vendredi 13 mai 2011

Evénement

VISITE D’INSPECTION DE MONSIEUR MBIKAY CLEMENT
REPRESENTANT DU MINISTRE DE FINANCE
AUX ACTIVITES DE PRAPE A BUMBA
Une réunion de prise de contact de monsieur MBIKAY Clément, le Représentant du ministre de Finance de la République démocratique du Congo, avec une équipe d’élites de Bumba, composée des représentants de la Société civile, des Eglises, de la notabilité Budja, de ligues de droit de l’homme, de ligues de femmes, etc.
Le Conseiller du ministre a au préalable effectué, peu après son arrivée à Bumba, une visite d’inspection aux différentes infrastructures de PRAPE (Programme de Relance Agricole dans la Province de l’Equateur) dans la Cité de Bumba, ainsi que dans les secteurs de Loeka, de Molua, de Monzamboli et de Yandongi. Il s’est fait accompagner d’une délégation composée quelques membres de personnel du PRAPE, des fédérations des bénéficiaires des actions de PRAPE, de la société civile, de la FEC et de la notabilité Budja. Et, c’est à son retour que cette réunion eut lieu dans le bureau même du Coordonnateur de PRAPE, monsieur Antoine Roger SUMBELA.
Monsieur Gala, le Vice Président de la Société civile de Bumba, a présidé cette réunion de prise de contact et a présenté l’objet de travail de la réunion, ensuite il a accordé la parole à Monsieur MBIKAY de soumettre à l’assemblée l’objet de sa visite et le constat qu’il a tiré de sa visite sur terrain dans les secteurs précités.
Puis, la parole fut accordée à certains participants, dont le Pasteur Gbema Limbole de l’Eglise protestante CNCA et président de la Société Civile de Bumba, qui ont fait un constat amer sur les activités de PRAPE à Bumba, en épinglant le gaspillage “ touristique „ et inutile de l’argent par le PRAPE sans que la population bumbatracienne n’en bénéficie.
Travaillons pour que le projet "Prape " réusisse

Enfin, quelques membres de personnel du PRAPE ont eu à se justifier, eux aussi, sur les réalisations de leur Programme et les multiples difficultés qui ont, à des moments, fait obstacle dans leur cheminement.
Après analyse, débat et concertation, l’assistance a abouti à la mise au point des éléments communs suivants :

1.      Les objectifs prioritaires que PRAPE s’était assignés d’atteindre dans son tout premier quinquennal à Bumba :
·         Structuration et capacitation des Organisations des Bénéficiaires par INADES (Institut National de Développement Economique et Social), soit 678 OPA (Organisation des Producteurs Agricoles), 55 UOPA (Union des Organisations des Producteurs Agricoles), 01 FUOPA (Fédération des UOPA), 127 OPP (Organisation des Producteurs Pêcheurs), 12 UOPP (Union des OPP) et 01 FUOPP (Fédération des UOPP) ;
·         Recapitalisation et relance de l’économie Agricole dont les kits d’outillage agricoles ont été déterminés à 50.000, les routes à aménager à 700 km et 92 ponceaux, 30.000 ménages agricoles à recapitaliser en semences améliorées et 55 dépôts à construire dans chaque groupement administratif ;
·         Recapitalisation et relance de l’économie halieutique dans laquelle les interventions du Programme ont été bien focalisées sur 5000 kits à octroyer aux pêcheurs et 100 km de lits des rivières à curer et à baliser à Bumba ;
·         Restauration et amélioration de l’accès aux Services sociaux de base visant la construction et équipement de 55 écoles dont 20 à construire et 35 à réhabiliter, 25 centres de santé à construire, 02 hôpitaux généraux de référence à réhabiliter, 03 centres de santé de référence à construire et/ou à réhabiliter et équiper, 01 dépôt pharmaceutique à rénover et équiper, 54 sources à capter et 180 puits à forer ;
·         La coordination du Programme qui s’occupera de la gestion et suivi évaluation des activités du Programme.
Puits d'eau réalisé par Prape

