dimanche 9 novembre 2014

Papa Gbabu Théophile n’est plus
Monsieur Gbabu Théophile
          Monsieur Gbabu Bonzo Théophile, agent de service de l’urbanisme et habitat du territoire de Bumba n’est plus. Il a rendu l’âme ce mercredi 5 novembre 2014 suite d’une longue maladie liée à la paralysie. Il était enterré le jeudi 6 novembre 2014 dans son village d'origine à Bonzo, à quelques 35 Km de Bumba.


          Né du couple Nzalo Mohila et Moseka Ehole le 27 juillet 1920 dans son village de Bonzo, monsieur Gbabu a fréquenté le groupe scolaire d’Alberta aujourd’hui Ebonda vers les année 1930 avant d’aller ensuite faire des études de navigation fluviale et lacustre à Kabalo dans le Katanga où il travailla comme commandant des bateaux tant au lac Tanganyika, au fleuve Lualaba (amont du fleuve Congo) qu’au fleuve Congo (de Kisangani à Kinshasa).

Papa Gbabu en costume avec sa famille
          Il laissa ensuite la navigation avec cette vie de « nomade » pour venir s’installer dans son territoire de Bumba où il assuma des fonctions politiques au sein du MPR (Mouvement populaire de la révolution) et au bureau administratif comme Chef de Cité de Bumba avant de se caser au service de l’urbanisme et habitat du territoire de Bumba jusqu’à sa mort.
En route vers l'enterrement à Bonzo, à quelques 35 Km de Bumba, ici on attend le véhicule pour le transport

          Au cours de sa carrière politique, monsieur Gbabu a marqué les esprits bumbatraciens par son sens de courage et de détermination : il vint s’installer dans le quartier ouest de la cité vers la rivière Molua, que la cité attribua son nom : « quartier Gbabu » qui, jadis n’était qu’une brousse non fréquentée, et c’est grâce à son courage de venir s’installer seul dans le quartier que les autres imitèrent et vinrent aussi s’y installer jusqu’à connaître le développement démographique que l’on connait aujourd’hui.
Les membres de famille à son domicile sur avenue du 3 Z au quartier Gbabu à Bumba.

          Monsieur Gbabu Théophile s’est aussi distingué par son style d’habillement, il était un homme élégant, toujours en costume trois tissus, avec des chemises blanches impeccables, des souliers noirs et bien cirés, se promenant avec élégance et bienveillance… 

          Marié à cinq femmes, feu Gbabu laisse derrière lui 38 enfants dont 12 filles. Quelques uns de ses fils sont aujourd’hui aux Etats-Unis et en Europe. Que son âme repose en paix !

                                                                               
                                                                                                             Antonio Lisuma   

Aucun commentaire:

Publier un commentaire