lundi 13 juin 2011

Evénement

SOIREE AVEC LES ANCIENS COLLEGIENS
DU COLLEGE NOTRE DAME DE BUMBA

          La soirée a débuté vers 18h et demie dès l’arrivée du Révérend Père Carlos Rommel au petit “Nganda„ Matsi, une des petites buvettes de la Cité de Bumba, appartenant  à la dame Matsi Jeanne qui est aussi professeur au Collège Notre Dame, où une dizaine des anciens Collégiens résidant à Bumba ont partagé un verre autour du R.P. Carlos, Fondateur du Collège.


          Les Anciens collégiens présents à la soirée étaient : Gabriel Iluku, Louison Mambo, Tonton Mbo, Gédéon Elabo, Léopold Gerengbo, Emilie Masingene, Cédrick Loma, Thierry Gala, Maurice Lisiko, Rose Mombango, Nicklete Makambo, Bibiche Rufin Gbey, Noël Mangbau, Carine Mangela, Moïse Makeli, Jérémie Bongisa et Suzanne Angi. (Tous (16) travaillent au collège ou à l'école primaire Notre Dame)



          Plusieurs sujets improvisés étaient abordés à bâtons rompus pendant que de la musique douce se jouait en sourdine. Un débat houleux agitait à vue d’œil les esprits. On parlait du sport, de la mauvaise alimentation, du danger de l’usage du téléphone, du positionnement confessionnel, le profil du bâtisseur de la nation, etc.


          En sport, on a parlé foot : « Il fallait organiser beaucoup plus de matchs de football au collège Notre Dame, disait le Père Carlos ; si le terrain fait défaut (le stade étant jusque là en construction), il faut courir jusqu’à un bon terrain de foot, à notre époque, on courait… ».


           Il a certainement raison, il faut beaucoup faire jouer les collégiens car parmi eux il y a des meilleurs, malheureusement on ne fait pas assez du sport, se contentant de la gymnastique faite en cours d’éducation physique. A cause peut-être de l’horaire des cours très chargé des collégiens avec les deux gongs, l’avant et l’après midi. Mais il y a aussi les mercredis et les samedis qui sont libres dans les après-midi, on devrait normalement les utiliser pour émerger les meilleurs "endormis" au Collège.  



Gabriel Iluku qui fut désigné meilleure vedette du tournoi organisé le 24 mai dernier affirme qu’il était aussi parmi les meilleurs joueurs à l’Université de Graben à Butembo pendant qu’il étudiait encore. Il semble aussi qu’il est déjà pointé quelque part en Belgique, à en croire au Père Carlos qui a consulté son web site.
          On a également abordé la distance du marathon, cette course à pied qui doit en principe d’après son sens étymologique, désigner une course de 40 km et pas moins, en faisant allusion avec la distance de 42,195 km entre Athènes et Marathon dans la Grèce antique, parcourue par le rapporteur du roi sur la bataille qui eut lieu à Marathon entre les Spartes et les Athéniens. C’est pratiquement la distance de Bumba jusqu’à la Loeka ; Ou encore deux fois Bumba- Ebonda, aller et retour. Donc,  toute autre course à pied de moins de 40 km ne doit jamais être appelé marathon.  
          La vie, on la prolonge en faisant du sport tel le marathon, le football, la marche à pied, etc., et en suivant une bonne alimentation. Les mets à conseiller sont surtout les fruits (comme avocat) et les légumes, un peu de viande et du poisson, et pas trop de graisse (le cholestérol ou mauvaise graisse), ni trop d’amidon comme dans les boutures de manioc qu’on transforme en « malemba » et les « chikwangues ». Mais, selon certaines gens à Bumba, il faut plutôt prier longuement dans les églises pour implorer Dieu qu’il leur accorde la longévité, alors qu’ils ne pratiquent pas de sport ni ne respectent une bonne alimentation.  C’est ridicule !



          On devrait planter les arbres, surtout les arbres fruitiers. Mais, combien de personne le fait à Bumba ? Le climat est tel que tout peut pousser ici au Congo. Mais beaucoup négligent le boisement de la cité, alors que Bumba devrait être inondé d’arbres fruitiers, et même des arbres plantés localement et qui produisent les planches. Le pire est que les gens n’aiment pas se meubler dans leur salon et n’achètent les bois que pour enterrer les morts.



          Dieu intervient-il dans les affaires des hommes ? « Oui » affirment certains collégiens, mais d’autres ne sont pas d’accord avec cette idée. Selon ces derniers, et c’est aussi l’idée du Père, les hommes ont établi des commandements ou des lois pour vivre en harmonie entre eux, et on attribue cela à Dieu. Chez les Israélites dans la bible, Moïse a fait les commandements pour que les Israélites vivent en paix dans leur société ; de même chez les Budja de Bosambi à Bumba par exemple, une loi des ancêtres interdisait de s’accaparer de la femme d’autrui, et ces ancêtres de Budja de Bosambi n’ont jamais connu Dieu ! Cela veut dire que les hommes ont partout établi des commandements pour que leur population vive en harmonie, peu importe si on attribue cela à Dieu comme chez les juifs, ou non comme chez les Budja de Bosambi. En réalité, Dieu a tout créé, et a laissé les hommes de poursuivre son œuvre de création…



          Le bâtisseur d’une nation, c’est celui là qui se donne totalement à la population.
Celui qui pense aux autres et pas à soi-même, celui qui ne pense pas à détourner le bien public. Le développement du pays dépend des gens comme ça, des nationaux. Ainsi, l’envol de la R.D. Congo ne peut se réaliser sans l’action consciencieuse de ses ressortissants…



          L’information de la soirée : l’usage de téléphone produit des effets cancérogènes dans le corps de l’homme, selon la dernière découverte. Il est prudent selon les scientifiques, d’utiliser les écouteurs ou le haut parleur et de garder l’appareil un peu à distance du corps humain.  Si cela s’avérait vrai, il faut toute une campagne de sensibilisation massive des usagers de téléphone, car nombreux d’entre eux ne suivent pas les infos ni n’utilisent les écouteurs ; la conséquence serait une catastrophe, si pas locale mais nationale… 

                                                                  Propos recueillis par    Antonio Lisuma


















Aucun commentaire:

Publier un commentaire