vendredi 15 avril 2011

Doyenné

LA CONSTRUCTION DE LA CURE
 DE LA PAROISSE SAINT VINCENT


          Monsieur l’Abbé Justin Marie Elenga, est enfin en train de construire la Cure de la Paroisse  Saint Vincent  dont il est Curé depuis bientôt six ans.
          Créée depuis 1966, la Paroisse Saint Vincent qui est située sur la deuxième avenue dans l’aire géographique Nord-Est de la Cité de Bumba, est longtemps demeurée sans une habitation de Curé. Les prêtres qui assumaient successivement la fonction du Curé de cette paroisse habitaient ailleurs et venaient y dire la messe ou pour travailler comme des visiteurs, jusqu’à ce qu’il y a treize ans, Monsieur l’Abbé Grégoire Elanga, alors Curé de la Paroisse, construise une case en paille tout juste derrière l’Eglise, permettant ainsi au Curé de s’installer de manière permanente dans la Paroisse.
La case  en paille


          Les Abbés Ngboko Willy, Ngweli Richard et Mapengu André Gérard, qui ont succédé l’un après l’autre à Grégoire Elanga, ont habité la case sans songer à la construction de la Cure.
La nouvelle construction, soutenue par la jeunesse

L'intérieur du bâtiment

          A l’arrivée de l’Abbé Justin Marie Elenga, il y a du changement et du progrès ; la paroisse Saint Vincent s’habille de plus en plus de nouvelle robe. Non seulement que Monsieur l’Abbé Justin Marie Elenga a élargie le bâtiment de l’Eglise, mais encore il a songé à construire une habitation pour le Curé. Avec le concours de ses ouailles représentées par le Comité du Conseil paroissial, il parvient d’abord à s’acheter divers matériaux de construction tels que ciments, briques, tôles, etc., et ensuite à construire la Cure à quelque vingt mètres de l’Eglise. “Petit à petit, l’oiseau fait son nid”, dit-on, le gros du travail est déjà fait, il ne reste plus qu’à ajouter un peu de briques avant de poser la charpente d’une maison à cinq pièces et un salon…

                               Coup de chapeau à l’Abbé Elenga Justin Marie !  

                                                                                 Antonio Lisuma







Aucun commentaire:

Publier un commentaire