samedi 28 décembre 2019

Gratuité de l’enseignement : les non payés et les nouvelles unités vont en vacances avec dédain.





Gratuité de l’enseignement : les non payés et les nouvelles unités vont en vacances avec dédain.

                   C’est depuis le 18 décembre que les établissements scolaires ont fermé les portes sur toute l’étendue du territoire national de la République Démocratique du Congo pour une détente d’au moins deux semaines afin qu’éduqués et éducateurs se régalent allègrement à l’occasion de deux célèbres fêtes pointant à l’horizon : le Noël et le Nouvel an.
Plus de cours supplémentaires  , il n'y a plus d'argent

            Mais cette régalade dont il s’agit se sent déjà absente voire éloignée dans le camp des enseignants non payés et nouvelles unités du secondaire qui sont allés en vacances avec dédain, car insatisfaits de l’impaiement qui les burine depuis le début de l’année scolaire suite à l’effectivité de la fameuse gratuité de l’enseignement de base dans toutes les écoles publiques de la république.
Remplis d’un profond sentiment de mépris, les non payés et les nouvelles unités de la ville de Bumba ne cessent de dévoiler leur mécontentement face à ce traitement qu’ils jugent désolant et qu’ils qualifient d’un sacrifice cautionné à leur défaveur. Quelques-uns que nous avons croisés le dernier jour ayant précédé le début de la détente se sont exprimés en ces mots : « Comment allons-nous festoyer ? Car nous logeons le diable dans nos poches. Nos petites gibecières d’épargne sont toutes trouées. Quelles explications fournirons-nous à nos conjointes et à nos enfants  dont les regards sont complètement braqués vers nous. Le dé est déjà jeté. Maintenant, nous rentrons sans sou et nous voyons comment les festivités nous passeront inaperçues. Nous déplorons cette façon d’agir de nos dirigeants. Pourquoi y a-t-il seulement des enseignants non payés et nouvelles unités, alors qu’il n’y a jamais eu de députés, sénateurs et ministres NP et NU. »
Pas d'exercices supplémentaires,  , il n'y a pas d'argent.

                                   C’est ainsi que d’aucuns craignent que cette insatisfaction impacte négativement sur la qualité de prestation des concernés pendant la reprise des cours prévue au début du mois de janvier, car un ventre affamé n’a pas d’oreilles, dit-on. Au vu de cette situation que traversent ces éducateurs congolais, les répercussions fragiliseraient la formation adéquate de la jeunesse congolaise qui constitue l’avenir même de la chose publique. Pour remédier à cette impasse ; seule la matérialisation des promesses faites par son Excellence, Monsieur le Président de la République lors de son discours sur l’état de la nation s’avère indispensable.

                            Pour rappel, le Président de la République a, lors de son discours sur l’état de la nation, hautement promis devant les deux chambres du parlement que les non payés seront tous payés au mois de janvier.
                                                                                                                  Bienvenu Balomao

Aucun commentaire:

Publier un commentaire