samedi 23 mars 2019

Mois de la femme : le 08 mars vivement célébré à Bumba


Mois de la femme : le 08 mars vivement célébré à Bumba

     Reconnue comme la date symbolique de la défense des droits de la femme, la journée de 08 mars de l’année en cours a fait vibrer la ville de Bumba par l’entremise de l’ambiance qui a été constatée d’abord timidement dans l’avant midi, puis vivement dans l’après midi où on a vu les femmes vêtues en pagne envahir les différentes artères de la ville et affluer massivement vers les bistros et buvettes de la place. Bien que les unes aient opté pour les places fortes, cependant les autres ont préféré savourer le festin dans leurs quartiers respectifs. Mais la visibilité de ces deux camps s’est surtout accentuée lors de la soirée dansante au cours de laquelle les personnes du sexe, extasiées, ont exhibé quelques pas de danse après le manger et le boire.

L'école maternelle.
 
 
 
Les conférencières
     De l’autre côté, la vibration née de cette journée n’a pas pu épargner ou mettre de côté les établissements scolaires qui ont été également secoués par les vagues de la journée de la femme. A titre d’exemple, le complexe scolaire Notre Dame du Révérend Père Carlos Rommel n’a pas dissimilé sa visibilité à l’occasion de cette festivité de mensis feminae (mois de la femme). Vêtus tous en pagne, les écoliers de l’école maternelle Notre Dame ont longé en défilant, en compagnie de leurs enseignants, les voies périphériques de leur école pour la regagner après. L’ambiance a été quasi semblable aux écoles primaires Notre Dame 1 et 3 où les écoliers ont trémoussé le corps au rythme de la musique congolaise après avoir goûté la chère du festin. A son tour, le Collège Notre Dame a vu ses collégiennes occuper en grand nombre la salle polyvalente de la paroisse Notre Dame pour prendre part à une conférence qui y a été organisée et animée par quelques élèves filles des classes des humanités et dont le thème « La scolarisation des filles » s’est appuyé sur les deux points « Le pouvoir des filles » et « Pourquoi scolariser les filles ? » que les conférencières Noëlla Mokanda, Bandela et Souzane Bangamene ont amplement commentés devant leurs condisciples et cadettes.
L'avenir du pays.

     Bienvenu Balomao    



Aucun commentaire:

Publier un commentaire