lundi 29 avril 2019

La messe du Jeudi Saint à la paroisse Notre Dame


La messe du Jeudi Saint à la paroisse Notre Dame

La cérémonie du Jeudi Saint s’est caractérisée par l’exemple du service rendu aux autres. A l’instar du Christ lavant les pieds de ses disciples, le Curé de la paroisse, le Révérend Père Carlos a lavé les pieds de 12 personnes parmi ses ouailles, surtout les jeunes, pour que ceux-ci grandissent dans le chemin du Christ Jésus, en se conformant bien entendu à l’important slogan chanté durant tout le temps de carême.
Les disciples du Christ
 
 
 
 
 
 
 

Ce slogan, nous l’avons dit, constitue un véritable leitmotiv poussant chaque chrétien à exécuter sa tâche ou son devoir vis-à-vis de sa famille ou de la société qu’il gère pour améliorer tant soit peu sa société, c’est-à-dire sa famille, sa province ou son pays dans la pratique de l’amour, de la vérité et de la justice.

Il s'est donné corps et âme
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ceux dont lesquels le Curé a lavé les pieds
Même après la messe, au cours du repas offert par le Curé à certains de ses ouailles (ou du moins les principaux représentants des groupes pastoraux ou des cellules de base de la paroisse, comme il en a l’habitude de faire chaque Jeudi Saint, le Père Carlos a reformulé son message en ces termes:« Cet exemple de Jésus lavant les pieds de ses disciples nous est adressé, à nous tous ». « Jésus nous donne un bel exemple à imiter. Il nous dit de servir les autres, de travailler pour le bonheur des autres pour changer ce monde. Un bon service commence d’abord en famille. Le père d’une famille doit également travailler pour sa famille, pour ses enfants et sa femme… ».


L'agape
 
 
 
 
L'entre nous.
« Pour y aboutir, a renchéri le Père, le chrétien responsable doit à coup sûr contrôler ses naissances, limiter le nombre d’enfants, de façon à bien les scolariser, les nourrir, bref à bien les élever. Voilà être au service digne pour sa famille, et ainsi, petit à petit, on commencera à l’être aussi pour les autres, pour la société dans laquelle l’on vit... Ainsi évitera-t-on le phénomène de l’oisiveté juvénile y compris le banditisme dans nos sociétés. C’est cela le message pascal… ». 

                                                                      Antonio Lisuma

 







Aucun commentaire:

Publier un commentaire