mardi 7 juillet 2015

LORSQUE LES CHENILLES DEVIENNENT UN SECOURS ALIMENTAIRE ANNUEL POUR LES POPULATIONS LOCALES
 
« Avant d’être commercialisées jusqu’à l’échelle nationale une fois séchées, les chenilles constituent néanmoins un secours alimentaire important aux populations locales. Pareillement,  la population de Bumba a cessé de pleurer de faim il ya quelques semaines car entourée de chenilles ».
 
Makuke
                        
 
D’une  manière générique, les chenilles ne sont que des larves de papillons en forme d’anneau dont une variété  sert d’aliments pour les humains. Chaque année, les chenilles appelées « Mbinzo » en Lingala, sont consommées en grande quantité dans beaucoup de milieux du pays.
 Actuellement, les chenilles sont un cadeau précieux de la nature à la survie des habitants de Bumba dont la plupart éprouvent des difficultés financières. Quiconque se rendra aujourd’hui à Bumba, ne pourra  partir sans gouter aux chenilles à moins que l’on éprouve des malaises.  Les noms de la culture locale « Budja » attribués aux chenilles tels que « Makuke, Kulukaka, Mboyo, Manzelenge, Nzangala…  font la diversité des chenilles  les plus consommées à Bumba ».

Kulukaka
               
 
Lors d’un coup d’œil au marché des chenilles à Bumba, l’on a remarqué que si les hommes, les femmes, les jeunes, tous débrouillards, partent se procurer ces larves auprès de  villageois à quelques kilomètres de Bumba, pourtant seules les femmes sillonnent les rues  pour les vendre ou  vont simplement  s’installer aux  divers endroits de marché de Bumba.

Les paquets de chenille
 
Enfin, pour les amateurs locaux, il n’y a pas de doute, les chenilles  restent la fin de fin ! Les gens aiment les manger avec le manioc appelé localement  «  Malemba ». Mais, on soupçonne l’abattage sauvage et incontrôlé des arbres où se reproduisent les chenilles comme un danger permanent de leurs diminutions. D’où les besoins impérieux de protéger les essences favorisant l’accroissement des chenilles.
 

 

 
                                                                                           Commentaire de monsieur Gabriel ILUKU    

Aucun commentaire:

Publier un commentaire