vendredi 6 avril 2018

L’Evêque Ernest Ngboko préside deux conférences pour les jeunes de Bumba à l’occasion de la journée mondiale de la jeunesse.


L’Evêque Ernest Ngboko préside deux conférences pour les jeunes

de Bumba à l’occasion de la journée mondiale de la jeunesse.

 

En prélude de la célébration de la journée mondiale de la jeunesse (JMJ en sigle), deux conférences étaient tenues le jeudi 22 mars et le samedi 24 mars 2018 à la paroisse Notre Dame de Bumba, sous la présidence de Son Excellence Monseigneur Ernest Ngboko, l’évêque du diocèse de Lisala.  
Les jeunes tout attentifs dans l'église Notre Dame de Bumba

La première conférence tenue le jeudi 22 mars 2018 par Monsieur Jérémie Bongisa et l’Abbé Pierre Akuma, débattait respectivement sur la problématique des jeunes faces aux nouvelles technologies de communication, et la personnalité de monseigneur Jérôme Makila Makeli.

L'Abbé Pierre Akuma en honneur de Monseigneur Makila Jérôme
Le premier Conférencier, Monsieur Jérémie Bongisa a tracé le bien-fondé de l’usage des téléphones et la navigation dans les divers réseaux sociaux. Par exemple la consultation des documents scientifiques ou littéraires, le contact et les retrouvailles avec des amis et autres personnes importantes, ou les échanges positifs avec les parents ou des connaissances. Mais il a également évoqué l’aspect négatif de l’usage exagéré de ces outils par les jeunes qui ne savent pas se fixer le moment approprié pour leur usage, passant trop de temps, presque cloués avec leurs téléphones. Surtout que ces jeunes se livrent dans les consultations des scènes immorales des photos ou des films pornographiques et autres contacts frauduleux  ou mafieux…

Le second conférencier, Révérend Abbé Pierre Akuma a relaté de manière historique la personnalité de Monseigneur Jérôme Makila Makeli, ancien Vicaire épiscopal de Monseigneur Louis Nganga, qui devint plus tard, Prélat d’Honneur de Sa Sainteté le Pape Benoît XVI, et qui a rendu l’âme le 19 janvier 2018. Le Conférencier a présenté l’illustre disparu comme un homme sociable et de prière, qui, étant lui-même initié, a initié les autres à la vie de chrétien digne de ce nom…     

Le samedi, c’était le Docteur Guy Alemba Aduka, médecin Directeur du Bureau diocésain des œuvres médicales qui a intervenu sur la sexualité irresponsable des jeunes. Le médecin a présenté ce qu’est une sexualité irresponsable, à savoir les rapports sexuels avant le mariage religieux, ou avant l’âge de vingt ans ou encore en dehors du mariage, le cas d’homosexualité, etc. Le toubib a soulevé les conséquences néfastes que de tels actes apportent sur l’organisme physique, à savoir les maladies sexuellement transmissibles, la stérilité… Il a conclu en interpellant les jeunes à cesser avec toute forme de sexualité irresponsable, à appliquer l’ « ABC » : l’Abstinence pour les jeunes non encore mariés, la Bonne fidélité pour ceux qui sont mariés, et l’usage de Condoms.

Le Docteur Guy Alembe Aduka nous enseigne les 3 C
Quelques interventions ont eu lieu, par exemple celle du Révérend Père Carlos, curé de la paroisse Notre Dame qui, ayant innocenté les jeunes, a plus condamné les parents d’avoir relâché leur devoir parental responsable, à savoir limiter ou contrôler les naissances, et savoir éduquer. « Les parents doivent limiter leur naissance pour qu’avec le peu d’enfants qu’ils ont, ils puissent bien les éduquer, les scolariser, les nourrir, les vêtir, les soigner, etc., pour un avenir meilleur… », a souligné le Curé de la paroisse Notre Dame.

Le Père Carlos à la défense des jeunes.
Puis vint le tour de Monsieur Didier Mazongo, le Ministre provincial de l’enseignement primaire, secondaire et professionnel, et de la jeunesse, sport et loisir, qui a interpellé les parents et les jeunes à faire le bien, chacun en ce qui le concerne.

Le Ministre Provincial, Son Excellence Mr Didier Mazongo
Il a aussi répondu à certaines questions lui posées par les jeunes ; par exemple la question en rapport avec le non-paiement de certains enseignants : les N.P. (enseignant matriculé, mais qui reste non payé, c.-à-d., qui ne reçoit pas de salaires, ainsi que les N.U.: les nouvelles unités non encore matriculées, ni payées... Le ministre a laissé entendre qu’il s’agit là d’une situation de dimension nationale qui dépasse son niveau. Il a en outre soulevé que tant que le budget national ne sera qu’une bagatelle de 6 à 7 milliards de dollars US, ces cas de NP et de NU ne seront jamais payés. A moins que le budget soit revu à la hausse, et de manière consistante.
Notre Evêque Ernest, mettant les points sur les "i"

La parole fut accordée, enfin, à l’évêque qui a eu à échanger avec les jeunes au sujet de la situation du diocèse, de la vie et du célibat des prêtres non observés par ceux-ci, de la situation des écoles conventionnées catholiques, de la paie des enseignants, du népotisme et du favoritisme qui tentent d’élire domicile au sein du diocèse, etc.


La prière finale.
L’homme de Dieu a répondu à toutes les questions des jeunes, et les a interpellés de travailler pour la gloire de notre Dieu et pour le bonheur de notre diocèse et de nos paroisses…

                                                                  Antonio Lisuma

     






Aucun commentaire:

Publier un commentaire