mardi 19 novembre 2019

LA CITE DE BUMBA SINISTREE D'INONDATIONS


LA CITE DE BUMBA SINISTREE D'INONDATIONS
            Depuis la fin du mois d'octobre de l'année 2019, la crue avait atteint sa plus grande élévation qu'il y a eu en 2014 à Bumba. Ce grand fleuve du centre de l'Afrique sortit de son lit sous la surprise générale de la population Bumbatracienne. La rivière Molua débordée des eaux du Fleuve Congo coule très doucement vers ce dernier. Les Quartiers de Bumba tels que LOKELE MOLUA, LOKELE MONGALA et LINGONDE sont les plus touchés. Toutefois, nonobstant la diminution rapide de ces eaux, les conséquences sanitaires ne sont pas exclues. Ces ordures ménagères déposées dans les rues, et à présent répandues un peu partout,  accentuent les risques de maladies hydriques telles que Choléra, Diarrhée, Fièvre Typhoïde et autres. L'augmentation du taux de prévalence du paludisme dans la cité de Bumba devient indiscutable à cause des eaux de pluies stagnantes devenues des milieux de reproduction des moustiques.         
            Durant deux semaines, les chemins de desserte agricole surtout l'axe Bumba- Ebonda  ou Bumba-Bandala étaient coupés par le débordement des eaux. Les déplacements de la population furent quasiment difficile où Les pirogues servirent à franchir l'aire sinistrée. Les marchés riverains de subsistance sont submergés par le débordement d'eaux. Les denrées alimentaires se vendent le long des routes. Les matériaux locaux de construction tels que les graviers fluviatiles et les sables sont devenus très rares et très  coûteux.  Nous signalons ici  les déménagements de quelques habitants de Quartiers riverains  à cause des états piteux de leurs maisons construites dans les marécages.
            L'inondation étant un phénomène périodique, la  situation reste plus déplorable lorsque la misère s'accentue par les eaux de pluie non canalisées. En vérité, les éléments déterminants de cette triste réalité sont notamment les sachets plastiques et bien d'autres immondices souvent jetés sur le sol, les constructions anarchiques des maisons dans les marécages, la négligence des directives urbanistiques, le manque de rigoles ainsi que le défaut de nettoyage de quelques Canaux d'eaux nous
 laissés par les colonisateurs. Nous pensons également que Les lits du Fleuve Congo et de toutes les Rivières de Bumba perdent de plus en plus leurs profondeurs à cause de sachets plastiques et ordures y amassés au fil du temps.  De même, le manque de drague ou bateau dragueur tel que le baliseur KAUKA en vue de curer le Fleuve Congo et ses Rivières précisément à Bumba, serait aussi fatal pour cette population riveraine. En plus, hormis le Port de l'ONATRA, les Ports de Bumba ne comportent pas de mur de protection de débordement des eaux comme ailleurs.
            Bumba 7 Jours "Le Flamboyant" se dit préoccupé de l'indifférence notoire de l'Etat toujours insensible à la misère de la population. Combien de fois décrierons-nous encore le mauvais état des infrastructures routières de la cité de Bumba? Du moins, nous sollicitons une action humanitaire conséquente pour le territoire de Bumba. Il ne suffit pas seulement de  distribuer des moustiquaires, des lits, des bâches ou des denrées alimentaires à la population riveraine comme ce fut en 2014, mais également de construire et entretenir les infrastructures d'adduction et de protection de tout débordement des eaux de pluies, de Rivières et du Fleuve Congo, draguer régulièrement les lits de Cours d'eau, faire respecter les directives urbanistiques en interdisant les constructions des maisons dans  les marécages.  
 
                                                                                  Maître Iluku  Gabriël

Aucun commentaire:

Publier un commentaire