vendredi 11 octobre 2019

Impact négatif de la gratuité de l’enseignement primaire



Impact négatif de la gratuité de l’enseignement primaire de base
sur certaines écoles de Bumba ; le cas du Complexe scolaire Notre Dame

Depuis la rentrée de classe des élèves au début de cette année scolaire 2019-2020, il règne un remue-ménage inquiétant au sein des écoles primaires et même secondaires publiques de Bumba en général, et aux écoles conventionnées, toutes tendances confondues, en particulier, au sujet de la gratuité prônée en vigueur par les autorités de la République démocratique du Congo, avec en tête le Président de la République, Monsieur Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo. 
La classe de 7è A(ancienne 1ère année) avec 54 élèves  au Collège Notre Dame, (il y a 5 classes de 7e)

En effet, tout commence à partir des instructions fermes que les directeurs et les préfets des études ont reçues de leur hiérarchie scolaire, selon lesquelles la gratuité de l’enseignement de base doit scrupuleusement être observée telle que l’exige la constitution de la RDC.
La 6ème primaire à l'EP Boyonga fille, déjà 80 élèves dans une même classe!
Cela implique le non-paiement des frais scolaires et des primes des parents pour les élèves des écoles primaires ; et la paie unique des frais scolaires dont le taux sera fixé par le gouverneur de province (et non les primes des parents qui sont bannies) pour les élèves des classes de 1ère et de 2ème année du secondaire (maintenant respectivement 7ème et 8ème année). Ces autorités vont jusqu’à imposer le remboursement immédiat aux parents des frais déjà perçus par les écoles dès le début de cette année scolaire, et elles menacent de sanctionner sévèrement tout chef d’établissement qui continuerait malignement ou par mégarde à percevoir lesdits frais et primes des parents. 
Institut Mandio du préfet Andondo
Déjà 130 élèves dans une seule classe à l'Institut Mandio
En conséquence, la prime que les parents payaient traditionnellement pour venir à la rescousse des enseignants dont le salaire est toujours insignifiant, ainsi que pour couvrir la totalité de la paie des « NP » (c’est-à-dire les enseignants non payés malgré les matricules qu’ils détiennent), est d’office supprimée puisque le gouvernement lui-même prend désormais en charge les enseignants, tant ceux qui sont régulièrement rémunérés (qui verront leur enveloppe gonflée) que ceux qui ne le sont pas encore, appelés vulgairement les NP. 
EP Boyonga fille à la 8e avenue
85 élèves dans la salle de 4e année de l'EP Boyonga fille
Le gouvernement de la RDC s’engage donc à payer des salaires réajustés des enseignants, dès le mois de septembre 2019 (selon certaines indiscrétions, le salaire d’un enseignant de milieu rural (puisqu'il y a une certaine discrimination à ce sujet) s’élève aux environs de 190.000 Francs congolais, soient 111.7 $ US,) pour rendre effectif la gratuité de l’enseignement de base, au cycle primaire dès la rentrée scolaire 2019-2020, sans oublier certaines sommes pour le fonctionnement des écoles…
La cour des EP 1 et 2 Notre Dame de Bumba les 2 écoles primaires comptent plus de mille élèves
EP 1 et 2 Notre Dame
Certes, cette exigence de la gratuité scolaire du primaire est bénéfique pour les parents d’élèves qui voient à travers cette intervention gouvernementale l’allègement de coût de la scolarisation de leurs enfants ; mais elle est un coup dur pour les enseignants qui ne sont pas encore pris en charge par l’Etat congolais, à moins que tous les 135.000 « NP » de toute la république soient concernés dans cette mesure, sans oublier les nouvelles unités (les NU), c’est-à-dire les nouveaux enseignants qui travaillent déjà sans avoir des matricules, c’est-à-dire sans être répertoriés par l’Etat à travers les services de SECOPE (services de contrôle et de paie des enseignants), organe du ministère de l’EPSP (enseignement primaire, secondaire et professionnel).
Un inspecteur de l'enseignement fait le contrôle financier chez la perceptrice du Collège Notre Dame
Ces NU bénéficiaient jusque-là desdites primes des parents afin de travailler pour la bonne marche de leurs écoles.
