vendredi 5 avril 2013


Jeudi Saint à la paroisse Notre Dame

          Le Jeudi Saint avant Pâques, c’est la fête ! L’Eglise catholique commémore la sainte eucharistie et la journée des Prêtres.
Le Père Carlos Rommel célébrant la Sainte Eucharistie le Jeudi Saint


          A la paroisse Notre Dame de Bumba, la messe solennelle commence à 18 heures, un peu plus tôt que dans les autres paroisses de la cité. Sans doute pour permettre aux fidèles de rentrer à temps au domicile, une habitude qui date depuis la période de  récentes guerres de rébellion.
La messe a commencé à 18h. Ici pendant le "Gloria"


          Le célébrant principale est le Curé de la paroisse, le Révérend Père Carlos Rommel. La messe se déroule comme pendant la solennité de dimanche. A l’homélie, le Curé parle du dernier repas de Jésus avec ses disciples. Le fils de Dieu savait déjà celui qui devrait le livrer. C’est pourquoi il trempa du pain dans le vin et le donna à Judas comme pour le désigner parmi ses disciples. Judas rempli de l’esprit démoniaque, pris le morceau et sorti pour aller le trahir auprès des grands Prêtres des juifs moyennant de l’argent qui pouvait valoir aujourd’hui, si pas 300 dollars, mais peut-être 3000 Euro, ou quelque chose comme ça…  

Le Père Carlos pendant l'homelie
          Judas Iscariote voyait en Jésus le Messie promis, tel que Pierre l’avait récemment  déclaré devant Jésus, un être surhumain et puissant que personne n’était en mesure d’arrêter ni de mettre à mort, celui qui devait le libérer du joug romain.  C’est ainsi qu’il voulut en faire son profit ; s’enrichir personnellement, en se faisant d’illusion que Jésus ne sera pas condamné à mort. Mais lorsque la condamnation eut lieu, Judas regretta amèrement et voulut restituer l’argent gagné, c’était trop tard…      
Imitant le Christ, le Père Carlos lave les pieds de ses ouailles


          Le Prêtre expliqua l’exemple laissé par Jésus, de se mettre au service des autres. Peu avant d’aller à Gethsémani le lieu d’arrestation, le Christ s’est mis à laver les pieds de ses disciples, leur laissa l’exemple d’amour du prochain, de toujours travailler pour le bien de la population, et non pour s’enrichir personnellement comme Judas. Liant la parole à l’acte, le Curé s’est aussitôt mis à laver les pieds de quelques uns de ses ouailles, comme Jésus a fait avec ses disciples.
La parité oblige


          Après la messe, un repas fraternel fut partagé vers 20h 30 dans la cure de la paroisse Notre Dame. Les 5 Bakambi (les responsables laïcs des 4 quartiers de la paroisse), les 33 Balendisi (les responsables laïcs des Cellules ecclésiales vivantes C.E.V.) ainsi que quelques personnalités paroissiennes partagèrent l’agape autour du Curé Carlos Rommel qui était accompagné des quelques visiteurs, à savoir : les frères Peter et Franck Guillierme venus de la Belgique, les Sœurs Marthe Senninger et Francisca Kikoyi de la Doctrine chrétienne.
Le Père étaient aussi entouré de certains visiteurs


Comme ici avec les Soeurs Francisca et Antoinette Mbilia de la Doctrine Chrétienne


Les Balendisi étaient aussi conviés

Le Père Carlos et Franck Guillierme

          Vers la fin, deux petits discours furent prononcés, l’un par le Mokambi président et l’autre par le Curé en personne. Ce dernier invita les Balendisi à se mettre davantage  au travail. Dieu ne fera rien à la place de l’homme, ou rien ne peut se réaliser par la simple prière. Mais par le travail assidu, par le combat contre le mal.
Le Père Carlos fait son discours


          Il se référa à une des intensions libres dites à la messe par une maman qui a stigmatisé les excès de taxes prélevées par l’Etat sans que celui-ci ne travaille au bien de la population. Et c’est vrai. L’Etat  ne fait que spolier sa population, et l’argent perçu finit son trajet dans les comptes  privés ou dans les poches des individus, certaines autorités profitent même de leur statut hiérarchique pour demander de l’argent en créant une rubrique quelconque. Entretemps, le taux de spoliation va en grandissant. Par exemple, les frais divers perçus par l’Etat auprès des élèves dans les écoles ne font qu’augmenter d’année en année. Jusqu’où ira-t-on avec cette allure ?

L'assistance suivait attentivement le message du Père Carlos
 
          Enfin, le père proposa l’organisation des élections au mois d’avril dans les quartiers et les C.E.V de la paroisse Notre Dame, pour élire de nouveaux dirigeants laïcs de quartier et de C.E.V., afin d’avoir un souffle nouveau par la nouvelle équipe qui sera constituée, pour bien diriger les chrétiens. En outre, que le dirigeant lui-même se sente en force de bien diriger son quartier ou sa C.E.V. Si l’on sent qu’on n’est plus capable, alors  que l'on le déclare pour qu’on choisisse quelqu'un d'autre qui sera en mesure de bien travailler…   

                                                                              Antonio Lisuma

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire