mercredi 13 mai 2015



LA COMPETITION PROVINCIALE DE FOOTBALL  DE L'EQUATEUR  A BUMBA : UN RAPPORT COMMENTE A REFLEXION 

« Personne n’a pu stopper la cupidité des membres de la ligue provinciale. Plus jamais cela dans l’avenir du football provincial de l’Equateur ».

C’est depuis le lundi 04 mai 2015 après  avoir battu son vrai challenger de Bumba le F.C SALONGO/Bumba par un score de 1-0, que le D.C.M.P /Bumba est reconnu officiellement le club champion de la 51è édition du Football provincial de l’Equateur.
L'équipe d'Elégance de Lisala

Au-delà de toutes attentes, ce club doit absolument représenter cette immense province à la compétition nationale malgré le doute qui plane encore sur un bon départ pour Kinshasa à cause d’un vide financier au sein du club.

A notre sens, il s’agit d’un heureux hasard pour l’organisateur de ces éliminatoires provinciales, qui est la Ligue du Football de l’Equateur, LIFEQUA  en sigle, de se féliciter pour  avoir réussi son parcours en remontant la pente du programme des matchs organisés dont la fin s’annonçait difficile à cause techniquement d’une part du non-lieu répété des séances de tirs au but alors qu’il les fallait absolument ; d’autre part l’arbitrage des matchs souvent critiqué par les supporters dont l’animosité était si forte que la moindre défaite de leurs équipes tourne rapidement aux actes de violences sauvages au stade.
L'AS Lokole de Bumba
 

En réalité, il y a des faits qui méritent quelque attention dans notre esprit. Il s’agit donc de récapituler les points forts et sensibles  de cette compétition qui s’est déroulée devant le grand public Bumbatracien amoureux du ballon rond. Ce qui nous permettra d’estimer un bilan juste et fondé sur des éléments tels que le déroulement de la compétition, les recettes du stade et enfin muser sur le départ effectif du club vainqueur qui est le D.C.M.P/Bumba pour la compétition nationale.

Primo, quant au déroulement de la compétition, retenons plus essentiellement qu’il est caractérisé par le non respect du règlement intérieur qui organisait  trois sites différents pour les matchs à jouer dans l’ensemble de la province de l’Equateur notamment : Mbandaka, Gemena et Bumba. Ce non respect du règlement se remarque encore par les matchs préliminaires organisés à Bumba alors qu’aucun de ces trois sites cités ci haut n’a pas organisé un seul match. L’absence de la représentation du site de Gemena à ces épreuves peut être éloquente.  Nous pensons que les dirigeants de cette compétition provinciale ne pourront courageusement révéler les genres de difficultés rencontrées dans les autres sites de l’Equateur pour que Bumba seul serve  favorablement à ces épreuves. Mais également,  une ambiance troublante avait retenu  notre attention : l’envahissement répété de l’aire de jeu par les supporters, les projectiles de sachets d’eau  lancés  vers les gardiens de but  et les actes gênants de vandalisme envers les membres de la LIFEQUA. Toutefois, bien que les arbitres soient souvent critiqués quant à leurs prestations, cette fois-ci pas de fautes lourdes pouvant compromettre l’arbitrage n’ont été enregistrées malgré les excès  du  pouvoir émotif des supporters. Le suspens balayé sur le retrait volontaire sans motifs valables de deux clubs venus de Lisala notamment F.C JAMAIC et F.C  SOLA  ou le non lieu des séances de tirs au but n’a pas arrêté la machine de la LIFEQUA à continuer  sa compétition.
Le TP Molunge de Mbandaka