Puits d'eau abandonné













Mais, juste après la revue à mi-parcours, il y a eu recadrage ou redimensionnement des interventions du Programme à la baisse de la manière suivante :
·         616 OPA, 55 UOPA, 127 OPP, 12 UOPP et 03 fédérations et 17 OPM (Organisation des Productrices Mareyeuses) doivent être mises en place ;
·         45.000 kits à distribuer aux ménages et 09 dépôts agricoles à construire… ;
·         285 km des routes de dessertes agricoles et 92 ponceaux à réhabiliter ;
·         09 dépôts à construire ;
·         01 radio communautaire à installer
·         50 km des rivières à curer ;
·         16 écoles dont 10 à construire et 02 à réhabiliter ;
·         02 hôpitaux généraux de Référence (HGR) à réhabiliter ;
·         02 centres de santé de référence (CSR) à réhabiliter
·         01 BCZS à réhabiliter ;
·         05 Centres de Santé à construire ;
·         01 dépôt pharmaceutique à réhabiliter ;
·         112 puits retenus pour le forage ;
·         25 sources à capter.

2.      Etat des lieux et constats
A l’issue de la visite effectuée sur terrain dans les différents sites, on a constaté ce qui suit :
A. POINTS FORTS :
- Regroupement de plusieurs paysans dans les organisations de Bénéficiaires ;
- Capacitation des paysans à travers les organisations des bénéficiaires ;
- Augmentation de la production agricole et amélioration de la qualité des semences ;
Prolifération des entreprises agro-industrielles et des petites et moyennes entreprises ;
- Augmentation du taux de scolarisation des élèves, surtout celui des filles et amélioration des conditions ou qualité d’enseignement dans les écoles parfaitement construites par le PRAPE ;
- Diverses formations données aux structures sanitaires ;
- Dotation des matériels roulants aux structures sanitaires, fédérations et services d’Etat concernés en la matière ;
- Implantation d’une radio communautaire couvrant toute l’étendue du territoire de Bumba ;
B. POINTS FAIBLES :
- Au niveau des OPA, les produits agricoles ne sont pas écoulés facilement à cause de mauvais état des routes de dessertes agricoles et par manque des acheteurs potentiels ;
- Déperdition des membres des OPA et OPP suite à la démobilisation des certaines personnes eu égard à l’idée basée sur la gratuité par rapport aux crédits en nature octroyés par le programme et non accès aux micro finances ;
- Les sites des pêcheurs non visités ;
- Lenteur dans l’exécution des travaux de construction et de réhabilitation ;
- Malfaçons constatées sur certaines infrastructures suite au manque des matériaux appropriés pour la construction y compris le manque de saigné sur la route en HIMO (haute intensité de la main d’œuvre).
- Déficit de communication à tous les niveaux ;
- Etat de délabrement très avancé de la route reliant Bumba à Yandongi ;
- Moindre effort de la population dans certains sites pour la contribution locale à la construction des infrastructures ;
- Non remboursement des micros crédits ;
- Non appropriation du projet par la population ;
- Insuffisante maintenance des infrastructures.

La restauration de l'hôpital général


3.      Etat d’avancement des activités
·         04 écoles construites et équipées en bancs pupitres, 07 en pleine construction et réhabilitation, et 05 autres attendent la procédure d’exécution ;
·         Travaux en cours dans les 2 Hôpitaux Généraux de Référence à Bumba et à Yandongi, et 02 Centres de Santé de Référence à Lolo et à Yamongili ;
·         Les 09 dépôts sont en construction ;
·         Les 15.000 kits sont octroyés aux paysans, 15.000 déployés dans les cantines et 15.000 autres sont en cours d’acquisition ;

Les grands travaux pour  l'hôptal général continuent
·         7 sources sur 25 sont aménagées ;
·         09 puits creusés manuellement (dont deux ne fonctionnent pas) et 04 forés sur 112 prévus après la revue à mi-parcours ;
·         45 km de route manuellement réhabilitée en méthode HIMO ;
·         Acquisition de l’atelier de forage ;
·         Apport local de la population dans certains sites.
4.      Avis et considérations

