vendredi 22 mai 2020

Les violons ne s’accordent plus entre Ngbundu et Ngoy


Les violons ne s’accordent plus entre Ngbundu Malengo et Vicky Ngoy

 Les violons ne s’accordent plus entre le gouverneur de province de la Mongala, l’Honorable Crispin Ngbundu Malengo et son allié de la même plateforme de l’opposition politique Lamuka, le député provincial Vicky Ngoy, tous les deux de territoire de Bumba.
Honorable Ngbundu Malengo, le gouverneur de province de la Mongala, le député national le plus élu de Bumba
Selon les déclarations de ce dernier, captées ce jeudi 15 mai 2020 sur les ondes de la radio Isomene de la cité de Bumba,  l’Honorable Vicky Ngoy n’apprécie plus les activités du gouverneur de province, l’Honorable Crispin Ngbundu Malengo qui, selon lui, ne gouverne pas  convenablement la province de la Mongala.
Honorable Vicky Ngoy, député provincial, élu de Bumba

En effet, depuis un an qu’il est pouvoir, à la tête de la province de la Mongala, Monsieur le gouverneur n’a encore rien fait jusque-là qui rassure ou soit  en faveur de la population de la Mongala en général, et pour le territoire de Bumba en particulier.
Le gouverneur de province, au cours d'un meeting à Bumba

Beaucoup d’abus se réalisent cependant sur le terrain, au vu et au su de sa population qui commence d’ailleurs à se fatiguer de lui : aucune route de desserte agricole n’est réfectionnée, pas un souci pour la réhabilitation de la route nationale n° 6, qui relie Bumba avec Bunduki à l’ouest, avec la province voisine de Bas-Uélé, afin de désengorger cette partie orientale très importante pour l’économie tant du territoire de Bumba que de la province tout entière ; aucun effort pour assurer la paie régulière des agents de certaines institutions provinciales, dont les ministres provinciaux et autres qui accusent huit mois de retard des salaires, etc.
Les routes ne sont pas toujours aménagées

Même les simples ouvriers journaliers commis pour la réfection des certaines avenues de la ville de Bumba, notamment l’avenue Mobutu, ils n’ont touché que deux salaires de 20.000 FC (soit 11.5 dollars) pour les deux premiers mois, mais ils ont  dû dans la suite abandonner le travail à cause des retards accumulés de la paye de leurs maigres salaires pour les mois qui suivent, alors que les taxes provinciales sont régulièrement payées par les paisibles assujettis à travers les services provinciaux tels que la DGEREMO (Direction générale des recettes de la Mongala), dont les agents travaillent même dans l’impayement.
L'Honorable Vicky Ngoy, au cours d'un discours à l'inauguration de sa baleinière  
Le gouverneur se livre sans motif valable, renchérit l’Honorable Vicky Ngoy, à remanier chaque fois son équipe gouvernementale pour une petite durée d’une seule année depuis qu’il est aux affaires ; aujourd’hui il est déjà à sa troisième phase dite « Bolongo 3 », où il a limogé six ministres pour les remplacer par les membres de famille des députés provinciaux, à l’exception de ceux de l’Honorable Vicky Ngoy ; cela, pour former une équipe gouvernementale acquise à sa cause, afin d’échapper à un contrôle sévère, voire à la motion de défiance de la part des députés provinciaux !
La ville de Bumba au bord du fleuve Congo
Le numéro un de la province est aussi accusé de mégestion, du népotisme et de clientélisme caractérisé par une impunité notoire qui ne pourra guère avancer la province, ajouté à cela le manque de collaboration avec certains députés provinciaux, qui pourtant s’activent pour le début de décollage de la province de manière générale, et surtout du territoire de Bumba ! 
Illustrant ses propos par l’exemple, l’Honorable Vicky Ngoy poursuit qu’il a tenté en vain de demander auprès du gouverneur qu’il transporte les matériels électriques de la société nationale d’électricité (SNEL), destinés pour le territoire de Bumba en provenance de Kinshasa, lesquels matériels traînent encore à Lisala !

Avec cette allure, le territoire de Bumba risquera de patauger sur place et n’affichera aucun décollage économique significatif sur le plan de son développement à cette mandature 2019 – 2023, où le gouverneur est du quota du territoire de Bumba ! Celui-ci, qui pourtant était le député national le plus élus de territoire de Bumba, ne doit ménager aucun effort pour reconstruire tant soit peut son territoire de Bumba. 

Faudrait-on croiser les bras et attendre les quotas de Bongandanga et de Lisala, les deux autres territoires de la province de Mongala, pour espérer amorcer un quelconque décollage économique de ce territoire de Bumba ? 

La population bumbatracienne, ouvrez l’œil, et le bon ...



                                                            
Propos recueillis par Antonio Lisuma.        

Aucun commentaire:

Publier un commentaire