Secundo, quant aux recettes de la compétition, il est vrai que des dizaines de millions de francs congolais ont été réalisés dans ce stade de la paroisse Notre Dame de Bumba, mais détournés  à cause d’une  mauvaise canalisation des recettes  provoquée  par l’organisateur. Ainsi, nous soutenons qu’une bonne partie des recettes  est rangée dans les poches de ces membres de la LIFEQUA au lieu de servir à développer notre sport  provincial.  Nous pensons que personne d’entre nous s’il veut développer le Football congolais ne réussira sans rompre avec la cupidité. En plus, l’absence de transparence sur les recettes du stade  de la part des représentants de la LIFEQUA respectivement Victor NGWALO et Alain PIKA dénote d’une mauvaise attitude objectivement tournée vers la cupidité. Ce qui nous  pousse à croire justement que cette compétition  provinciale déroulée  à Bumba  est un cheval de Troie pour le sport congolais ; l’essentiel de la mission à Bumba était de réaliser davantage beaucoup  d’argents à mettre dans les poches sans le moindre souci d’investir sur le Football de l’Equateur. Malgré le mécontentement déjà exprimé par le comité de gestion du stade devant l’administrateur du territoire de Bumba autour de la répartition des recettes du stade où ces délégués de la LIFEQUA cités ci-haut décident unilatéralement les pourcentages  à attribuer aux parties  en violation intentionnelle  du droit de propriété  du stade de la paroisse  Notre Dame, ils n’ont pas du tout permis une transparence dans la canalisation des recettes. Chacun de dix clubs engagés à cette compétition provinciale a payé 3OO.OOO FC / trois cents mille francs congolais à titre de droit de participation. Mais personne n’a compris que  les billets vendus  au début de la compétition  étaient apportés par ces membres de  la LIFEQUA dont la plupart non estampillés par les services compétents, circulaient en vente dans une quantité incontrôlable. Le pouvoir discrétionnaire  imaginé  par ces délégués de la LIFEQUA de déclarer un match déficitaire en vue d’éviter ses partenaires à prendre part aux recettes était d’usage fréquent. Finalement, personne ne connait les chiffres réels de recettes réalisées au stade parce qu’ils ont été détournés par l’organisateur même de la compétition. Mais les recettes apparentes décidées par l’organisateur sont les seuls connus à partir de l’argent reçu par le comité de gestion du stade grâce à son président  monsieur Gabriel ILUKU qui nous a présenté ci-dessous l’argent reçu pour le compte de la gestion du stade. (cf. tableau récapitulatif prochain des recettes de la compétition). Désormais, plus jamais cette exploitation abusive du Football provincial par les membres  de la LIFEQUA pour des fins lucratives  privées. Ce comportement nous parait inacceptable  que notre démarche d’implication de tous constitue un atout majeur pour stopper ce genre d’attitudes vraiment nuisibles pour notre sport  appelé à être tourné vers les jours meilleurs.

Lofofe de Bongandanga contre Racing club de Bumba
 

Tertio, le départ du D.C.M.P/Bumba à Kinshasa pour poursuivre la compétition nationale est  un vrai casse-tête pour les seuls dirigeants sportifs de ce club champion de la province de l’Equateur. Partira ou ne partira pas?  

Effectivement, il y a beaucoup de soucis autour du manque réel des moyens financiers adéquats permettant à l’équipe du D.C.M.P/Bumba d’être en bonne forme aux lieux indiqués pour sa compétition nationale. Il est si  regrettable que cette compétition nationale devienne sans avenir aux yeux de plus de 250.000 hab.  que compte actuellement la population de Bumba pour des motifs inavoués et honteux de ce genre. Bien que cette difficulté financière ne soit pas totalement écartée, c’est probable qu’au cours de cette semaine sauf imprévu que l’équipe du D.C.M.P/Bumba voyage pour Kinshasa à bord du M/B Maman TANYA pour la compétition nationale.

 Par ailleurs, nous condamnons ce retour rapide à Mbandaka des membres de la LIFEQUA à bord de  l’ITB/KOKOLO sans se soucier ou garantir une assistance au D.C.M.P/Bumba. Cette indifférence nuit au Football provincial car il est de leur devoir de contribuer comme partout ailleurs pour le vainqueur de sa compétition. Enfin, à tous les élus politiques  du terroir, sans citer nommément les députés tant provinciaux que nationaux, les sénateurs, les ministres et les autres cadres du pays, toute la population de Bumba sera ravie de votre contribution à l’équipe du D.C.0M.P/Bumba pour son parcours à la compétition nationale. Que la contribution  symbolique de 500 dollars américains et des ballons du révérend  père Carlos Rommel à l’équipe du D.C.M.P/Bumba soit un exemple à suivre pour les fils et filles de  Bumba, ce  grand grenier agricole du pays.

                                                                          Rapport commenté de  Maitre  Gabriel ILUKU
 
Me Gabriel Iluku

 

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire