samedi 7 juin 2014

La SOCAM produit du savon à Bumba
Monsieur Constantin Economou, (le fils de George Economou),
patron de l'usine de savon Socam à Bumba 

          En plus des usines de la production de riz qui fonctionnent depuis des années, la Société commerciale agro-alimentaire de la Mongala (SOCAM) en sigle vient d’en installer une autre, celle de la  production du savon.
          Bien que n’étant encore que dans sa phase d’expérimentation, l’usine de fabrication de savon de la SOCAM fait du progrès dans ses productions, elle vient d’inonder non seulement les marchés de Bumba, mais aussi ceux des territoires environnants, tels qu’Aketi, Bondo, Yakoma et Lisala.
La concession de la Socam au bord du fleuve Congo à Bumba

A l'intérieur de la concession SOCAM, côté rizerie

          Construite vers la deuxième moitié de l’année 2013 par Monsieur Constantin Economou, le fils de Monsieur George Economou le patron de l’entreprise SOCAM, l’usine de fabrication de savon employant une dizaine d’ouvriers est implantée dans la nouvelle annexe de la concession Socam au bord du fleuve Congo dans la cité de Bumba. Elle fabrique des barres de savon de la marque RAMBO, de couleur brun-sombre.
Monsieur George alias Manger-manger, un autre patron de la Socam à Bumba
Les installation de la savonnerie dans la nouvelle annexe de la concession Socam


          Un grand bâtiment construit au fond de l’annexe de la concession abrite la quasi-totalité des équipements de l’usine, à part quelques grands réservoirs externes.
Ceux-ci comprennent :
-      Un Blanchisseur ou une cuve de 10 tonnes destinée à chauffer l’huile de palme pour en éliminer les impuretés et la blanchir.
-      Deux cuves de stockage, chacune d’une capacité de 15 tonnes. La cuve verte pour contenir de l’huile blanchie provenant du blanchisseur. La cuve jaune pour de stocker de l’huile palmiste.
La cuve appelée le Blanchisseur
Le blanchisseur au milieu de réservoir de stockage des huiles de palme (en vert) et palmistes (en jaune). Au fond, à côté du blanchisseur, la cuve de soude caustique


-      Une cuve de 4 tonnes pour la dissolution de soude caustique dans l’eau.
          A l’intérieur du bâtiment, on trouve un autre grand réservoir dit mélangeur qui, d’une capacité de 10 tonnes, a pour rôle, comme le mot l’indique, de mélanger tous les ingrédients destinés pour la fabrication de savon : Soude caustique (18 %), les huiles de palme et palmistes (78%), ainsi que d’autres produits chimiques tels que bicarbonate fixateur, carbonate, aromatisants, pigments, etc. (4 %). 
A l'interieur la cuve dite mélangeur, par terre, la pâte de savon qui sèche
Les ouvriers en train de découper la pâte de savon en morceau pour le boudinage
  
          L’action de mélangeur dure près de deux heures et demie, ensuite la pâte résultant du mélange se répand sur le pavement aménagé pour sa solidification, attendant d’être découpée en morceaux et s’orienter vers un autre appareil pour le boudinage, c'est-à-dire la compression. La sortie de la pate en forme de file de macaroni est orientée vers un deuxième boudinage qui fait sortir, enfin, des barres de savon qui seront découpées en tranche de 28 centimètres et mises dans un sachet. Un sachet peut en contenir 9, vendus à 4200 FC le paquet, soit l’équivalent de 4.5 dollars US.
Le découpage  du savon en barre de 28 cm
Classement de barre avant la mise en sachet

          La pate d’une tonne au cours d’une production normale peut fournir 300 quelques sachets de 9 barres avec une valeur de 1.260.000 FC, soit 1350 dollars US.
          En comparant avec le coût des matières premières achetées, par exemple un bidon d’huile de palme de 25 litres achetée au près de la population coûte près de 13.000 FC,  il y a de quoi progresser avec la production. 
Ingénieur Franck Molenge, le chimiste de la savonnerie
Cécile, la réceptionniste

Le seul grand handicap ici serait la mauvaise qualité de l’huile de palme achetée au près de la population, qui nécessite un grand travail de blanchisseur, à moins que Socam se tourne vers le PHC, ex PLZ, la grande usine de production de huile de palme de Mindonga à Yaligimba, à 60 km de Bumba…
                                                   Propos recueillis par Antonio Lisuma





























2 commentaires:

  1. God is love! :heart: Catholic blogwalking :-) http://emmanuel959180.blogspot.in/

    RépondreSupprimer
  2. L’ingénieur Franc MOLENGE c'est un ancien collègue du collège St ANDRE (EX-LOKOLE) de BUMBA, c'est un grand plaisir de voir un ami de l’école se profiler de cette manière...franchement suis flatté

    RépondreSupprimer