lundi 6 décembre 2010

Paroisse

Deuxième dimanche de l’Avent.

Isaïe 11,1-10                            Romains 15,4-9                        Matthieu 3,1-12

Dans le temps de Noé, tout le monde travaillait, Noé est pris, se sauve,  les autres se noient.. Nous serons pris, ou nous voulons  faire nous-mêmes  notre bonheur ?(premier dimanche)

Aujourd’hui le prophète Isaïe, qui se trouve au milieu d’une guerre atroce, rêve d’un monde meilleur. Il rêve d’un monde régi par la sagesse divine, par des gens qui craignent Dieu.  C’est  un monde  où les gouvernants s’occupent des pauvres et des faibles, un monde où la justice et la paix règnent. Et  ce monde du prophète Isaïe est comparé à celui  où le lion  mangera ensemble avec le veau,  où un enfant  jouera avec les serpents.
            Jean Baptiste âgé de 35 ans attire les foules, qui viennent d’Israël,  de la Jordanie et des autres horizons. Il ne baptise que ceux qui avouent leurs péchés. Il insulte les soient disant purs pharisiens et  justes saducéens qui  viennent l’inspecter. « Il ne faut pas penser que vous êtes fils d’Abraham » Il proclame qu’il ne baptise qu’avec de l’eau, mais qu’il y a un autre qui viendra et il baptisera avec le feu. « Moi je suis rien à côté de lui » dit-il.  Un homme en plein forme, populaire, jeune de 30 ans, qui dit « je ne suis rien, mais un autre viendra, plus fort que moi ». Quel politicien  parlera ainsi  !!  Quelle humilité. !!
            Le Christ arrive et annonce à ceux qui ont été baptisés par Jean : «  aidez les faibles, les veuves, les sans toit, les orphelins…….. « 
            Où en sommes nous ? Ne sommes-nous pas souvent  comme des pharisiens ! « Je ne fais  de mal à personne, je prie ……..je suis juste, exemplaire. »
           Travaillons-nous  pour un monde du prophète Isaïe où le tigre paîtra avec l’agneau, où le serpent jouera avec l’enfant, où tout le monde sera heureux, où il n’aura plus de manifestations, de grèves, de mécontentements ….,où la paix et la justice règneront.
           
                                                                     Nous approchons de Noël  

Deux intentions de maman Ngbangu  Agnès

Dans une famille riche la maman prépare les feuilles de manioc au riz, mais ses enfants ne veulent pas en manger, alors au lieu de donner cette nourriture aux pauvres de son voisinage, elle  jette tout le manger dans la poubelle……  et les pauvres du voisinage souffrent de faim. Pensons aux pauvres
Maman Agnès  à sa maison.

Lorsque des grandes personnes arrivent, les autorités  mobilisent toute la population pour les accueillir. Et si ces grandes personnalités remercient la population pour le bon accueil, il n’y a que les autorités qui en profitent, au détriment de la population.  Pensons aux pauvres.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire