dimanche 2 juillet 2017

A la découverte des surnoms baptisés au R.P. Carlos Rommel


 
Zone de Texte: A la découverte des surnoms baptisés au R.P. Carlos Rommel
                        Le nom, disent les sociologues, est un acte de baptême de l’individu en tant que tel, acte par lequel l’être humain se voit identifié  à sa communauté et  situé dans sa généalogie.

                        Ainsi, la célébration du 80e anniversaire de naissance du R.P. Carlos Rommel a révélé au public une explosion des surnoms de ce Curé octogénaire de la Paroisse Notre-Dame.

                        Il s’agit bien évidemment des noms qui ne lui sont pas attribués  gratis mais bien au contraire, des noms qui ont chacun une connotation particulière et partant se sont collés à lui d’une façon indélébile. C’est le cas de : « Mopero wa Maloba », « l’image de Jésus-Christ », « Meilleure Légende », « Notre père ou (Tata wa biso en lingala) lesquels noms on pouvait lire sur les T-Shirts que portaient les membres des œuvres sociales en guise d’uniforme.

1. R.P. Carlos Rommel, “Mopero wa Maloba”

                        Mopero wa Maloba fut le tout premier sobriquet baptisé au R.P   Carlos à ses premiers moments à la Paroisse Notre-Dame comme curé. Ce surnom rappelle les souvenirs glorieux d’antan de ce fervent missionnaire scheutiste belge en terre africaine de Bumba. Son génie vocalique en cantique rivalisait à coup sûr celui du célèbre musicien profane de l’époque connu sous le nom de Mopero Ferdinand.

          Le vrai « Mopero wa Maloba » autrement appelé « Liloba wa Nzambe Ferdinand » qui  mourut  à Abidjan à l’âge 58 ans, fut un chanteur Congolais de renom aux succès légendaire avec son orchestre Shama Shama. Ses chansons les plus vendus telles que « Vicky Shama, Kabasele, réalité Luciana… ont fait de lui une grande vedette du pays les années 1974, 1975 et 1976 dans la mémoire des mélomanes du Congo (Ex-Zaïre).

                        Pour ce jeune Curé de la paroisse Notre Dame, le révérend père Carlos, la célébrité sans  pareil  de son évangile mélodieusement chanté surtout dans la célébration eucharistique au rite congolais inspirait le plus d’admiration dans le chef des chrétiens au point qu’ils estimèrent juste et approprié de lui donner le sobriquet de « Mopero wa Maloba » icône des voix angéliques. ce sobriquet lui est collé et répandu aussitôt comme une trainée de poudre.

2. R.P. Carlos, l’image de Jésus-Christ

                        Cette révélation parut en 2013, à l’occasion de la célébration du Jubilé d’Or de sa vie sacerdotale. Une monographie portant ce titre lui était dédiée par les Professeurs du Collège Notre-Dame Rodrigue Modandi et Willy Metutia.   

                        En survolant la vie apostolique du R.P. Carlos Rommel, l’on se rend sans aucun doute compte qu’elle évoque quasiment la mission difficile de notre Seigneur Jésus-Christ sur cette terre des hommes.

                        Pareil à notre Seigneur Jésus-Christ qui, pour le bien-être de l’humanité et le salut de son peuple, abandonna les cieux au milieu des anges et vint offrir sa vie, le R.P Carlos emboite presque le même pas. Il délaissa courageusement sa vie somptueuse, vie d’un fils du Banquer de la ville de Roeselare, « cité du père », pour celle du clergé affecté à une « terre inconnue ».

                        Approximativement, « une vie donnée » à la population de Bumba à l’image de Jésus-Christ pour ce missionnaire qui s’est évertué à ces risques et périls à apprivoiser et à modeler par la suite au goût et aspiration de ses ouailles. Une parfaite inspiration de notre Seigneur Jésus-Christ qui préféra sauver l’humanité en abandonnant malgré tout le trône de son père. De ce parallélisme, naquit la dénomination « l’image de Jésus-Christ » répandue récemment dans le chef du grand public local.

3. R.P Carlos, « meilleure légende vivante 

                        Il s’agit d’une nouvelle appellation du R.P. Carlos, reçue au rendez-vous culturel de la Province de la Mongala, organisé à Lisala par la Fondation SAKOMBI EKOPE Denis, FSED en sigle. De là, Le R.P. Carlos fut décoré sous une pluie d’applaudissements « meilleure légende vivante ». C’est un insigne honorifique lui reconnu de son vivant par la remise du prix d’excellence « LANGALANGA », nom d’une rivière qui baigne la Mongala.

                        Ce couronnement mérité sans encombre qui vient s’ajouter sur les autres, revêt lui aussi une connotation particulière. Il identifie l’homme porteur de valeurs positives et un modèle à suivre dans la Province de la Mongala. Ses œuvres sociales  salvatrices réalisées avec succès font écho sonore à Bumba et mérite en toute unanimité des éloges envers son auteur lesquelles resteront à jamais gravées dans les souvenirs de la population riveraine.

4. R.P. Carlos « Notre Père » (Tata wa biso en lingala)

                        Certes, un virage délicat se réalise affectueusement entre « mon » et « notre » à côté de la dénomination « mon père » comme prêtre de la congrégation de Scheut. D’emblée, ce furent une fois ses anciens boursiers revenus travaillé à ces côtés qui l’appelèrent spontanément « Notre Père » au retour de son séjours en Europe. C’est à ces sujets que Monsieur Gabriel ILUKU l’un de ses anciens boursiers, fondateur de la ligue des anciens Collégiens de Bumba LAC en sigle, qui est actuellement Préfet des Etudes du Collège Notre-Dame, se confie en dévoilant intimement le mystère caché du rôle créateur du R.P. Carlos lorsqu’il contemple profondément les œuvres grandioses réalisées à Bumba sans tirer de profits en retour. De plus, la dénomination « Notre Père » représente sans  cesse ce grand notable de la communauté locale désigné à chaque fois que le besoin d’un homme probe pour travailler au profit des autres se présentait. Cette estime notable de ce grand homme de Dieu dans l’accomplissement des œuvres d’intérêt général justifie amplement l’ascension de l’autorité cléricale de la paroisse Notre-Dame au titre de « Notre Père ».

 

 

 

       D’après Gabriel ILUKU, cité de Roeselare, collection Bumba Notre-Dame,  2017              

 

         




Aucun commentaire:

Publier un commentaire