A/ Sur les bailleurs de fonds :
·         Mauvaise hiérarchisation des activités. On aurait dû commencer par l’aménagement des routes de desserte agricole avant de réaliser d’autres activités dépendantes e l’état de route ;
·         Longue et rigide procédure de décaissement de fonds ;
·         Revu à la baisse des objectifs du Programme après la revue à mi-parcours ;
L'entrée du Prape et la gestion de 22 millions de dollars

B/ Sur INADES
·         Les mauvaises langues, suite à la mauvaise interprétation des messages/INADES, taxent celui-ci d’avoir fait beaucoup de promesses aux paysans lors de la structuration et capacitation ;

C/ Sur UNOPS
·         Une lourdeur administration de l’UNOPS. Elle a été à la base du blocage des activités du Programme.

D/ Sur le Gouvernement congolais
·         Non respect des engagements pris par le Gouvernement dans la réalisation des activités du Programme (cas de fonds de contrepartie) ;

le vrai développement
La route nationale, devant les bureaux du prape, en réparation avec de branches d'arbres

E/ Sur PRAPE
·         Lenteur dans le traitement des dossiers ;
·         Non collaboration avec les forces vives (déficit de communication).

F/ Sur les Bénéficiaires :
·         Démobilisation des paysans par certaines personnes ;
·         Politique de mains tendues ;
·         Contribution partielle dans certaines activités.
La réunion où on discute sur  l'évaluation du travail de Prape

5.      Conclusion
Pour le bon aboutissement des objectifs du Programme, il est demandé à tous les partenaires de pouvoir s’impliquer de bonne foi et de ne pas laisser place aux colportages. Toutes les activités prévues par la revue à mi-parcours doivent être réalisées pour satisfaire tant soit peu les besoins de la population du territoire de Bumba. Les bénéficiaires doivent attendre la réalisation définitive des activités menées par le PRAPE pour évaluer leur impact.

6.      Recommandations générales
·         Aux BAILLEURS DE FONDS : assouplir les modalités de décaissement de fons pour permettre au PRAPE de mener ses activités dans le délais ;
·         A l’INADES de poser le diagnostic afin de ressortir les structures performantes et dynamiques ;
·         A l’UNOPS de plus intervenir dans le partenariat avec le PRAPE ;
·         Au PRAPE de faire le suivi des travaux de construction des infrastructures et vivre dans la transparence et franche collaboration avec les forces vives, fédérations, services de l’Etat concernés en la matière du Territoire de Bumba et dans le respect de calendrier d’exécution des travaux.
·         L’ouverture de compte bancaire pour la FUOPP est recommandée au PRAPE ;
·         Au GOUVERNEMENT de prendre ses responsabilités en diligentant périodiquement les missions de vérification des activités du Programme.

Tous les objectifs du Prape sont bien étalés.
7.      Points requérants
Que le Gouvernement, pour maintenir le projet à sa forme initiale, trouve un financement additionnel afin de satisfaire les besoins de la population selon les objectifs assignés à la naissance du Programme.
Les signateurs de cette déclaration commune sont les représentants de la Société civile, des Eglises, de la notabilité Budja, de ligues de droit de l’homme, de ligues de femmes, etc., présents à la réunion.
A l’issue de cette concertation les participants ont joint à cette déclaration commune une lettre qu’ils ont adressée au ministre des Finances de la R.D. Congo.

                                                                    Propos recueillis par Antonio LISUMA
                                                                                                              +243817835804

Commentaire
Le prape, projet pour cinq ans,  existe depuis 5 ans et est donc normalement  terminé.  Selon le programme établi, il ny a rien qui a été achevé ou réalisé à temps.  Donc le prape, lui-même est incapable. Nous pouvons encore en parlé beaucoup, il y a déjà neuf millions de dollars qui sont évaporés les autres onze trouveront le même chemin.
Neuf millions de dollars, cette somme collosale a produit quelle relance agricole ?
Beaucoup de paroles mais pas de réalisations
Un article beaucoup trop longue pour être vrai
Bumbanotredame









Aucun commentaire:

Publier un commentaire