarite (K.A. en sigle).
Dieu est apparu dans le feu auprès d'Abraham, auprès de Moïse et auprès d'Elie.

          En effet au cours d’une messe dite de 9 heures à 11 heures trente par le Curé de la paroisse Notre Dame, le Révérend Père Carlos Rommel, plusieurs jeunes Kizito et Anuarite ont fait leur promesse pour les uns et ont renouvelé la leur pour les autres. Rappelons que le groupe Kizito et Anuarite se constitue en principe des jeunes garçons appelés KIZITO et des jeunes filles dites ANUARITE, dont l’âge varie de 8 à 15 ans. Ce groupe existe depuis 1979 et s’inspire de la foi et de la vertu de leurs patrons, le saint Kizito et la bienheureuse Anuarite.
Ruth, la préférée de Dieu, lit la deuxième lecture
 
          Les premiers à effectuer la promesse étaient les jeunes de la première étape ou premier voyage (“Rubaga„ pour Kizito et “Maïka„ pour Anuarite). Ici voyage signifie le souvenir du trajet de la foi effectué par leurs saints patrons Kizito (pour les garçons) et Anuarite (pour les filles) pendant lequel les K.A. suivent une initiation et à l’issue duquel ils passent à l’étape ou au voyage suivant. Les 21 jeunes dont 13 Anuarites et 8 Kizitos qui viennent de terminer le premier voyage ont donc fait la promesse devant Dieu et l’Eglise de servir Dieu et le pays durant leur vie. Leur mot de la promesse était dit en lingala : « Na lisalisi ya Nzambe, ya Santu Kizito na Ngondo Anuarite, nandimi kosalela nzambe, Eklezia mpe ekolo ya ngaï Congo, nandimi kolinga bato banso, kotosa baboti ba ngaï mpe kotikela Kizito – Anuarite ya solo o nzela ya losambo, ya molende, ya botosi, ya bosolo, ya bolingi mpe ya bopeto ». Ce qui se traduit en français en ces termes : « Par l’aide de Dieu, du Saint Kizito et de la Vierge Anuarite, j’accepte de servir Dieu, l’Eglise et mon pays le Congo ; j’accepte d’aimer tous les humains, de respecter mes parents et de rester un vrai Kizito – Anuarite dans le chemin de prière, de courage, de respect, de vérité d’amour et de chasteté ». Après la bénédiction du Curé, ils reçurent chacun la croix et terminèrent la cérémonie de leur promesse en déclamant l’interpellation de la masse à regarder la croix du Christ crucifié !        
      
Autour du feu, ils prononcent leur promesse.
 Les 11 jeunes dont deux garçons et 9 filles du deuxième voyage (Mitiana pour Kizito et Ibambi pour Anuarite), ainsi que les 8 jeunes dont deux Kizitos et 6 Anuarites du troisième voyage (Mengo pour les Kizito et Pawavube pour les Anuarite) n’ont pas fait de promesse mais ils ont dû renouveler leur promesse respectivement en ces termes : « O kombo ya Yezu Kristu, nakomipesa mpo nakoma moto wa tina o mokili » ( Au nom de Jésus Christ, je me consacre pour devenir quelqu’un d’utile au monde) ; « O kombo ya Yezu Kristu, nakomipesa po nakoma moto wa bosolo mpe wa bosembo o bomoï bwa ngaï mobimba » (Au nom de Jésus Christ, je me consacre pour devenir quelqu’un de vérité et de justice durant toute ma vie).
Restons attachés au Christ

          Au quatrième voyage, elle était seule à faire sa promesse de Yaya ou de fin de la formation au sein du groupe K. A. Bikila Ruth, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, a chanté seule pendant sa promesse. Tous ses compagnons ont dû quitter le groupe tout au long du chemin. Au premier voyage, sa promotion était au nombre de 15, puis au deuxième voyage ils continuèrent 9, ensuite 7 au troisième voyage, et maintenant elle reste seule au quatrième voyage. Elle fait sa promesse pour devenir «Yaya» (aînée) et sort du rang des initiés du groupe KA pour en devenir maintenant initiatrice.
Ruth, la seule de son groupe, prononce ses voeux
Elle est étudiante en premier C.O. au collège Notre Dame

Elle va à son tour se mettre à restituer aux cadets les matières d’initiation. Sa parole de promesse était : « Eh Tata, na pasi to na bisengo nandimi kosalela yo ». (Eh Père, j’accepte de te servir tant dans la souffrance que dans la joie).
Ruth danse avec les Tooto

