vendredi 20 mai 2011

Paroisse

CEREMONIE DE FIN DE FORMATION
DE CATECHUMENAT DES JEUNES DE 1e GROUPE
 À LA PAROISSE NOTRE DAME DE BUMBA

          Les catéchistes de premier groupe de la Paroisse Notre Dame de Bumba ont organisé la cérémonie marquant la clôture de la formation de très jeunes catéchumènes au cours d’une messe dite le dimanche 15 mai dernier par le Curé de la Paroisse, le Révérend Père Carlos Rommel.
Quartier St. Pierre

          Ce dernier ainsi que tous ses paroissiens étaient tout joyeux de voir exulter 177 gamins qui ont suivi avec succès leur première formation du catéchisme, brandir, sous le pas de danse aux chants de la chorale des Bilenge ya Mwinda (les jeunes de Lumière), les certificats qu’ils viennent de recevoir, et qui attestent la formation qu’ils ont suivie depuis le mois de septembre dernier par leurs catéchistes. La meilleure d’entre ceux-ci est la demoiselle Ikolonga Clémentine de la C.E.V. (Cellule Ecclésiale Vivante, ou Lisanga en lingala) Esengo (joie), une des six CEV du quartier Saint Raphaël, qui a obtenu 99 % des points.
Quartier Ste Caroline

          Les 177 gamins catéchumènes proviennent des quatre quartiers de la Paroisse, à savoir, le Quartier Saint Pierre, le Quartier Sainte Caroline, le Quartier Saint Paul, et le Quartier Saint Raphaël. Le meilleur d’entre eux à avoir obtenu un bon résultat au test final d’évaluation est le quartier Sainte caroline de  dirigeant (Mokambi en lingala) Norbert Gongu, où toutes les 10 C.E.V. constituant le quartier ont participé aux épreuves, et ont obtenu 70 % de moyenne de réussite.
                                                                                 Antonio Lisuma
Quartier St.Paul

La formation
A/ les enfants viennent une fois par semaine à la messe à 5.30 h.
B/ Ils suivent le « malongi » leçon de catéchisme une fois par semaine chez le catéchiste
C/ La messe du dimanche est aussi obligatoire.
A la sortie de la Messe

Nous voulons former les enfants, ils doivent acquérir une volonté pour venir tôt à la messe. Pour, au lieu de jouer, suivre le malongi. Les parents aussi doivent les stimuler pour observer ces points. Si les parents ne les aident  pas, les enfants auront  difficile à réussir

Les enfants joyeux


Les enfants "fiers"






























Il y a dix ans on avait d’habitude 300 enfants qui achevaient la première année de « malongi » Maintenant que 177. Pourtant à Bumba on continue, comme auparavant, de mettre des enfants au monde. La limitation des naissances n’a pas encore fait son entrée à Bumba, malgré que tout le monde se plaigne de la  faim.

                                                                  La rédaction  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire