mercredi 18 mai 2016

La communication par téléphone devient de plus en plus chère à Bumba


La dépréciation de Franc congolais réduit
le pouvoir de communication par téléphone à Bumba
Pilonne d'antenne de réseau Airtel sur av. Lolo à Bumba
          La dépréciation de la monnaie nationale le Franc congolais par rapport au dollar américain entraîne ces derniers jours des conséquences néfastes sur le pouvoir d’achat des congolais à Bumba. Cela se remarque surtout dans le domaine de communication par téléphone, à l’achat des crédits prépayés de communication.
Des appels téléphoniques deviennent de plus en plus cher
          Par exemple, les crédits de 50 unités qui se vendaient à 500 FC, reviennent actuellement à 600 FC ; ceux de 100 unités qui se vendaient à 1000 FC se voient majorés à 1200 FC, soit une augmentation de 20 pourcent.

          Les vendeurs des crédits prépayés parsemés par-ci par là à travers les avenues de la cité de Bumba rejettent la responsabilité de la hausse des prix aux agents de trois réseaux de communication Vodacom, Airtel ou Orange qui fonctionnent à Bumba, et qui, selon eux, ont augmenté le prix de stock d’unités en gros. 
Naviguer sur net ou sur facebook devient cher
          Contactés à ce sujet, ces agents de réseaux de communication démentent l’accusation, en se justifiant que leurs produits de crédits se vendent en dollar qui est stable ; comme qui dirait que c’est plutôt la responsabilité du gouvernement congolais qui ne parvient pas à stabiliser et à redresser le Franc congolais qui continue à se déprécier face à des devises étrangères comme le dollar, amenuisant de plus en plus le pouvoir d’achat des pauvres congolais. Si donc on venait acheter les crédits prépayés en Franc congolais, on serait obligé de les acheter au taux du jour par rapport au dollar qui se change désormais à 980 FC, au lieu de 930 FC le dollar au début de cette année.
Pilone d'antenne vodacom à l'av. Nyangara à Bumba
          Les usagers des appareils de communication s’indignent donc de cette augmentation des prix de communication tant pour les appels téléphoniques que pour le facebook ou à l’internet.
          Dans l’entretemps, les spéculations vont bon train au sujet de cette subite dépréciation de Franc congolais qui prend au dépourvu cette population congolaise majoritairement pauvre, qui vit au jour le jour dans une misère sans nom, et dont le pouvoir d’achat ne fait que s’empirer. 
Cabine de vente des crédits prépayés de communication
          Est-ce la fin du deuxième mandat du président Kabila qui justifie cette dépréciation, ou l’affaire de transactions des banques commerciales qui provoquent l'inflation monétaire, ou encore la sinistre marche de planche à billet faite par certaines hautes personnalités à l’instar de la deuxième République… 

                                                                          Antonio Lisuma









Aucun commentaire:

Publier un commentaire