mercredi 11 février 2015

Grogne des cyclistes « Tolekistes » de Bumba

Les cyclistes Tolekistes après l'entretien avec le Chef de Cité au stade de Bumba
          Les Tolekistes de la cité de Bumba ont manifesté ce lundi 02 février 2015 leur mécontentement au sujet des tracasseries dont ils sont victimes de la part des services de l’Etat ainsi que ceux de leurs encadreurs qui leurs imposent de lourdes taxes, ne leur permettant pas d’évoluer dans leurs activités de transport des personnes à travers la cité de Bumba.
Les Tolekistes au stade Mobutu de Bumba
          En effet, depuis le 6 octobre 2012, la date de la création de l’« Association des Tolekistes de Bumba (ATB en sigle) dont le siège est provisoirement situé au chantier du marché en contruction, laquelle création eut lieu après l’autre révolte des Tolekistes en juin 2011,   la taxe annuelle des cyclistes était fixée à 3000 FC et se collectait facilement par les représentants de l’ATB selon la convention obtenue de l’Administrateur du territoire Monsieur Jean Angali Kabola.

          Les Représentants des Tolekistes devraient ensuite aller verser les taxes collectées moyennant quittances délivrées par les autorités en place auprès des services appropriés d’abord du territoire en 2012 et ensuite du Bureau de la cité depuis début 2013.
La plaque de l'immatriculation des Tolekiste (en dessous de phare)

          En plus des taxes prélevées pour les trésors publics, les Tolekistes payaient aussi les 1000 FC de la plaque d’immatriculation les identifiant chacun au sein de l’ATB, l’unique association des cyclistes de l’époque, ainsi que les 500 FC de carte obligatoire de membre ou de cycliste. Ce qui fait un montant total de 4500 FC, soit l’équivalent de 4.8 dollars. Sans compter d’autres amendes infligées aux tolekistes qui s’absentent aux réunions de l’association.  Cela se déroulait jusque-là un peu à l’amiable, comme en famille, entre les tolekistes et leurs dirigeants au sein de l’ATB.



          Mais, à partir de 2014, à l’avènement du nouveau Chef de Cité de Bumba, Monsieur Pius Alunga Ezwa Masokpo, les choses commencent à se compliquer pour les Tolekistes.

          D’abord il n’y avait plus une seule association des Tolekistes, l’ATB, car trois autres se sont ajoutées : ACTMB (Association des cyclistes transporteurs modérés de Bumba) dont le siège se situe en face de l’école primaire Hélène de Chappotin,  CMTB située près du pont Molua et ACTB/EBO dont le siège est à Ebonda à 12 km.
Les Tolekistes pendant leur mécontentement

          Le nouveau locataire de la Cité de Bumba n’accepte plus que les quittances de l’Etat puissent transiter entre les mains des personnes (toutes ces associations des Tolekistes) qui ne sont pas des agents de l’Etat au risque de voir, selon lui, des quittances parallèles incontrôlées circuler avec l’intention de voler les trésors de l’Etat. C’est ainsi qu’il décida d’engager ses propres percepteurs qui assureront désormais la collecte des taxes des Tolekistes au même montant de 3000 FC.
Monsieur Willy Ngoma Ilimaka, secrétaire de l'Association des Tolekistes de Bumba (ATB)

          Le nouveau Chef de Cité de Bumba exigea aussi des Tolekistes l’exécution obligatoire sous peine d’une amende de 200 FC en cas de refus des travaux d’entretien de la cité prévus tout le samedi matin.

          L’exécution, d’un côté, par les agents de la cité des ordres du Chef de Cité sur terrain aux différentes artères et avenues, ainsi que de l’autre côté des Représentants des Tolekistes pour les autres taxes et amendes citées ci-haut,  ont poussé les Tolekistes à effectuer une marche de protestation qui a abouti à la convocation d’une rencontre avec le numéro un de la cité au stade le lundi 02 février 2015.

Face à face Pius Alunga et les Tolekistes de Bumba
          Réunis en masse au stade pour exprimer leur mécontentement à Monsieur Pius Alunga Ezwa Masokpo, le Chef de Cité de Bumba, après une journée de marche organisée trois jours plus tôt, les Tolekistes ont bruyamment manifesté leur dégout au numéro un de la cité de Bumba, de voir sur les voies publiques les agents collecteurs de l’Etat s’interposer pour ladite taxe de 3000 FC des cyclistes, alors que leurs propres représentants effectuaient dans l’amiable la même collecte.


          Monsieur Pius Alunga, le Chef de cité de Bumba réussi tant soit peu à atténuer la colère des tolekistes en suspendant momentanément la taxe pour le mois de février 2015 en cours, mais avec la ferme décision de la reprendre au mois de mars prochain. Quant à ce qui concerne les travaux d’entretien de la cité, le Chef de cité les a exhortés à venir massivement travailler chaque samedi matin pour assurer la propreté de la cité de Bumba.
Le Chef de Cité Pius Alunga Ezwa Masokpo

Une vue du Chef de Cité pendant son entretien avec les Tolekistes

          Reste à savoir si Monsieur Pius tiendra sa parole pour ce mois de février, et si les tolekistes répondront massivement à l’appel du chef pour le « salongo » !

             La taxe prélevée sera-t-elle réellement canalisée aux trésors publics ?

                                                                 Antonio Lisuma 





















Aucun commentaire:

Publier un commentaire