lundi 17 décembre 2018

La réhabilitation d’un pont à Bumba


La réhabilitation d’un pont à Bumba

La construction des ouvrages de génie civil demeure une nécessité primordiale pouvant permettre l’accessibilité facile aux milieux enclavés. L’existence des ouvrages tels que les routes, les ponts, les stades, les salles polyvalentes facilite un échange culturel et innovatif. Cela relève de la compétence et de la bonne volonté des autorités en place.

Les fondations
Dans la cité de Bumba, certains ouvrages de génie civil construits à l’époque coloniale subissent des modifications ou réhabilitations. Parmi ces ouvrages, l’on cite le pont LIHAU modifié ou réhabilité par le candidat député national de la contrée ; on l’appelle Jean Pierre LIHAU. Celui-ci a même positionné des poteaux d’éclairage public au bord de la route Manga.

La modification de ce modeste ouvrage s’avère important du point de vue trafic et économique. Il est construit sur la route Manga et relie les magasins de la ville à la nouvelle cité. L’Office des Voiries et Drainages est pris au titre du Maitre d’œuvre dans l’exécution de ces travaux de construction qui a commencé depuis début Décembre.

v Le début des travaux

La route des moto vélo et piétons
Avant que le maitre d’œuvre implante son pont, il était obligé de créer deux passages secondaires l’un pour la traversée des piétons et l’autre pour les cyclistes et les motocyclistes. La foule se précipitait pour passer d’un point à l’autre. Les voitures et camions n’ont pas un passage secondaire sur la même route plutôt qu’ailleurs.

Le début
Les travaux ont commencé depuis début Décembre et la première des choses que les constructeurs étaient obligés à faire était la démolition complète de l’ouvrage existant. C’était un travail harassant aux yeux des curieux et des passants. Les culées du premier pont étaient en pierre cuites, elles sont détruites à l’aide des marteaux pilons. Après la démolition qui a consommé trois jours des durs labeurs, l’espace de travail se crée et les montages des nappes sont l’œuvre des ferrailleurs du même office. Les nappes sont coulées dans le ruisseau pour solidifier l’ouvrage. Le nouveau pont comporte des culées et des colonnes en béton armé. Les colonnes étant bien érigées, vient le tour du coffrage de la partie supérieure appelée tablier. Ce dernier est aussi coulé et n’attende que sa prise pour que l’on décoffre et que le pont soit en service.

Le nouveau pont a une portée de 4m et une emprise de 6m.
La fin s'annonce

v La fin des travaux

Vue l’importance majeure du tronçon la durée du travail était réduite à 3 semaines et les travaux étant fini la population est assoiffée de traverser ce pont.

Des actes louables méritent des gloires et des hommes de développement sont nécessaires dans un territoire comme Bumba. La population est reconnaissante à cet homme d’Etat pour tout ce qu’il ne cesse de tracer comme référence dans son milieu et appelle les autres à suivre la même ligne.

Par ERIC MONESE



Aucun commentaire:

Publier un commentaire