          Enfin, c’était le tour d’une trentaine de Tooto, les tout petits jeunes de l’âge de l’école maternelle, de faire leur promesse, acte consistant à assurer leur entrée au sein du groupe KA. Ils ont promis en ces termes : « Biso bana mwinda, tolingi kokangama na Yezu na bolandi mateya maye o bomoï bwa bisu mobimba » Ce qui veut dire : « Nous les enfants de la lumière voulons nous joindre à Jésus en suivant ses enseignements toute notre vie ».
Ruth pronoce son mot de remerciement

          Comme à l’accoutumée, à la fin de la messe un verre de rafraîchissement fut offert aux invités et aux membres du groupe à la paroisse autour du R.P Curé qui était aussi content de voir les jeunes clôturer les cérémonies par l’animation initiatique négro-africaine au rythme des jeunes Kizito et Anuarite.

Le diner arrive


                                                      Propos recueillis par Antonio LISUMA
                                                             Tél. : +243 81 783 5804
            





















 

 




 

mardi 21 juin 2011

Evénement

Du Nouveau à Bumba :
Une radio locale émettant sur FM
Vient de voir le jour !

          Il s’agit de la Radio Lumière. Elle appartient à l’honorable Docteur Jean Baudouin Mokoha Monga Adogo, député national, un des 5 Représentants du peuple à l’Assemblé National à Kinshasa, originaire du secteur d’Itimbiri, dans le Territoire de Bumba. 

L'Honorable Docteur Jean Baudouin Mokoha

          La radio, dont les installations sont situées provisoirement au domicile de l’Honorable sur l’avenue Monga Ndenge au centre-ville en diagonal avec ex-TABA-ZAÎRE, attendant d’être érigée définitivement sur l’avenue du 30 juin n° 56 à l’autre domicile de l’Honorable, a commencé à émettre l’antenne expérimentale depuis le lundi 13 juin 2011. D’après le rapport d’écoute effectué par un auditeur venu visiter la radio et diffusé en direct à la radio même, les émissions atteignent déjà le village riverain d’Engengele situé à 25 km de Bumba en amont sur le fleuve Congo.
Au fond le Directeur de la radio : Mr. Rodrigue Modandi et à droite : le technicien Mr. Anangi Poure

          Le Directeur Coordonnateur de la radio n’est autre que monsieur Modandi, Suppléant de l’Honorable et professeur de français au Collège Notre Dame de Bumba. Il est secondé au début de ces activités radiophoniques par le Technicien Anangi Lomo, vulgairement connu sous le sobriquet de Poure, qui a réussi tant bien que mal à installer les différents éléments de la radio Lumière à savoir, la petite antenne dressée au sommet d’un arbre, le mixeur, l’émetteur et les divers câbles, y compris le générateur.

Si vous regardez bien, l'antenne de la radio se trouve sur le palmier


Derrière la maison  où se trouve le  générateur qui fait  fonctionner la radio

 Dans l’entre-temps, l’Honorable député national Mokoha cherche à obtenir l’agrément ministériel (car ce n’est pas encore fait) auprès du Ministre de la Communication, Mr Lambert Mende. 
La radio se trouve sur l'avenue Monga Ndenge

          Certes, le besoin s’est fait sentir au niveau de la population depuis l’écroulement par l’ouragan le 3 mars dernier de l’antenne de la Radio Communautaire Bumba Lokole dont les émissions sur FM atteignaient un rayon de plus de 250 km, et qui depuis n’émet plus. Il ne restait pratiquement qu’une seule radio à Bumba, la Radio Liberté (RALI) de Jean Pierre Bemba, qui était la première à émettre à Bumba depuis avril 2002, mais qui malheureusement ne capte pas au-delà de la Cité de Bumba, faute des matériels devenus vétustes. Si la population de Bumba estimée à plus de 100.000 âmes se réjouit de ce nouveau outil de communication de masse, la Radio Lumière, qui vient de s’ajouter à la RALI, beaucoup d’entre elle la voit d’un œil plutôt songeur, se demandant si ce n’est pas là une œuvre propagandiste à des fins électoralistes, surtout que les élections approchent. Attendons la fin de l’antenne expérimentale pour en savoir plus!
La radio fonctionnera plus tard sur l'avenue "du 30 juin".

                                                                    Antonio Lisuma