mardi 23 novembre 2010

Paroisse

CHRIST-ROI

Samuel 5,1-3                                                                                       Luc 23,33-43

Que pense le Christ de ce titre ?
« CHRIST-ROI »

            Notons que ce titre lui est donné il y a environ 100 ans, peu de temps après la première guerre mondiale. Les premiers chrétiens n’ont jamais de leur bouche prononcé ce titre. Mais pendant sa vie, sur cette terre des hommes, on lui a souvent demandé à quand interviendra la restauration ou le commencement de son Royaume ?  A cette question, le Christ ne répondait presque pas ou mieux ne donnait que des réponses évasives. A l’occasion de son premier miracle, celui d’avoir nourri cinq mille hommes avec du pain et des poissons, le Christ a refusé la royauté lui proposée et s’est retranché dans les montagnes. A savoir que réussir à se sauver au milieu de cinq mille hommes n’est pas du tout facile.
A Pilate exceptionnellement, le Christ a donné une réponse directe lorsqu’il lui demandait a savoir s’il était Roi. « Oui, je suis Roi, mais mon règne n’est pas de ce monde, avait-il répondu ».  C’est bien vrai que dans ce temps, le Roi à Jérusalem c’était Pilate. Comme c’est aujourd’hui à Bumba notre Administrateur Samir, comme l’est au Congo, le président Kabila pour les congolais et le président Obama pour les américains. Les juifs, les contemporains de Jésus, n’ont pas non plus  reconnu la souveraineté de Jésus, bien au contraire, il était à leur yeux un blasphémateur.
Quels sont les traits caractéristiques de Jésus selon St. Luc.
Ci-après, quelques récits ou références bibliques qui nous dévoilent les caractéristiques de la Royauté de Jésus.
·        C »’est le récit d’un jeune homme qui exigeât à son père l’héritage, on le lui remit et s’en alla aussitôt le dilapider complètement. Rendu plus misérable, il commença à se nourrir des aliments des cochons pour sa subsistance. Entre-temps son père s’impatientant de son absence très prolongée ne cessa de monter chaque jour sur une montagne comme pour scruter l’horizon avec l’espoir de voir son fils revenir. Un jour enfin, le père vit son fils,  il courut vers lui, l’embrassa et immola son meilleur taureau pour les festivités. IL fut très content et très heureux.
·        Dans la province de Juda, un juif fut tombé dans les mains des brigands, ils lui dépouillèrent de tout son avoir et le frappèrent à mort. Et des juifs haut placés qui y passèrent, le virent souffrir sans en compatir et continuèrent leur chemin. Enfin, un étranger, un samaritain qui passa, le vit et eu pitié du pauvre homme. Il le prit et le mit sur son âne, lui paya une   chambre  à l’auberge, supporta ses soins médicaux ainsi que les frais de logements.
·        Un homme avait cent brebis, ce qui veut dire il en avait beaucoup.  Il en perdit un, laissa tout et se mit à la recherche de la brebis perdue pendant des jours ; il la retrouva heureusement et fit grande fête avec le voisinage.
·        Aujourd’hui dans l’évangile, le Christ est cloué sur la croix, des clous  ont traversé ses mains et ses pieds, il souffre énormément. C’est dans la nature de l’homme quand il souffre atrocement, il peut perdre   connaissance et se réveille quelques temps après. Jésus en se réveillant  voit les hauts fonctionnaires  se moquer de lui en l’insultant « descend de la croix » Mais Jésus ne leur répondit pas, sauf au voleur qui prit sa défense, il prononça ces mots «  Tu seras aujourd’hui avec moi »

Dans l’Ancien Testament selon la lecture du prophète Samuel on trouvait   aussi déjà  des hommes qui n’étaient pas de ce monde ; Josué avait constitué un grand pays, mais après quelque temps ce pays était divisé en deux, Les hommes ne s’entendait plus.. Au  Nord, dix provinces, au  sud deux. Malgré la mésentente,  les Politiciens du nord, riches en tout et ayant   un pays cinq fois plus grand que le Sud, arrivèrent chez David, citoyen du Sud, en lui demandant de devenir leur Roi.  Ces gens, n’ont pas regardé leur tribu, ni leur culture, mais ils ont choisi l’homme le plus capable, le plus compétent. Eux aussi se sont distanciés de leur monde.

Mes chers paroissiens les lectures d’aujourd’hui nous montrent comment nous devons faire pour devenir des citoyen du Royaume. Le Christ : Il pardonne, il a pitié des étrangers, il ne rend pas le mal pour le mal, il est heureux quand tout s’arrange. Ensuite les politiciens dans le temps du Prophète Samuel   ne pensent ni à leur culture, ni à leur tribu, mais au bien de la population.
Sommes-nous sur la bonne voie.

BONNE  FETE


Les yaya renouvellent leur promesse
LES ABUGAZA

Aucun commentaire:

Publier un commentaire