En supprimant les primes des parents, non seulement les NU seront contraints de rendre le tablier, mais encore leur départ entraînera à coup sûr la fermeture de certaines classes, avec comme conséquence le surpeuplement des élèves dans les classes restantes, sans compter l’exode des élèves qui dépeupleront les écoles privées pour venir envahir les établissements publics afin de bénéficier eux aussi de la gratuité.
Le préfet Iluku Gabriel debout devant son personnel fait un discours en s'adressant aux parents d'élèves
Cette situation n’épargne pas les écoles du complexe scolaire Notre Dame de Bumba du fondateur le Révérend Père Carlos Rommel, un prêtre scheutiste et Curé de la paroisse Notre Dame de Bumba, à savoir, les écoles primaires Notre Dame 1, 2 et 3, ainsi que le Collège Notre Dame et la maternelle Notre Dame. Ces écoles sont réputées meilleures du territoire de Bumba et même de la province de la Mongala, où l’on note toutefois un nombre considérable d’enseignants NP et NU qui bénéficiaient jusque-là de justes rémunérations mensuelles y compris des avantages de soins de santé à l’Hôpital Notre Dame, pour eux-mêmes ainsi que pour leurs familles restreintes, grâce à la bonne gestion financière du Révérend Père fondateur à partir des primes perçues des parents d’élèves.
Le RP Carlos le fondateur du Collège s'adresse aux collégiens
En plus, la gestion financière particulière du Collège Notre Dame dont les recettes sont toujours déficitaires dépendaient en grande partie pour son bon fonctionnement des recettes excédentaires générées par les écoles primaires Notre Dame 1, 2 et 3, y compris la maternelle Notre Dame, car les frais de fonctionnement qui pouvaient venir du gouvernement sont inexistants. Et même si ceux-ci étaient fournis, ils ne suffiraient pas à faire fonctionner cet établissement scolaire.  
Au cours de la proclamation des élèves de 6e primaire à l'EP 3 Notre Dame, la directrice Makilo en lunettes noires
Ces écoles primaires et maternelle du complexe scolaire Notre Dame citées ci-haut venaient financièrement à la rescousse du Collège, pour remédier à ses multiples dépenses liées aux activités scolaires telles que l’achat des matériels et fournitures scolaires et didactiques, la paie supplémentaire de son personnel (tant ceux payés par l’Etat que les NP et les NU), l’organisation des tests scolaires et la paie des testeurs, les photocopies des questionnaires des élèves pour les examens (chaque collégien reçoit habituellement sa copie pendant les examens), la couverture sanitaire du personnel ainsi que leurs familles restreintes, le système de double vacation scolaire, etc. Toutes ces particularités concourent à la prouesse et au rendement meilleur qui caractérisent le collège Notre Dame.
Proclamation des résultats de 6e année à l'EP 1 Notre Dame
La suppression de la prime des parents aux écoles primaires du complexe scolaire Notre Dame prive en conséquence le Collège Notre Dame de Bumba des suppléments nécessaires pour son bon fonctionnement, et pour sa performance qui le caractérisait et le maintenait au point culminant des écoles de la province pour la brillante réussite de ses élèves et de ses ressortissants tant aux examens d’Etat qu’aux universités du pays, d’Afrique et pourquoi pas d’Europe.
Harangue du préfet Iluku aux collégiens de Notre Dame le premier jour de la rentrée scolaire le 2 septembre 2019
Un seul exemple parmi tant d’autres peut illustrer nos propos : c’est le cas de l’ancien collégien de Notre Dame de Bumba, l’élève Stève Lileke qui a réussi à s’octroyer une bourse d’études gouvernementale congolaise en 2016 grâce à ses prouesses et sa brillante réussite aux Examens d’Etat de l’édition 2015 en section scientifique Math Physique, où il a distingué avec 83 % des points. Aujourd’hui il poursuit ses études en France.
Le préfet Iluku avec derrière lui les enseignants du Collège Notre Dame
Avec la rigueur politique de la gratuité scolaire, comment sera-t-elle assurée la paie de ces nombreux enseignants NP et NU desdites écoles ? Quel avenir nous réserve ce bel établissement du Collège Notre Dame qui a fait et continue à faire la fierté des bumbatraciens ?! Nous y reviendrons.  
                                                                 Antonio Lisuma.

1 commentaire: