lundi 9 décembre 2019

Marché central/Bumba : inquiétude de petits négociants


Marché central/Bumba : inquiétude de petits négociants
            

         Si jadis l’écoulement d’articles s’effectuait à la vitesse de croisière en faveur de petits négociants voire certains marchands de carrière dont se trouvent respectivement éventaires et établissements commerciaux le long et au sein de la halle bumbalaise (bumbatracienne); cependant  ce n’est pas le cas pour l’actuelle période où ces marchands ont du pain sur la planche pour maximiser d’énormes recettes autrefois capitalisées en peu de temps. Cette information nous est parvenue par le truchement de nombre de vendeurs qui nous ont présenté leur inquiétude et diverses déclarations traduisant leur insatisfaction profonde face à cette situation qui les contraint à vivre avec la peur au ventre. Nombreux sont ceux qui, parmi eux, craignent le danger pointant à l’horizon, celui de voir leurs éventaires se vider progressivement à leur défaveur suite au faible pourcentage de clientèle.




            Stupéfait, s’exprime l’un de marchands sous l’anonymat : « Le marché que nous connaissons aujourd’hui n’est pas ce qu’il était autrefois. Nos recettes journalières ne sont plus à hauteur de ce que nous encaissions dans les années antérieures. Elles ne font que s’amoindrir. Parfois nous passons même des journées entières sans écouler ne fût-ce qu’un article. »

       A son tour, frappée de dédain, une marchande des babouches qui a également requis l’anonymat, s’indigne en ces termes : « Pour le moment, le marché ne nous sourit que pendant la rentrée scolaire où les fournitures scolaires sont mieux vendues par rapport à d’autres articles et lors de la fermeture de l’année scolaire où le marché est envahi par bon nombre de parents qui achètent les vêtements et chaussures que leurs enfants mettront le jour de la proclamation des résultats scolaires. Après ces deux périodes, les allées de la halle sont souvent désertes. »

          
          A quoi est due cette lenteur observée dans la vente d’articles sur la place du marché ?   La réponse exacte à cette fameuse question paraît perplexe, car multiples sont les avis qui peuvent en découler. Néanmoins les analystes avertis ne sauront pas aller par quatre chemins pour dévoiler ou détecter la principale cause de cette situation que traversent ces passionnés du commerce. Ils parleront simplement de la pénurie pécuniaire rongeant cette contrée de la République Démocratique du Congo.
            Que faire pour remédier à cette carence? Chacun pourrait y apporter sa contribution selon les réalités du milieu. Quant à notre humble avis, une implication responsable des autorités compétentes et experts demeure indispensable à ce stade étant donné que l’enclavement de ce territoire constitue une véritable barricade à l’affluence régulière vers Bumba d’une bonne partie de la population environnante qui se ravitaille régulière dans le marché bumbalais en y dépensant son gain.

                                                                                                                      Bienvenu Balomao

Aucun commentaire:

Publier un commentaire